2 SOLDATS SENEGALAIS TUES EN GAMBIE

Gambie: deux soldats sénégalais du contingent de la Cédéao tués

Deux soldats sénégalais de la Mission de la Cédéao en Gambie (Ecomig) et un présumé rebelle casamançais ont été tués lundi dans un accrochage dans l’ouest de la Gambie, a indiqué l’état-major sénégalais.

La confrontation s’est produite lorsque des hommes du contingent sénégalais de l’Ecomig en patrouille ont été pris sous le feu de rebelles, ont dit l’état-major sénégalais et le porte-parole de l’Ecomig.

Les auteurs de l’attaque sont des éléments « supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance » qui se trouvaient à bord d’un camion transportant du bois, a dit l’état-major sénégalais.
Un électeur dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote à Dakar, le 23 janvier 2022, lors des élections municipales de 2022 au Sénégal.

La Casamance est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes ont pris le maquis après la répression d’une marche en décembre 1982. Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie, le conflit a persisté à basse intensité. Le Sénégal s’emploie à normaliser la situation et a entrepris de réinstaller les déplacés.

La région connaît aussi d’importantes activités de trafic de bois.

Un sous-officier et un militaire du rang ont été mortellement touchés, a dit l’état-major sénégalais. Un rebelle a été tué et deux autres faits prisonniers, a-t-il ajouté.

L’Ecomig a été instituée par l’organisation des Etats ouest-africains Cédéao devant la crise politique née du refus de l’ex-président Yahya Jammeh de quitter le pouvoir après sa défaite à la présidentielle de décembre 2016. Yahya Jammeh a finalement été forcé à l’exil en janvier 2017 par les pressions internationales et l’entrée de troupes sénégalaises sur le sol gambien.

Les forces sénégalaises fournissent l’essentiel des effectifs de l’Ecomig, de plusieurs centaines de soldats. Le mandat de l’Ecomig a été prolongé à plusieurs reprises.

voaafrique.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *