NOUVEAU MUSÉE A KAOLACK

Mariam Kamara signe l’architecture d’un nouveau musée au Sénégal

Le nouveau musée sénégalais ouvrira ses portes en 2025. Il a pour vocation de célébrer le patrimoine africain, et d’offrir un nouvel écrin aux œuvres africaines conservées en Occident.

Un nouveau musée et centre culturel va ouvrir ses portes au Sénégal, près de la ville historique de Kaolack. L’inauguration de ce nouveau lieu de culture, prénommé, Bët-bi, est prévue pour 2025. L’architecture du bâtiment a été confiée à Mariam Kamara, d’atelier masōmī au Niger, choisie parmi quatre autres cabinets d’architecture africains, a annoncé la Fondation Josef et Anni Albers/Le Korsa.

« C’est un immense honneur d’avoir été choisie pour conduire la construction de Bët-bi. La richesse culturelle de notre région a depuis trop longtemps été dilapidée au profit de musées étrangers. Ce projet offre la possibilité de créer un nouveau type d’espace, inspiré par les racines et l’héritage spirituel de la région », déclare l’architecte, dont le cabinet a fait son entrée en 2021 dans la liste AD100, regroupant les 100 architectes et designers les plus influents de l’année.
Mariam Issoufou Kamara.

Le Bët-bi (« l’œil » en wolof) est le premier projet d’atelier masōmī au Sénégal. Il sera implanté en Sénégambie, à l’ouest de l’Afrique occidentale, près des cercles de mégalithes, reconnues par l’Unesco comme patrimoine mondial. Le lieu, d’une superficie de 1000 mètres carrés, sera composé de salles d’expositions, d’espaces dédiés à la tenue d’évènements et rassemblements publics, ainsi que d’une bibliothèque. Le projet met l’accent sur l’importance d’un espace ouvert et accessible aux communautés locales.

Le cabinet atelier masōmī a pour ambition de mêler techniques durables et traditionnelles pour la construction du musée. Il souhaite faire appel à des artisans locaux et se nourrir ainsi de leurs savoirs-faire et expertises. Comme l’explique Mariam Kamara, l’architecture du musée fera écho aux richesses historiques et culturelles du site et du patrimoine de la région : « Nous sommes partis de l’histoire du site et notamment, de l’origine fascinante du royaume du Saloum, fondé conjointement par les peuples sérère et mandingue. Les mandingues, également présents dans l’empire du Mali, sont connus pour leurs constructions monumentales. Face à cette histoire millénaire, les musées et galeries d’art sont une création récente. Il était par conséquent important pour moi que le projet ait l’ambition de repenser le concept de musée et de proposer une alternative audacieuse à la manière dont l’espace est utilisé dans ces institutions ».

Ce projet architectural est ainsi couplé d’un objectif culturel. Le Bët-bi proposera des expositions célébrant l’art africain passé et présent, et des ateliers éducatifs pour familiariser les communautés locales au monde de l’art. Le lieu doit également permettre de faciliter les négociations avec les musées occidentaux pour le rapatriement d’objets africains sur leur continent d’origine. En effet, le Bët-bi offrira alors une solution temporaire aux pays et communautés n’ayant pas les infrastructures nécessaires pour conserver leurs œuvres.

Bët-bi, région de Kaolack, Sénégal, ouverture prévue début 2025, www.ateliermasomi.com

admagazine.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *