CORONA DANS LES ÎLES DU SALOUM

Covid 19: Les précautions des insulaires du Saloum contre la propagation

Dans les îles du Saloum, la situation de la pandémie à Covid-19 est suivie avec attention par les insulaires qui se sont organisés depuis le début pour barrer la route à la propagation de la maladie. Notamment dans les communes de Dionewar et de Bassoul ou aucun cas n’a encore été signalé.
Dans cette partie du Sénégal difficile d’accès, le maire de Dionewar, Ansoumana Sarr, nous a indiqué que, «globalement, nous avons la chance de contrôler mieux que quiconque les entrées et les sorties de tous les voyageurs et en collaboration avec la population, la brigade de Gendarmerie veille du grain». D’ailleurs, depuis le début des premières mesures de prévention, et à l’instar de beaucoup de communes, souligne M. Sarr, «nous nous sommes basés sur les recommandations du comité local de lutte contre les épidémies mis en place par le sous préfet de l’arrondissement de Niodior et à coté, l’arrêté municipal instituant le comité communal de lutte contre le Covid 19 ainsi que les commissions villageoises pour ainsi jouer le rôle de prévention et de mobilisation des moyens ».
Par ailleurs, selon le maire de Dionewar, la commune a fortement appuyé le comité local et distribuer des produits sanitaires, surtout des thermoflash aux structures sanitaires. Il faut noter également la forte contribution des populations dans la mobilisation des moyens.
L’acheminement de l’aide risque d’être très compliqué
Mais, ajoute M. Sarr, «comme nous réajustons au fur et à mesure que la situation évolue, notre commune s’est donnée comme priorité l’achat de masques pour les populations pour répondre au port obligatoire. Mais aussi l’acquisition de produits alimentaires pour les ménages qui n’auraient pas bénéficié de l’aide de l’Etat ». Le maire de Dionewar est d’ailleurs revenu sur cette aide alimentaire dans les îles du Saloum dont, de son point de vue, « l’acheminement risque d’être très compliqué à cause de la particularité de zone insulaire comprise entre les bras de mer du Saloum et du Diombos».
Pour cela, Ansoumana Sarr fait noter que, «l’Etat n’a pas tenu compte de cette réalité. Car, si une localité comme Dionewar doit réceptionner des tonnes de riz à partir de Fatick, le coût du transport est multiplié par trois par rapport à la terre ferme et cela peut constituer un fardeau quasi insupportable pour de petites communes comme la nôtre et ses villages polarisés».
Dispositifs aux entrées principales de Bassoul
A Bassoul également, le maire El Hadji Ndong souligne qu’au plan local les mesures gouvernementales sont appliquées pour le moment. « Elles sont liées au confinement à travers l’Etat d’urgence pour éviter la transmission rapide de la maladie. Ainsi, des dispositifs ont été installés au niveau des entrées principales de différentes localités de la commune. Notamment au niveau des embarcadères et autres sites de rencontres comme le poste de santé et la mairie. On avait également installé un dispositif de lavage de mains au niveau de la grande mosquée avant l’interdiction des attroupements aux heures de prières» renseigne M. Ndong. Une autre mesure prise par les autorités municipales de Bassoul, celle de demander aux familles d’émigrés d’inviter leurs fils à l’extérieur de ne pas tenter de revenir jusqu’à ce que la situation change.
Les navettes des pirogues arrêtées
Sur les déplacements de personnes, il a été demandé, selon le maire de la localité aux piroguiers assurant les courriers vers d’autres localités comme Ndangane, Djiffer, Foundiougne et vers la Gambie, d’arrêter les navettes. Seul l’acheminement des marchandises et autres produits essentiels de consommation est pour le moment autorisé mais pas tous les jours. «Dans ce cadre, les commerçants se regroupent, chacun effectue sa commande qu’une pirogue affrétée pour la circonstance se charge d’aller récupérer soit à Ndangane ou à Sokone principalement », indique El hadji Ndong.
« Le trafic avec la Gambie étant arrêté suite à la fermeture par ce dernier pays de sa frontière maritime, aucune pirogue ne prend cette direction. Et, mieux les insulaires saisonniers qui se trouvent présentement en Gambie ont été invités à y rester jusqu’à ce que la situation s’améliore. Tout comme d’ailleurs, nos parents qui sont au Sénégal dans d’autres localités. En tout cas, tous les piroguiers ont été invités à un respect strict des mesures édictées par les autorités étatiques et sanitaires dans la riposte contre la pandémie à Covid 19 » souligne l’édile de Bassoul.
Mohamadou SAGNE/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *