Suivez le guide…

Professionnaliser le tourisme

senegal

Sine-Saloum : seuls cinq guides disposent de cartes professionnelles

Seuls cinq guides du pôle touristique du Sine-Saloum, comprenant les régions administratives de Fatick, de Kaolack, et de Kaffrine, détiennent des cartes professionnelles pour exercer leur métier, a indiqué Mouhamadou Sy, directeur de l’Institut supérieur de développement local (ISDL).

‘’Sur ce nombre (de guides), quatre sont de la région de Fatick, et un de Kaolack. Le reste travaille sans carte’’, a-t-il précisé, lors d’un atelier régional consacré au diagnostic du Plan de développement stratégique du tourisme (PDST) 2013- 2017.

Situé au centre du pays, ce pôle touristique se caractérise par certaines faiblesses, qui freinent son développement et son essor, a estimé, M. Sy, citant entre autres obstacles, en dépit de quelques atouts, ‘’l’insuffisance de guides professionnels, l’absence d’école de formation aux métiers de l’hôtellerie, la cherté de la destination et le déficit en infrastructures’’.

Pour remédier à cette léthargie, l’atelier de diagnostic du pôle touristique du Sine-Saloum a réuni dans la salle de conférence de la gouvernance de Fatick, tous les acteurs de la région en vue d’apporter leurs contributions de « manière participative » à l’élaboration du Plan stratégique de développement durable du Sénégal pour la période 2014 à 2018.

M. Sy a rappelé que le Sénégal s’est donné comme objectif, d’atteindre la barre de 1,2 million de touristes à l’horizon 2017.

‘’Un plan de relance a été validé par les autorités à cet effet’’, a-t-il indiqué, précisant qu’il repose sur trois axes majeurs que sont l’offre, la promotion et la gouvernance du tourisme. ‘’Des ressources financières sont en train d’être mobilisées pour son financement’’, a-t-il affirmé.

Réparti entre Fatick, Kaolack, et Kaffrine, le pôle touristique du Sine-Saloum a une superficie de 23.545 kilomètres carrés, 13 hôtels, 1.357 chambres et 2.550 lits, selon des résultats d’une étude de pré-diagnostic du pôle touristique.

SENEGAL-TOURISME-FORMATION

Toubacouta : 50 guides et écoguides formés aux techniques de guidage des touristes

Au total, 50 guides et écoguides de la communauté rurale de Toubacouta, prennent part depuis lundi, à une session de formation sur les techniques de guidage des touristes, a constaté l’APS.

La session de formation de deux jours entre dans le cadre des activités du Programme de développement de l’Ecotourisme (PRODETOUR) du Conseil régional de Fatick et de la région Poitou-Charentes (France) pour la redynamisation du secteur du tourisme.

 »Durant ces deux jours, il sera question de former les guides sur les aptitudes, les attitudes, les techniques à employer sur l’interprétation du patrimoine, les techniques de communication afin de leur permettre de satisfaire les motivations des touristes et leur demande d’information’’, a expliqué, Baba Ndoye, chargé de la formation lors de la cérémonie d’ouverture.

 »Dans un secteur fortement marqué par la concurrence tant au niveau national qu’international, une offre de service de qualité est indispensable à tous les niveaux pour gagner la confiance et fidéliser la clientèle’’, a pour sa part, estimé le président du Conseil régional de Fatick, Coumba Ndoffène Bouna Diouf.

Venu présider le lancement de la session de formation, il a expliqué, que ‘’c’est conscient de cela que le Conseil régional en collaboration avec ses partenaires a placé la formation de l’ensemble des acteurs du tourisme de la région au cœur des actions initiées dans le cadre de son programme PRODETOUR’’.

 »C’est ainsi qu’après les formations organisées sur l’écotourisme, les premiers secours, le e-tourisme, et le marketing touristique, nous avons jugé nécessaire de former les guides touristiques de la région sur les techniques de guidage pour renforcer leurs capacités d’actions dans le développement et la promotion des activités touristiques’’, a-t-il ajouté.

Après Toubacouta , le Conseil régional va former durant deux jours, à partir de jeudi, 30 autres guides et écoguides de la communauté rurale de Palmarin sur les techniques de guidage, a annoncé, Oumar Diouf, chef du Programme de développement de l’Ecotourisme.

AB/OID/AB/SAB

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. marybelle dit :

    avant de dépensser des sous a former des guides encore faudrait il que les touristes reviennent plus nombreux au senegal…..avec le tout nouveau visa c est pas gagné………….

  2. doussal dit :

    former des guides cela est tres bien ,a une condition ,que ce soit l’etat senegalais qui regle ces formations
    mais il faudrait que les touristes reviennent au senegal, et cela est moins sur ….le visa plus le billet d’avion qui ne baisse pas pour la saison a venir ce n’est pas gagner
    l’etat peu prevoir 1,2 millions en 2017 ,je souhaite cela mais a mon avis c’est loin d’etre gagne …enfin on peu rever

  3. flopaty dit :

    c’est une toute nouvelle politique du tourisme qui est a mettre en place avec de la formation aux métiers du tourisme encadrée par l’etat pour qu’eventuellement les guides puissent etre polyvalents et qu’ils connaissent leur pays du nord au sud…..cela demandera beaucoup d’efforts et de tenacité……il n’y aplus de place aux amateurs dans ce domaine, ni au senegal ni ailleurs dans le monde!!!!!
    mais j’ai bien peur que les années à venir soient tres difficiles pour le tourisme senegalais car il y a un tel retard et quil n’y a pas de perpective a long teme….il y a que de l’immediat (comme ce visa sur lequel ils pensent gagner de l’argent) et ou au lieu de gagner ils vont perdre et ces taxes d’aeroport exorbitantes et inexplicables ??????
    tiens pendant que j’y suis : le transfert dakar ziguichor par senegal air lines ?????? quelqu’un peut il en parler????? leur site internet n’affiche plus de vol dakar zig et zig dakar……incroyable!!!!!

  4. charles dit :

    Voila bien le dilemme : former des guide touristique pour pointer au chômage ! depuis que nous alertons le gouvernement sur ce site pour expliquer que les problèmes sont autre ! la sécurité et l’accueil à l’aéroport inexistante , ensuite la propreté et l’élimination de toutes ces petites vermines qui polluent les sites à visiter , le police bien sur , le visa , le prix des billets d’avion en sachant que un résident aide le commerce à survivre en achetant local , ce qui est le contraire des tours opératoires . Le Sénégal doit être promu à l’étranger car c’est une super destination mais prendre des taxes comme cela au départ détourne le tourisme de cette destination ! il n’y a pas de sondage et vous parlez de 1 200 000 touriste en 2017 , sur quel base vous situez-vous .
    Ce pays ou la plupart des gens sont super sympa vit dans une insalubrité complète et bien souvent ( surtout à Dakar ) ne font qu’un repas par jours ! Le chantier est immense , regarder Dakar une des villes la plus pollué d’Afrique qui vit au rythme des inondations chaque année , le Sénégal qui surnage au rythme des prêts , dons ou autre magouille , le peuple Sénégalais mérite mieux et ce n’est pas quelques milliards venu ou pas d’autre horizon qui feront revenir le tourisme . Ce pays est accueillant par sa population mais que voulez-vous faire devant tant d’ignorance de certains tenu par des dirigeants qui ne pensent qu’à se remplir les poches et les maintenir dans leur bêtises qu’ils ont organisé et que dire de la religion qui va résoudre tous les problèmes ! Tant que dans ce pays la religion tiendra une place prédominante le sous développement restera le phare de ce pays .
    Pour terminer je dirais que le chantier est immense et que le tourisme , pour une grande partie de ces raisons est mort et pour longtemps et il ne faut pas oublier que les nouveaux touristes sont des personnes , et pour la plupart : modeste , fini le temps des grosses fortunes qui ont bâti une grande partie de Saly et ses environs !

  5. flopaty dit :

    completement d’accord et je suis residente……..et j’aime la Casamance autant que mon pays, mais je ne sais plus comment motiver les gens autour de moi !!!!

%d blogueurs aiment cette page :