NOUVEAU CALENDRIER SCOLAIRE

Année scolaire : Très bonne nouvelle pour les élèves !

La durée des congés et vacances scolaires, pour l’année 2021-2022, a été fixée par décret présidentiel.

Les vacances du premier semestre auront lieu du jeudi 23 décembre 2021 au lundi 3 janvier 2022. Celles du 2e trimestre du samedi 26 mars 2022 au jeudi 7 avril. Les ministres compétents, celui de l’Intérieur, Antoine Félix Diome et de l’Éducation nationale, Mamadou Talla, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret.

Le document rappelle que, par rapport à l’année scolaire 2020/2021, les effets de la crise sanitaire (Covid-19) avaient imposé la mise en œuvre d’un plan de résilience, qui avait « permis de juguler son impact ».

C’est pourquoi, les dispositions du présent décret prévoient un retour au découpage classique de l’année scolaire. Pour rappel, en 2020, les répercussions de la longue pause scolaire imposée par la crise sanitaire s’étaient fait sentir par les élèves, qui n’avaient eu droit ni aux congés ni aux fêtes de Noël et de Pâques.

Les potaches n’avaient eu droit qu’à une semaine de pause par trimestre.

Modou Mamoune Tine / senenews.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Ecrire que les ministres « compétents » sont chargés de l’exécution d’un décret au Sénégal est un non sens => Car il n’y a pas de ministres compétents au Sénégal ou çà se saurait et le pays aurait émergé depuis longtemps…
    Il y a des ministres planqués par les copains qui n’y connaissent rien, des fainéants à rien foutre , des bras cassés ou incompétents à brasser du vent et du flan et bien sur des corrompus ou des pourris jusqu’à la moelle qui s’en foutent toujours plein les poches comme un sport national… Sinon le Sénégal aurait émergé depuis longtemps (Bis répétita) …
    Ce qui n’est pas le cas pour les raisons citées ci-dessus et quand on connait l’état lamentable de l’Education Nationale Sénégalaise, on serre les dents :
    Le traitement minable des enseignants par leurs ministres successifs de tutelle, les écoles délabrées et le manque permanent de moyens matériels à chaque rentrée et tout le long de l’année, les manques d’hygiène, d’eau et de commodités dignes d’un pays civilisé, un pourcentage des plus faibles en Afrique de réussites aux examens (34 à 37% tous examens confondus) chaque année, 90 % des élèves en filière Littéraire qui n’a aucune issue, alors que le Sénégal manque de tout : de docteurs, de pharmaciens, de ‘administratifs compétents, de managers, d’ingénieurs, de scientifiques, de techniciens et d’informaticiens, etc… Maux graves auxquels on peut ajouter l’invasion de la propagande Fondamentaliste Islamique qui va jusqu’à interdire l’enseignement du français dans les écoles sénégalaises et leurs mains mises sur les Associations d’étudiants dans les Universités sénégalaises… Tout cela, malgré les innombrables aides, subventions et dons internationaux qui disparaissent comme neige au soleil depuis les Indépendances ??? Chercher l’erreur !
    Ce journaliste aurait pu écrire : Les ministres « concernés » par ce décret…. Bla,bla, bla… Et Re-bla, bla, bla… Depuis des lustres en ce qui concerne l’Education Nationale au Sénégal car en vérité, le seul investissement connu des gouvernements pour la Jeunesse Sénégalaise est de la tenir dans la misère, l’ignorance et l’obscurantisme religieux avec leurs complices maraboutiques pour mieux la gouverner comme ils gouvernent leurs parents qui n’ont jamais vu le bout du tunnel pourtant en trimant ou en espérant s’en sortir toute leurs vies, en vain… In chà Allah !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :