16 MILLIARDS POUR ASSAINIR DAKAR

L’Agence française de développement (AFD) vient d’accorder un prêt de plus de 16 milliards de francs CFA (environ 24,4 millions d’euros) à l’État du Sénégal. Les fonds sont destinés au financement du Projet d’assainissement autonome de la région de Dakar (Paad).

Au Sénégal, « l’accès à l’assainissement est une réalité pour 67,4 % de la population urbaine et 42,3 % de la population rurale » a affirmé El Hadji Abdourahmane Ndione, le directeur général de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN) dans une tribune publiée récemment sur AFRIK 21. Avec ces chiffres, le Sénégal se classe parmi les pays les mieux lotis en matière d’assainissement en Afrique subsaharienne. Le projet d’assainissement autonome de la région de Dakar (Paad) permettra à 372 000 personnes supplémentaires au Sénégal de bénéficier des services d’assainissement améliorés.
Le Paad est financé par l’Agence française de développement à hauteur de plus de 16 milliards de francs CFA (environ 24,4 millions d’euros). Le gouvernement sénégalais qui vient de valider l’accord de prêt utilisera les fonds pour la construction de 10 000 toilettes et dispositifs de gestion des eaux domestiques, la construction et la réhabilitation d’installations d’assainissement dans les écoles (toilettes, urinoirs, dispositifs de lavage des mains, poubelles, etc.).
Grâce au financement de l’AFD, « nous réaliserons et/ou réhabiliterons aussi des centres de santé, des toilettes et dispositifs de lavage des mains, nous construirons des usines de prétraitement des eaux usées, de traitement des déchets solides, ainsi que des boues de vidange », précise Amadou Hot, le ministre sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération.
À travers ce projet, le gouvernement du Sénégal souhaite également contribuer à l’atteinte de la cible 6.2 des Objectifs de développement durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui prévoit « l’accès de tous d’ici à 2030, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles, ainsi que des personnes vulnérables.
Inès Magoum/afrik21.africa

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Stephane dit :

    Les chiottes de ce qui auront à gerer cette belle somme vont être propres

  2. Gourgui dit :

    Mort de rire …. !

  3. Gourgui dit :

    Je croyais que les toilettes, les lavabos, tout ça … il fallait de l’eau pour que ça fonctionne… alors si on commençait déjà par là !

  4. Ndiaye dit :

    Et à quel taux?

  5. trevidic dit :

    Le financement par la FRANCE de 24,4 millions d’euros .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :