L’INCESTE, CE FLÉAU

L’inceste est toute relation sexuelle entre un homme et une femme liés par un degré de parenté qui les empêche de se marier. Souvent passé sous silence au nom du « soutoureu », valeur prônée au Sénégal, ces cas sont souvent réglés dans le secret familial.

L’inceste est toute relation sexuelle entre un homme et une femme liés par un degré de parenté qui les empêche de se marier. Souvent passé sous silence au nom du « soutoureu » et du « massla » qui sont chantés comme des valeurs au Sénégal, ces cas sont souvent réglés dans le cadre familial. Ce, au détriment des victimes qui, en plus de voir leur vie détruite, sont souvent trainées dans les tribunaux si, par malchance, elles se retrouvent avec une grossesse et choisissent de s’en débarrasser. D’où la pression des associations féminines pour la légalisation des avortements médicaux en cas d’inceste ou de viol.

L’inceste est un phénomène qui existe et continue de détruire la vie de femmes, jeunes filles et même de garçons au Sénégal. Pas plus tard que ce 28 juin 2022, le journal Libération en a fait ses choux gras, en relatant le cas d’une gamine de 14 ans qui avait été transformée en « objet sexuel » par son propre père mais aussi par un de ses cousins. Un drame familial qui a eu lieu à Thiaroye sur Mer. Et les exemples font florès. Si ce cas bien précis a atterri au tribunal, il faut reconnaître que beaucoup d’autres sont passés sous silence ou réglés en catimini, comme c’est souvent le cas avec « les linges sales ».

Un drame qui poursuit ses victimes toute leur vie. Un traumatisme. Mais aussi avec de multiples conséquences sur la santé et la vie quotidienne des victimes d’inceste. Selon des études, les victimes d’inceste souffrent de pathologies multiples. L’impact de ce traumatisme dans leurs relations avec leur entourage est considérable. En moyenne, la révélation intervient plus de 15 ou 20 ans après les faits, au terme d’un processus douloureux. D’un spleen.

Interdit dans les cultures et les religions, l’inceste sape même le fondement de la société humaine qui veut qu’un homme prenne femme ailleurs. Dans le code de la famille par exemple, il est dit que le mariage de toute personne avec ses ascendants ou ceux de son conjoint, est prohibé. A fortiori un père qui entretient des relations sexuelles avec sa propre fille. Il faut à ce propos signaler que nombreuses sont les femmes et filles adolescentes victimes d’inceste qui tombent enceinte des suites de cet acte odieux.

Pour la plupart du temps, elles basculent dans la criminalité par la pratique de l’infanticide devenue de plus en plus récurrente et d’avortement non autorisé et à risque. De peur que la garde de l’enfant laisse toujours béantes les plaies et séquelles et rappelle l’acte douloureux qu’elles ont subi. Favorisé par la promiscuité, les films indécents projetés par les télévisions, l’alcoolisme et la drogue, les divorces entre couples, l’oisiveté, l’inceste est un délit qui ne figure pas dans le Code pénal du Sénégal. D’où l’éternel combat des associations féminines qui font pression pour la légalisation des avortements médicaux afin d’aider les femmes victimes de viol et d’inceste.

seneplus.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bernard dit :

    Devoir expliquer en début d’article ce qu’est l’inceste, cela fait froid dans le dos !

  2. Diclo dit :

    L’inceste est sûrement bien présent aussi au Sénégal. Père filles, nièces etc… Comme beaucoup de sujets celui ci est TABOU. Surtout pas de bruit, pas de vague…. Sinon ça va détruire la famille, etc…. Tout être humain a droit au Respect et non à L’HUMILIATION, au vol de SON INNOCENCE. Franchement le SÉNÉGAL est-il prêt à faire face À LA VÉRITÉ ?

  3. issa gibb dit :

    Le Sénégal a pris la sale habitude de ne faire face à aucune réalité :
    gouvernance minable, menteuse et incompétente, corruption endémique, religion dévoyée au fric sale, montée islamique radicale, racket policier et laxisme généralisé des fonctionnaires, insécurité routière, hôpitaux-mouroirs lamentables, éducation nationale archi-nulle, statut inférieur des femmes et des enfants, viols et incestes sur les femmes et les enfants, mariages forcés de mineures, abandons en prison des handicapés mentaux innocents, discriminations des minorités sexuelles et esclavage des enfants talibés, etc…
    Le Sénégal se ment comme il respire… et il se complait depuis trop longtemps dans ses tares, sa misère et sa merde… pour ne jamais en sortir… In chà Allah !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :