CATASTROPHE POUR LES ÉTUDIANTS

Risque d’une année blanche : qui pour sauver l’école Sénégalaise ?

Depuis des mois grèves et débrayages rythment la vie de l’école publique sénégalaise. Entre un état qui refuse de respecter ses engagements vis-à-vis des professeurs. Et ces derniers qui campent sur leurs positions, les élèves ne savent plus à quel saint se vouer. A Ziguinchor, à Thiès, à Dakar et partout ailleurs les élèves manifestent leur colère parfois de manière très violente pour réclamer la reprise des cours dans les établissements scolaires.
Lorsqu’en 2014 le ministre de la Fonction Publique à l’époque en l’occurrence Mansour Sy avait signé le protocole d’accord avec les différents syndicats d’enseignants, en disant à qui voulait l’entendre que pour la première fois, contrairement à ce qui se faisait, le gouvernement avait signé des accords réalistes, réalisables. Au terme du processus de négociations, ils s’étaient engagés pour des choses qu’ils étaient en mesure de faire. Malheureusement le gouvernement n’a pas tenu sa promesse. C’est cela qui a provoqué cette crise de l’éducation qu’on est entrain de vivre actuellement.
Rajoutez à cela le comportement du très austère ministre de l’éducation, Serigne Mbaye Thiam pour ne pas le nommer qui ponctionne les salaires des enseignants et les menacent ouvertement de représailles ne fait que jeter de l’huile sur le feu. Dame Mbodj coordonateur national de la FEDER (Fédération des Enseignants du Sénégal) la bien dit : « Serigne Mbaye Thiam constitue à lui seul un blocage des négociations. »
Ceci en dit long sur le fossé qui se creuse de plus en plus entre l’état du Sénégal et les enseignants. Par conséquent le grand cadre a décrété 72heures de grève totale sur l’ensemble du territoire. A ce rythme l’année scolaire 2017-2018 risque d’être déclarée année blanche au Sénégal.
Pour éviter cela il devient impératif que l’état respecte l’accord qu’il avait signé en 2014 parce que les enseignants sont visiblement déterminés à aller au bout de leur lutte. Pour le bien de l’école sénégalaise, il faut que les deux parties trouvent coûte que coûte un terrain d’entente afin de sauver l’année scolaire. Parce qu’au cas contraire ce sera la catastrophe pour les élèves…
ALIOUNE ASSE SECK/waladounyati.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. PDP dit :

    De quel droit les enseignements peuvent ils réclamer une indemnité de logement de FCFA 85 000 quand on sait que cette somme représente le salaire moyen au Sénégal? Beaucoup n’assurent pas leurs cours tout en étant payés par l’état, ils préfèrent assurer l’enseignement dans les établissements catholiques ou jouer aux journalistes; Un peu d’humilité leur ferait du bien

  2. issa gibb dit :

    C’est du 50-50 en responsabilité dans la situation de l’Education Nationale au Sénégal !

    D’un côté, il y a les enseignants sénégalais, avec un gros poil dans la main pour travailler, qui nous ont habitué à faire grève 4 mois sur les 8 mois de l’année scolaire depuis des années au détriment de leurs élèves..
    Une pure ignominie anti-professionnelle de bras cassés incompétents et irresponsables qu’on retrouve dans tout le fonctionnariat sénégalais, du policier racketeur, du fonctionnaire corrompu, à l’hôpital qui ne soigne pas sans payer avant, etc…
    De l’autre, il y a le ministre de l’Education Nationale, S.M Thiam, une personne imbu de sa personne, en place depuis plus de 6 ans, qui peut laisser les enseignants sans les payer pendant plus de 4 mois… Un guignol politique qui a aucune avancée notable sur le plan de l’école publique et sur le sort des enfants talibés dans les daaras coraniques maltraitantes et esclavagistes d’enfants dans son long ministère avec en prime, un recul notable sur l’apprentissage du français à l’école sénégalaise, pourtant langue officielle dans la Constitution du Sénégal … Un ministre imbu, orgueilleux de sa personne, un coincé du cul, incapable de concertations avec les syndicats scolaires, avec aucune promesse de rénovations d’écoles tenues en 6 ans, un enculé politicien de plus trop occupé de subtiliser toutes les aides internationales pour l’Education des enfants du sénégal, pour s’assurer une retraite de Pacha dans une retraite qu’il croit déjà  » bien méritée » quand il devra céder sa place, sans être inquiéter de son incompétence et de ses détournements sur le dos des enseignants et des enfant- élèves du Sénégal…
    Ainsi marche ce pauvre pays, avec les politiciens et les religieux véreux et corrompus qui le gouvernent…
    L’Emergence de Macky Sall a du plomb dans l’aile avec ses guignols et elle n’est pas pour demain…
    Surtout pas, pour les enfants du bas peuple sénégalais… Honte au Sénégal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :