600.000 ARBRES POUR MATAM

objectifs de reforestation : la région de Matam vise 600 000 plants d’arbres en 2020

La région de Matam n’a pas tardé à afficher ses ambitions après la volonté exprimée du chef de l’Etat de reverdir le Sénégal. Ainsi, elle compte produire 600 000 plants d’arbres en 2020, dans le cadre de ses objectifs de reforestation.
A en croire le chef du service régional des Eaux-et-forêts de Matam, le lieutenant-colonel Babacar Dièye Gaye, ces 600 000 plants seront produits dans 11 pépinières installées sur le territoire régional, contre 326 000 l’année dernière.
S’exprimant lors d’une cérémonie symbolique de reboisement, à l’occasion de la Journée nationale de l’arbre, il a indiqué que le doublement de la production de plants au niveau régional s’explique par l’appui apporté par l’Agence nationale de la reforestation et de la Grande muraille verte au service régional des Eaux-et-forêts.
Le lieutenant-colonel Babacar Dièye Gaye a lancé un appel aux collectivités territoriales de Matam, qui selon lui doivent faire plus d’efforts que les autres en matière de reboisement, la région se trouvant « à la porte du désert ».
« L’objectif de cette journée nationale, c’est d’abord de lancer la campagne de reboisement 2020 qui va se poursuivre pendant l’hivernage, mais également sensibiliser les populations sur l’importance de l’arbre et la nécessité de préserver et de régénérer les massifs forestiers (…) », a déclaré l’adjoint au gouverneur de la région de Matam chargé des affaires administratives, Cheikh Ndoye.
Au regard de cet objectif, il dit avoir axé son intervention sur le baobab, arbre parrain de cette Journée nationale de reboisement et espèce « menacée par divers phénomènes ».
M. Ndoye a cité l’érosion, les changements climatiques, mais aussi l’extension des surfaces agricoles et des habitations, entre autres facteurs qui font que selon lui la région naturelle du Fouta doit « mettre l’accent sur le reboisement », son couvert végétal n’étant « pas ce qu’il doit être ».
Moctar FICOU / VivAfrik

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Xx dit :

    Et la grande muraille verte, elle en est où Monsieur Ndiaye ?

    • Galips dit :

      Il attend « les sous du pétrole et du gaz « 

    • issa gibb dit :

      A Matam, avec la proximité du Fleuve Sénégal, ils auront la chance de les arroser et voir pousser les arbres… Aux conditions que les jeunes pousses fraîchement plantées ne soient pas bouffées par les troupeaux errants ou que les populations, les coupent trop tôt pour en faire du charbon de bois… Ici, Sénégal !

    • issa gibb dit :

      La Grande Muraille Verte ???
      Elle est avec Haïdar El Ali nommé nouveau responsable du projet de la GMV au Sénégal en 2019 :
      – Pour l’éloigner de la Casamance pour que la déforestation Chino-Gambienne se continue et pour causes…
      – Et laissé sans moyens pour la GMV, par le pdt Macky Sall et son ministre de tutelle à l’Environnement et au Développement Durable, en la personne d’Abdou Karim Sall, grand exportateur-tueur d’Oryx, espèce en voie d’extinction et protégée, qui n’a de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues pour ce projet de la GMV, se tirant toutes les couvertures à lui, pour ne rien foutre…
      Pas près d’être Verte, la Grande Muraille au Sénégal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :