POPENGUINE-NDAYANE – PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT MARIN

La plateforme Sos Littoral préconise l’adoption d’un fonds vert

La plateforme Sos Littoral a fait une sortie le week-end dans les localités de Ndayane et de Poponguine. La démarche de Sos littoral a consisté à la sensibilisation des acteurs de la mer et du littoral sur la nécessité de la mise en place d’un fonds vert encadré juridiquement.
Pour Oumar Diagne, le président de Sos Littoral, plusieurs associations se sont impliquées dans la défense du bord et du front de mer et de la zone de marnage. Les activités menées sur le littoral et la pollution ont fini de constituer une menace sérieuse pour l’environnement. En effet, selon Oumar Diagne, de nombreux points focaux de la plateforme Sos Littoral et des associations versées dans la protection de l’environnement sont se sont lancés dans la collecte de données sur les enjeux présents et futurs du port de Ndayane pour le partager avec les acteurs.
A l’en croire, le fait est d’une importance capitale car le port de Ndayane va apporter une plus-value au Sénégal et à la commune l’abritant, avec des retombées certaines pour les populations. La démarche entreprise pour sensibiliser les acteurs du littoral et de la mer s’inscrit dans l’anticipation de situation à venir. D’une part le monde de la mer n’a pas encore fini de souffrir des changements climatiques avec son contexte de raréfaction de la ressource ; le littoral, faute d’un observatoire ou d’une loi le protégeant, continue à souffrir de son cortège quotidien de prédation foncière de la Pointe des Almadies à la Petite-Côte. Un constat de Monsieur Diagne est fait sur la responsabilité sociétale d’entreprises au Sénégal ; la manière dont elle est gérée doit évoluer.
Selon lui, toutes les boîtes, sociétés et entreprises exerçant seront appelées à verser 1% de leur chiffres d’affaires dans un compte encadré juridiquement en dehors des mairies. Les sommes collectées vont servir comme un fonds vert pour la sauvegarde du littoral et la résilience. La gestion de ce fonds vert va revenir à un Comité mixte chargé d’en faire un usage efficient, comprenant des acteurs des communautés à la base dont les imams et la société civile pour un développement endogène et inclusif des terroirs. Il a rappelé le bail liant le pêcheur à la mer car tout acteur, de près ou de loin, a un lien ombilical avec les flots marins.
En remontant, la nuit des temps, il comptera un parent englouti à jamais par les flots marins. Oumar Diagne, le président de la plateforme Sos Littoral est revenu sur les engagements pris par le président de la République, Macky Sall, dans la lutte contre la spoliation foncière et l’occupation illégale du littoral.
Samba Niébé BA/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *