OU EN EST AIR SENEGAL ?

Air Sénégal tisse sa toile

15 mois après le lancement de ses premiers vols, la compagnie aérienne Air Sénégal se décerne un satisfecit. Dans une stratégie sur trois ans, le transporteur annonce des réaménagements pour améliorer son trafic face à un environnement concurrentiel, alourdi par les défis propres au transport aérien en Afrique.
Près d’une année après le lancement de ses premiers vols, Air Sénégal international dessert 10 destinations couvre 9 pays et prévoit près de 400 000 passagers d’ici la fin de l’année 2019. «Nous avons commencé nos opérations seulement le 14 mai 2018, soit un peu plus d’un an. Et Air Sénégal est, aujourd’hui, la première compagnie aérienne en termes de nombre de passagers transportés de la plateforme aéroportuaire de Diass avec plus de 300 000 passagers chaque mois. Nous allons atteindre certainement les 400 000 cette année», a déclaré Ibrahima Kane, DG de la compagnie aérienne dans une interview publiée le 16 août dans le quotidien national sénégalais Le Soleil. Une analyse optimiste qui laisse entrevoir une courbe de développement prometteuse. Pour propulser la compagnie en avant, le management compte s’appuyer sur la fibre nationaliste des Sénégalais,mais surtout rester à l’écoute de sa clientèle et opérer quelques changements stratégiques.
C’est dans ce cadre que s’inscrit la présentation du plan de développement de la compagnie au grand public par le DG de la compagnie qui a également présenté son rapport aux partenaires, le 14 août. Une stratégie de développement sur trois années où la compagnie nationale sénégalaise a pour mission de faire de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) un hub international qui va relier les pays de la sous-région avec l’intercontinental. Elle s’accompagne de changements, d’une réorganisation des horaires.
Changement d’horaires pour Paris-Dakar
A la fin du mois d’octobre 2019, les passagers à destination de Paris vont voyager en vols de nuit au lieu de la journée, comme c’est le cas actuellement et inversement les vols de Paris vers Dakar se dérouleront dans la journée. Un réaménagement destiné à améliorer l’efficacité des liaisons de vols à l’intérieur du pays et de la sous-région : Ouagadougou, Bamako, Conakry, Abidjan, Bissau, Nouakchott…. Une manière de capitaliser sur le trafic de ces lignes pour la compagnie confrontée à une forte concurrence, qui a éjecté le transporteur français Corsaire de la ligne Paris-Dakar l’année dernière.
Concurrence et défis du ciel africain
Par ailleurs, Air Sénégal qui a noué des partenariats avec d’autres compagnies, comme Air France, mise aussi sur le programme national de remise à niveau des aéroports régionaux.
Le projet «porte sur 200 milliards de Fcfa en cours d’exécution qui va concerner la mise à niveau de l’ensemble des aéroports du pays, des régions. Et au fur et à mesure de ces mises à niveau, Air Sénégal va s’y poser pour relier l’ensemble de ces points à partir de Dakar», explique le DG de la compagnie.
Elle fait état d’une flotte composée de cinq appareils et rappelle ses capacités à «opérer avec ses propres avions, dans tous les pays d’Europe, c’est-à-dire toutes les destinations classiques», après avoir obtenu l’aval des autorités compétences de l’UE. La compagnie qui, initialement, a investi 60 millions d’euros a aussi acquis deux appareils A330 pour un prix de 300 millions de dollars l’unité. La compagnie compte doubler son chiffre d’affaires et atteindre l’équilibre financier d’ici 2022.
Pour atteindre son objectif final de faire du Sénégal un hub régional, Air Sénégal doit faire face à la concurrence des compagnies solidement implantées dont Air France, Royal Air Maroc. Elle devrait également relever les défis propres au transport aérien africain, liés notamment à la difficulté à attirer et à garder les ressources compétentes, aux coûts élevés des assurances et du carburant, auxquels s’ajoute le manque de capitaux.
Maimouna Dia/latribune.fr

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Bernard dit :

    Merveilleux ! C’est la compagnie des bisounours !

  2. Bill dit :

    300 000 passagers par mois avec 9 avions soit 10 000 passagers par jour, quelle performance ! On doit quand même être un peu serré dans l’appareil.

    • Kanja Motown dit :

      Air Senegal a 6 aéronefs. 2 ATR, 3 Airbus A319 et un A330-900neo (un 2ème est prévu arriver en Septembre / Octonbre 2019, inchalah). En supposant que tous ces avions soient pleins chaque jour et fassent un aller retout par jour, ceci donnera.

      Pour les ATR: 70 x 2 x 2 = 280
      Pour les A319: 120 x3 x2 = 720
      Pour l’A330neo: 290 x 1 x 2 = 580
      Soit au total: 280 + 720 + 580 = 1580 Passagers par jour.
      Par mois en moyenne: 48 000 Passagers

      300 000 par mois ça doit être une coquille…..

      300 000 par an veulent-ils dire. Ils n’ont aucune idée des ordres de grandeurs…C’est tout.

  3. PDP dit :

    OK les chiffres font rire. Par contre j’avoue que le changement d’horaire au départ de Paris va être vraiment un plus. On ajoute à cela une belle différence de prix par rapport à Air France et j’ai donc déjà opté pour Air Sénégal en Janvier qui va me permettre de rejoindre la Casamance dans la même journée avec un écart de prix substantiel. J’espère qu’ils ne me décevront pas…

    • Bill dit :

      Sauf que pour être si tôt à l’aéroport, il ne faut pas devoir prendre le train depuis la province car pas de trains. A moins d’habiter sur place, venir en voiture ou prendre une nuit d’hôtel, pas de possibilités pour prendre les vols matinaux. Tant mieux pour ceux qui y trouveront leur compte, il reste assez de vol l’après-midi pour satisfaire le plus grand nombre.

  4. Ndiaye dit :

    y en a qui ne doutent de rien!! assis sur leurs chaises. ils ont les stats des passagers..d’autres sortes leurd petites calculatrices pour jouer au petit malin qui connaissent tout..quel peuple!!

  5. Ndiaye dit :

    mea culpa!!! en effet objectif 400000 par an semble plus plausible…

    • Bill dit :

      Chacun a vu l’erreur et s’en amuse parce que ca arrive très souvent dans les journaux sénégalais. C’est pardonnable pour le quidam mais pas pour un journaliste.

  6. le chaman dit :

    Quant la grenouille voulais se faire aussi grosse que le boeuf.
    Les amis pour voir clairement ce qu’il en est, Il suffit de consulter les chiffres publiés chaque jour par l ‘Anacim et récapitulés par quinzaine. Nombre de passagers au départ et à l’arrivé, pareil pour les mouvements des avions.
    Sur la dernière quinzaine ont embarqué de débarquer 194433 passagers. Pour un total d’Avions de 1247.
    Faites vos calculs.
    Pour ceux que cela intéresse. Taper sur votre moteur de recherche: nombre de passagers au départ et à l’arrivé de l’aéroport de Dakar.

  7. trevidic dit :

    Bonjour,
    Franchement ce genre d’article ou l’auteur avance des chiffres pour faire croire que tout va bien est récurrent pour le lecteur !….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :