RELANCE RAPIDE ET SÉCURISÉE DU TRANSPORT AÉRIEN

Les acteurs affichent leur optimisme

À quelques jours de la reprise du transport aérien sénégalais par le trafic domestique, des acteurs ont débattu sur la question sur le plateau de la Rts. Malgré le contexte sanitaire et économique difficile, ils sont optimistes quant à une relance « rapide et sécurisée » et un retour à la normale avant 2023.
« Les prévisions de l’Association internationale du transport aérien (Iata) disent que c’est en 2023 que le secteur va revenir au niveau de 2019 ». Le directeur des Transports aériens, Oumar Khassimou Dia, est plus optimiste que ces estimations. Pour lui, l’Afrique et le Sénégal, en particulier, peuvent ne pas arriver à cette date si un plan « cohérent de hub aérien » qui s’appuie sur la connectivité et les personnes ressources de qualité est mis en œuvre.
À l’en croire, si rien n’était fait, cette crise allait menacer 6000 emplois directs au Sénégal. Malgré une chute inédite pour une infrastructure qui fait toujours face aux dépenses routinières, Xavier Mary, le directeur général de Lima Aibd Summa (Las), gestionnaire de l’Aéroport international Blaise Diagne, espère une montée en puissance plus rapide après la reprise par le transport domestique.
« On va voir comment le monde va réagir face à cette maladie, car les gens ont besoin de voyager et le transport aérien est un vecteur de croissance économique », déclare-t-il. Les trois mois d’arrêt ont cueilli la compagnie nationale Air Sénégal en plein vol. N’empêche, son directeur général, Ibrahima Kane, pense à la reprise et demande aux acteurs de l’accélérer. Convaincu que la crise a également son côté positif, il trouve que la compagnie nationale aura son mot à dire. « On prépare le redémarrage international qui est entre les mains des États.
Dès que l’annonce sera faite, on fera en sorte de reprendre notre position et conquérir de nouveaux marchés. Après chaque crise se dégagent de nouvelles opportunités », indique M. Kane. À moins d’une semaine de la reprise progressive, le commandant Alioune Fall, de Transair, met en avant le défi de la coordination, en perspective d’un retour à la normale. Pour lui, il s’agira de coordonner et d’accorder les violons dans le cadre de l’Uemoa et de l’Iata, pour « une reprise très rapide ».
En toute sécurité
Avec le virus qui circule et met en mal la santé mondiale, de nouvelles règles préventives s’imposent. Elles sont prises en compte par les acteurs du transport aérien sénégalais, assure Xavier Mary qui indique que toutes les dispositions sont prises à l’Aéroport international Blaise Diagne pour une bonne ouverture domestique, pour ensuite passer aux vols internationaux. À l’en croire, l’aéroport n’a jamais été fermé et a fonctionné avec un trafic à 2,5 %.
À la veille d’une reprise, M. Mary juge important de rassurer les compagnies aériennes, les autorités et les passagers. « Nous sommes en train d’avancer. Nous avons créé un comité multi-métiers, multi-entreprises du transport aérien qui s’est décomposé en sous-comités qui ont travaillé pour arriver à un résultat commun. Nous avons mis des caméras thermiques fixes qui permettent de détecter les températures de plus de 30° », confie-t-il.
Sans oublier la réduction du nombre d’entrées dans le terminal, la distanciation et la trentaine de distributeurs de gel dans le terminal pour le lavage des mains. « Nous avons des balises de distanciation sociale. L’utilisation du masque est un impératif. Nous avons aussi un dispositif de protection des employés. Nous avons opté pour des plaques de plexi glaces pour distancier l’agent et le passager. L’échange de documents et les conversations pourront se faire en toute sécurité », ajoute-t-il.
Même si le « transport aérien est le plus sûr sur le plan sanitaire et que la contagion est faible, voire inexistante, à l’intérieur des vols », Ibrahima Kane indique que toutes les procédures ont été modifiées pour s’adapter au contexte sanitaire.
AIR SÉNÉGAL, AIBD: Les objectifs de 2020 hypothéqués
Depuis le 21 mars, les vols commerciaux sont à l’arrêt ; ce qui n’est pas sans conséquences pour une compagnie qui vient de démarrer, selon le Dg d’Air Sénégal. Il ajoute que la crise est intervenue au moment où la compagnie affichait ses grandes ambitions. En 2018, c’était 30 000 passagers et 400 000 en 2019. En 2020, les tendances prévoyaient un passage à 700 000 passagers. « Actuellement, nous faisons une activité de résilience avec le transport cargo et les rapatriements », regrette Ibrahima Kane. Dans cette situation difficile, dit-il, le personnel a été d’un grand apport. « Ils ont accepté de participer à l’effort en décidant que tout employé de la compagnie partira en congé anticipée d’un mois ; ce qui veut dire qu’il prend en charge l’un des trois mois qui viennent de s’écouler », ajoute-t-il. Avec cette période critique, Xavier Mary pense que l’Aibd va terminer l’année avec un trafic à l’ordre de 50 et 60 % par rapport à l’année dernière parce que, commente-t-il, c’est une année très difficile pour l’ensemble du transport aérien.
La destination de proximité, l’une des leçons à tirer de la crise
La Covid-19 vient confirmer la pertinence de la stratégie d’aéroports régionaux, selon Ibrahima Kane. « Aujourd’hui, tous les pays qui commencent à redémarrer leurs activités se basent sur le trafic domestique. Nous devons le renforcer avec Air Sénégal et tous les autres partenaires », dit-il. Le directeur des Transports aériens, Oumar Khassimou Dia, est du même avis. Pour lui, l’une des leçons à tirer du contexte est la diversification pour améliorer la connectivité intérieure. Ceci est d’ailleurs en bonne voie, selon lui. « Bien avant la Covid-19, le Président de la République avait initié un vaste programme de reconstruction des aéroports régionaux. Ce programme est très avancé, les études sont terminées et les travaux ont été lancés. N’eût été la Covid-19, on serait dans les travaux. Les partenaires tchèques vont bientôt arriver à Saint-Louis, Matam, Kédougou, Ziguinchor et Tambacounda », informe M. Dia.
Demba Dieng/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *