SÉNÉGAL IMMERGENT

Dakar noyé

Le ciel a ouvert ses vannes toute la nuit durant ce jeudi. Les populations ont du mal à trouver un moyen de transport pour rallier leur lieu de travail. Et les automobilistes ne savent pas sur quelle route rouler. Pas de politique d’assainissement depuis des années pour parer à cette situation qui a longtemps duré.
Des Allées Cheikhna Cheikh Sidaty, à la Rue 13, de l’avenue Cheikh Ahmadou Bamba, au Rond Point Colobane, les automobilistes et piétons ne savent pas quel chemin prendre.
Sur l’avenue Dial Diop, le tronçon qui borde le centre culturel Blaise Senghor, la voie est impraticable. Les agents de l’Onas qui pointaient sur cette partie à chaque début de pluie pour prendre les dispositions idoines sont absents.
senego

Après la pluie, le sale temps
Après la pluie c’est le beau temps, disait l’adage. Les habitants de Dakar et sa banlieue diront, certainement, le contraire. En effet, suite aux fortes pluies qui se sont abattues cette nuit, la capitale s’est réveillée sous les eaux.
Un véritable calvaire pour les automobilistes et tous les usagers de la route, notamment, les passagers des véhicules de transports en commun
Dans bien des localités, les usagers ont du mal à se frayer un chemin pour aller vaquer à leurs occupations. Des bouchons interminables sont notés. Castors n’est pas en reste. Sur place, constate un reporter de Actusen.sn, en face de la Senelec, les flots d’eaux empêche les véhicules de circuler comme il faut.
Certains sont obligés de se frayer du chemin dans les artères secondaires aux abords du marché éponyme pour se tirer d’affaires. C’est dire ainsi que la fin des inondations que les autorités chantonnent sur tous les toits n’est qu’un simple leurre. Le résultat est qu’à chaque fois que le ciel ouvre ses vannes, Dakar patauge… Vivement que ce phénomène soit, définitivement, réglé.
Actusen.sn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Abdul dit :

    Le Sénégal immergé, mais surement pas émergent….
    Ils n’ont même pas pensé à l’assainissement en construisant les routes….
    Ce n’est pas simplement un problème d’argent….
    Il n’y ont tout bonnement pas pensé ni prévu…
    Ils continueront à être submergés lors de l’hivernage…
    C’est pas la faute aux toubabs….

  2. Stephane dit :

    Depuis que je suis au Sénégal ( 1995 ) ce problème existe de nombreuses fois des enfants étaient engloutis à cause de l’absence de plaques d’égout dons pour moi ce problème ne sera jamais réglé inch allah

  3. issa gibb dit :

    L’année 2012, l’année 2013, l’année 2014, l’année 2015, l’année 2016 et l’année 2017, Macky Sall et sa bande de fainéants bras cassés gouvernementaux avaient promis que ces inondations ne se reproduiraient plus, avec des cas d’enfants noyés, emportés dans les égouts, fautes de grilles d’égouts…
    En 2018, les inondations sont toujours là, les promesses non-tenues parce ce qu’ils n’ont rien foutu, comme d’habitude… Les sénégalais vont supporter ces espèces d’enculés incapables, jusqu’à quand ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :