TOURISME: 300 MILLIARDS DE PERTE

Tourisme I Covid : le patronat annonce 300 milliards de Fcfa de pertes

La situation est difficile pour le patronat du tourisme. En l’espace de six mois de pandémie de la Covid-19, le secteur a perdu 300 milliards de FCfa.
La pandémie de la Covid-19 a occasionné des pertes de plus de 300 milliards de FCfa pour l’industrie du tourisme, a déclaré le président de la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique (Fopits), Mamadou Racine Sy, lors d’une conférence de presse à Dakar mardi. « Nous ne voyons pas de visibilité avant la saison 2021-2022. Celle de 2020-2021 est déjà perdue. Nous ne pouvons jamais rattraper le chiffre d’affaires que nous avons perdu », a-t-il dit.
Plus de trois tours d’horloge, les acteurs de l’industrie touristique ont passé en revue les principales difficultés que traverse le secteur avec cette crise. Six mois que le secteur du tourisme est en crise en raison des mesures prises, notamment la fermeture des frontières. Jusqu’à présent, les hôtels sont « quasiment vides » malgré la reprise timide des activités économiques au Sénégal, indique Mamadou Racine Sy. Il note que le taux d’occupation des hôtels tourne entre 5 et 20% ; ce qui ne permet pas aux réceptifs de faire face à leurs charges. Pourtant le Président Macky Sall, « sensible à la situation du secteur », avait ordonné un certain nombre de mesures pour aider le tourisme. La première prise par le Chef de l’État, magnifie Mamadou Racine Sy, a été de porter le crédit hôtelier à 15 milliards de FCfa même si, précise-t-il, ce n’est pas un cadeau offert aux entreprises. Il s’agit d’un prêt qui a permis au secteur de faire face à la crise. « Sans le crédit hôtelier, aujourd’hui, on ne parlerait plus de tourisme au Sénégal. Cela a permis d’aider plus de 1.300 entreprises et financer les besoins en fonds de roulement pour permettre le paiement des salaires durant trois mois et supporter les coûts des factures d’eau et d’électricité », a déclaré le président du Fopits. Il a remercié le Président Macky Sall pour cette « mesure salutaire » et le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, qui a «très rapidement mis en place les ressources qui ont permis au crédit de jouer son rôle ». Ce crédit hôtelier, dit-il, a permis d’éviter un « marasme sur le plan social » et un « effondrement » de l’industrie touristique. Cependant, les ressources allouées aux entreprises du secteur du tourisme n’ont tenu que trois mois alors que la pandémie est encore là. Le patronat fait face à des charges, notamment les salaires, la fiscalité, les échéances bancaires, etc. « La situation est inédite et exceptionnelle », souligne Mamadou Sow, le président du Syndicat des agences de voyage.
Le patronat réclame une « amnistie fiscale »
Aujourd’hui, le patronat du tourisme attend de l’État un soutien fort sur le plan fiscal. Le président du Fopits réclame un « plan Marshall » pour soutenir le secteur et « des solutions courageuses » pour aider le tourisme à tenir. « Il faut chercher d’autres solutions comme l’amnistie fiscale. Nous l’envisageons et nous pensons que le Gouvernement doit aussi l’envisager. Ce serait courageux de dire que l’année 2020 est une année blanche sur le plan fiscal et reporter les échéances jusqu’en fin 2021 », a plaidé M. Sy. Si rien n’est fait, beaucoup d’emplois dans le secteur sont menacés.
4 milliards payés aux réceptifs hôteliers
Beaucoup de réceptifs hôteliers ont été utilisés pendant la pandémie pour accueillir les malades de la Covid-19. Ces hôtels ont commencé à entrer dans leurs fonds. « Je peux confirmer que 4 milliards de FCfa ont été payés aux réceptifs hôteliers et il reste 3,7 milliards à payer et qui ont été transmis au ministère de l’Économie pour règlement », a informé, hier, le président de la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique, Mamadou Racine Sy.
10 milliards pour la rénovation du King Fahd
En marge de la réunion des membres de la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique, Mamadou Racine Sy a informé que le King Fahd Palace est en chantier. Les investissements pour rénover cet espace se chiffre à 10 milliards de FCfa. Cette rénovation, dit-il, va permettre au Sénégal de faire face à ses engagements internationaux.
Aliou Ngamby NDIAYE/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Sorry de jouer à l’imbécile et au débutant, mais j’entends parler de tous côtés du crédit hôtelier, qui aurait déjà été distribué au monde du tourisme pour lui permettre de faire face à la pandémie….
    Mais où est cet argent?
    Notre hôtel a tout fait pour respecter les conditions qui consistent, principalement, à assurer le maintien intégral de tous les postes existant et ses salaires.
    Il n’empêche que nous avons été oubliés dans la répartition de ce crédit hôtelier, malgré les nombreuses promesses….
    Nous ne sommes sans doutes pas assez puissants pour réclamer à haute voix notre part du gâteau. Mais que l’on cesse alors de magnifier toutes ses démarches, promises, sans doutes, mais non exécutées à notre niveau.

    • Benjamin dit :

      mon pauvre Alain en lisant des phrases comme celle là :« Nous ne voyons pas de visibilité avant la saison 2021-2022. Celle de 2020-2021 est déjà perdue. Nous ne pouvons jamais rattraper le chiffre d’affaires que nous avons perdu », je ne me pose plus aucune question !

    • Stephane dit :

      Votre campement est pourtant magnifique j’y suis passé il y à une quinzaine d’année en allant à Missirah

    • issa gibb dit :

      Ce crédit hôtelier n’est qu’un enfumage étatique supplémentaire ! Ce n’est pas une aide… Mais, un prêt !
      Il n’y a eu aucune aide de l’Etat au secteur Touristique au Sénégal et encore moins, à des patrons hôteliers Toubabs au Sénégal… Sauf à quelques copains du gouvernement, patrons hôteliers Apéristes !
      Ce crédit hôtelier n’est qu’un accord entre l’Etat Sénégalais et les Banques Sénégalaises, d’accorder plus facilement des PRÊTS aux patrons hôteliers avec les premiers remboursements reculés dans 2 ans….
      => Vue la situation incertaine de la reprise du Tourisme, avant plusieurs mois ou même dans plusieurs années au Sénégal : Peu de patrons hôteliers se sont engouffrés dans ces prêts bancaires « facilités » à remboursements « reculés » pour la simple raison de ne pas vouloir s’endetter lorsque la situation de reprise du Tourisme est aléatoire, voire hypothétique au Sénégal…
      Vue la conjoncture actuelle d’un Tourisme à l’agonie au Sénégal… La décision étatique de Réciprocité qui interdit la venue de la majorité des touristes au Sénégal qui ne s’arrange pas, ni côté €uropéen, ni côté Sénégalais…. Plus, la volonté certaine Islamiste de voir le Tourisme Occidental disparaitre au Sénégal et la volonté incertaine du gouvernement à relancer le Tourisme au Sénégal, à part ses enfumages d’annonces à répétition, depuis plusieurs années, qui ont amené le Tourisme au Sénégal où il en est aujourd’hui, bien avant la pandémie Covid19 qui l’a achevé, pour dire la vérité…

      D’autres hôteliers plus conscients et réalistes, n’ont pas voulu tomber dans ce traquenard d’endettement bancaire qui pourrait voir la perte totale de leurs hôtels et de leurs patrimoines au Sénégal, volés ou raflés par faute de non-remboursement de ce prêt « facilité » même avec ses délais reculés, car personne ne sait si le Tourisme va repartir d’ici 2 ans au Sénégal pour toutes les situations citées ci-dessus et encore plus…
      Avec des politiciens et banquiers pourris et corrompus à l’affût et complices pour se partager les établissements raflés à vils prix aux patrons hôteliers qui ont été dans l’impossibilité de rembourser dans les délais, ce prêt présenté si « Avantageux » pour eux, pour faire face à la crise du Covid19 ??? Pour se retrouver dépouiller de leurs biens ! Là, ceux sont des réflexes d’Intelligence et de Raison qui ont été choisi par des patrons du secteur, face aux pourris et aux corrompus Politiciens, Banquiers et Affairistes qui existent dans le pays ! Et les exemples sont légions, pour se méfier…

      Pourtant, l’Etat Sénégalais et son ministre du Tourisme, Alioune Sarr continuent à clamer que L’Etat « AIDE » le secteur et que de nombreux patrons hôteliers sont aidés, voire indemnisés ??? Que Nenni ! Tout cela est faux !… C’est un enfumage gouvermental de plus, comme pour les inondations annuelles, pour les coupures d’électricité, les pénuries d’Eaux, la création d’emplois pour la Jeunesse et les autres, la construction d’écoles ou des nouveaux hôpitaux ou le retrait des enfants Talibés esclaves mendiants des rues… C’est du flan! Ce n’est pas la première fois que les politicards Sénégalais prennent les gens pour des cons et avec le Coronavirus ou pas , çà continue…
      Pourquoi çà changerait ??? Un peuple soumis, en souffrance et de plus en plus pauvre, assoit leurs autorités
      et tout l’Art Politique, c’est de faire croire au peuple qu’on fait « Tout » pour eux, alors qu’on ne fait « Rien » !
      C’est tout l’Art Politique de faire passer un Prêt Bancaire qui risque de te laisser sur la paille, comme une Aide généreuse de l’Etat si préoccupé des problèmes du peuple, à rien foutre…. In chà Allah !

  2. Paracétamol dit :

    Le gouvernement n’est pas responsable du covid.
    Entreprendre c’est risquer!
    Un agriculteur gagne beaucoup lors d’une bonne saison et perd lors d’une mauvaise.
    C’est pareil!

  3. Yvesbzh dit :

    C’est le même enfumage en France
    Un prêt est un prêt, bon nombre d’entreprises ont eu recours aux crédits alors qu’elles avaient déjà quelques difficultés plus ou moins sévères pensant que le gouvernement allait passer l’éponge magique
    En empruntant les entreprises n’ont pas réalisé que pour rembourser et aller de l’avant il fallait non seulement retrouver le niveau de CA d’avant ,mais faire encore PLUS de façon à continuer Leur activité et En plus à rembourser les frais exceptionnels des emprunts
    Ce qui dans la majorité des cas est IMPOSSIBLE, le tourisme au Sénégal ne retrouvera jamais son niveau d’avant COVID-19 et encore moins ne le surpassera avant des lustres

  4. Stephane dit :

    Ca fait + de 20 ans que le tourisme est mort au Sénégal le corona est le facteur qui va l’enterré et surtout qui servira d’excuse pour justifié l incapacité des Sénégalais à gérer ce secteur, je dit excuse en sachant très bien qu’un Sénégalais n’est jamais responsable de rien et ne fera jamais son autocritique un peu comme nos socialistes Francais

  5. reciprocitecaaideaqui dit :

    Pourquoi le président de la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique (Fopits) et le président du Syndicat des agences de voyage ne demandent pas le président Macky Sall de laisser tomber la réciprocité et de rouvrir les frontières pour les touristes?
    Si on faisait une annonce maintenant, on pourra avoir au moins quelques revenues les mois de hiver, les gens pourraint planifier leur voyage dès maintenant.
    Pourquoi les acteurs du secteur touristiques ne font pas cette demande?

    • Stephane dit :

      En temps normale la pleine saison touristique commence dans quelques semaines mais ca fait bien longtemps que les terrasses sont vides de touristes aux mois de Décembre et Janvier

  6. Tok dit :

    J’ai un problème de calcul !

    300 milliards de perte avec 500.000 touristes (1 million par an), cela fait 6 millions par touriste si je calcule bien (avec autant de zéros, rien n’est sûr). Séjour moyen: 10 jours. Les touristes sont vraiment très très riches. Ou les hôteliers de gros menteurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :