Des cfa pour le Sénégal

Morosité économique – Difficultés de paiement des fonctionnaires, baisse des recettes fiscales et douanières : Sale air pour Macky

4788617-7158864.jpg

L’argent se fait rare dans le pays, au point que l’administration éprouve toutes les difficultés à payer les salaires des fonctionnaires. Les recettes fiscales et douanières peinent à rentrer, alors que l’Etat en a besoin pour relancer la machine économique. D’où le dilemme du gouvernement.

La prophétie de Abdoulaye Wade avant les élections tendrait-elle à se réaliser bientôt ? On se rappelle que dans l’entre deux-tours, en battant campagne pour sa réélection, le chef de l’Etat sortant avait déclaré que s’il n’était pas réélu, son successeur n’allait pas pouvoir payer les salaires deux mois après. 7 mois après son départ, cette prédiction ne s’est pas encore avérée, mais ce n’est que parce que les agents de l’Adminis­tration n’ont pas croisé les bras. Car la situation sur le front économique et social est très difficile.

Selon des agents du Trésor, les salaires des fonctionnaires, pour le mois de septembre, ont été payés après de fortes gymnastiques. L’une de ces personnes qui parle, sous le couvert de l’anonymat, explique que lorsqu’il a été question d’inclure les avances de Tabaski qui ont été établies à 50.000 francs Cfa par agent, «le système a rejeté le tout». Alors que cela ne représentait qu’un surplus d’un milliard de francs Cfa.

Il a fallu, pour contourner la difficulté, sortir les différentes in­demnités des agents de leur bulletin de salaire. C’est ainsi, par exemple, que certains agents n’ont pas vu sur leur bulletin de ce mois, où ont été pris en compte leurs heures supplémentaires ainsi que d’autres avantages. Et rien ne garantit qu’à la fin octobre, la situation de la trésorerie sera meilleure. Cela dé­montre à quel point la situation du pays est difficile, explique un économiste sénégalais, qui juge par ailleurs que cela n’a rien de surprenant.

En effet, les objectifs assignés à l’Administration fiscale et aux services des douanes ne sont pas atteints. Tous les départements de l’Administration fiscale peinent à recouvrer leurs recettes. Il en est de même des droits de douane qui ont également été revus à la baisse. Car objectivement, les entreprises établies au Sénégal ne peuvent plus être pressurées outre-mesure. Quelque temps avant le départ du Président Wade, un haut-fonctionnaire de l’Adminis­tration estimait que ce qui a été fait aux entreprises nationales par les Impôts et domaines pouvait s’assimiler à du «brigandage fiscal», sinon à une extorsion des fonds. Il expliquait que l’Etat avait tellement besoin d’argent qu’il anticipait même le paiement de certains impôts. Malheureusement, depuis lors, les choses ne se sont pas améliorées. La seule différence étant aujour­d’hui que la plus belle femme du monde ne peut donner plus qu’elle n’a et les contribuables locaux sont exsangues.

L’Etat ne peut même pas se tourner auprès des bailleurs de fonds pour se soulager. De ce côté-là aussi, les gens traînent les pieds pour sortir l’argent. Par exemple, sur les 100 milliards d’appui budgétaire promis par la Banque mondiale, le Sénégal n’a pu recevoir à ce jour, que le quart, à savoir 25 milliards de Cfa. Les 75 milliards restants sont encore coincés dans les brumes des procédures. Les autres partenaires au développement n’ont pas fait mieux, si l’on sait que, les 80 milliards reçus de la France à l’arrivée de Hollande, ont servi principalement à éponger les dettes dues aux sociétés françaises.

La seule bouffée relative d’oxygène, vient du marché financier régional. Mais, outre qu’il est trop sollicité par les différents pays membres de l’Uemoa, ses capacités de décaissement ne sont pas suffisantes pour financer réellement l’économie. D’où, à quelques semaines de l’examen du budget 2013, le dilemme du couple Macky Sall-Abdoul Mbaye : comment financer l’économie sans tuer les entreprises ?

Piccmi.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. BOSSU Richard dit :

    Je voudrais être abonner aux articles que vous publiez,je vis au Sénégal depuis une vingtaine d’années.
    Salutations

  2. Yves dit :

    Bonsoir, Il n’y a malheureusement pas possibilité de s’abonner ni d’avoir une alerte publication via ce portail.
    Vous pouvez simplement mettre ce lien dans vos favoris et aller jeter un oeil quasi quotidiennement.
    Il y a également un Facebook: https://www.facebook.com/Salysenegal.net
    Merci de votre intérêt!

%d blogueurs aiment cette page :