BILAN DOUBLÉ DES MIGRANTS MORTS

Plus de 3000 migrants sont morts en mer en 2021 en route vers l’Europe

Le nombre de morts en mer sur la route de l’exil a fortement augmenté par rapport à 2020, selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés qui veut des « alternatives » pour éviter ces situations.

Plus de 3 000 migrants tentant de rejoindre l’Europe sont morts en mer l’année dernière, deux fois plus qu’en 2020, a indiqué vendredi l’ONU qui veut des « alternatives » à ces fuites désespérées et dangereuses. « Sur ce total, 1 924 personnes ont été déclarées mortes ou disparues sur les routes de la Méditerranée centrale et occidentale, tandis que 1 153 autres ont péri ou ont été portées disparues sur la route maritime de l’Afrique du Nord-Ouest vers les îles Canaries », a déclaré une porte-parole de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à Genève, Shabia Mantoo. En 2020, 1 544 décès avaient été signalés pour les deux routes. Et le phénomène continue, « 478 personnes supplémentaires ont péri ou ont été portées disparues en mer » en 2022, continue la porte-parole.

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, la pandémie de Covid-19 et les fermetures de frontières qui en ont découlé ont eu un impact sur les flux migratoires, de nombreux réfugiés et migrants se tournant vers des passeurs pour tenter de rejoindre malgré tout l’Europe.
Des arrivées en Europe qui ont aussi quasiment doublé

Dans un rapport publié ce vendredi, le HCR relève notamment que 53 323 personnes sont arrivées par la mer en Italie en 2021, soit 83% de plus qu’en 2020, et 23 042 sont arrivées dans les îles Canaries, presque autant qu’en 2020.

Il y a par ailleurs eu une augmentation de 61% des départs en mer depuis la Tunisie en 2021 par rapport à 2020 et de 150% depuis la Libye. Les départs depuis l’Algérie n’ont en revanche que très légèrement augmenté (+3%). La plupart des traversées en mer se font à bord de bateaux gonflables bondés et en mauvais état, indique le HCR. Nombre de ces embarcations se dégonflent ou chavirent, entraînant le décès des occupants.

La Méditerranée centrale est la route de migration la plus meurtrière au monde, avec plus de 17 000 morts et disparitions enregistrées depuis 2014 par le Projet Migrants Disparus de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La mort n’est pas le seul danger qui menace les réfugiés et migrants, relève aussi la porte-parole du HCR. Ils sont également victimes de nombreuses violations des droits de l’homme : exécutions extrajudiciaires, détentions illégales et arbitraires, violences sexuelles, travail forcé, esclavage, mariage forcé, etc.

Selon le HCR, entre instabilité politique, conflits, détérioration des conditions socio-économiques et changement climatique, les conditions sont réunies pour observer ces prochaines années un accroissement des déplacements vers l’Europe depuis l’Afrique. L’organisation appelle les gouvernements à élaborer des « alternatives » pour que les réfugiés et migrants n’aient pas à se lancer dans des périples qui les mettent à merci des trafiquants ou mettent leur vie en danger.

RFI

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stephane dit :

    Vos chiffres mensonges ne parlent a personne

  2. Stephane dit :

    Pas facile de caler correctement une vidéo de Donna Summer ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :