BRÈCHE DE St LOUIS: L’HÉCATOMBE CONTINUE

Saint-Louis – Premier accident post-dragage : Deux pêcheurs noyés dans la brèche

Le chavirement d’une pirogue à la brèche de Saint-Louis a fait hier deux morts et deux disparus. L’embarcation, qui revenait d’une partie de pêche, transportait une quinzaine de personnes. Le drame qui a plongé la communauté des pêcheurs dans la consternation, s’est déroulé dans la matinée, au niveau de la brèche servant d’embouchure au fleuve Sénégal. La pirogue, qui transportait 15 personnes au total, a chaviré, selon le témoignage de son capitaine, au moment de traverser ce passage obligé ; les pêcheurs revenaient d’une partie de pêche en mer pour rallier le fleuve, lieu de débarquement des prises. Le bilan est assez lourd car deux personnes y ont perdu la vie. Leurs corps ont été retrouvés et déposés à la morgue de l’Hôpital régional de Saint-Louis, alors que deux autres sont encore portées disparues. Probablement ils seraient morts car pour ceux qui connaissent l’endroit, il laisse peu de chance à ceux qui y tombent, soit à cause de la profondeur ou encore de la température très basse.

Cet accident est le premier qui s’est soldé par des pertes en vies humaines depuis la fin des travaux de balisage et de dragage qui ont été effectués sur cette brèche. Des travaux livrés il y a juste quelques semaines en présence du ministre des Pêches, Alioune Ndoye. Selon les chiffres annoncés par ce dernier, plus de 8 milliards de francs Cfa ont servi à la réalisation de ces travaux effectués pour améliorer les conditions de traversée et ainsi assurer aux pêcheurs une plus grande sécurité, en attendant la réalisation de travaux de plus grande envergure. Les pêcheurs ont payé un lourd tribut de l’insécurité au niveau de la brèche, avec près de 500 morts suite à des chavirements. Ils ont toujours dénoncé la mauvaise qualité des travaux qui, de leurs avis, ne s’étaient pas faits de façon inclusive.

Cheikh NDIONGUE – cndiongue@lequoridien.sn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Stephane dit :

    Heureusement que le gâteux Wade écoutant les conseils de sa liftée Vivianne et leur marmaille de surdoués milliardaires n’a pas installé la fameuse centrale nucléaire flottante à St Louis

  2. jean-Marie Dupart dit :

    Et donc comme je l’avais dit à plusieurs reprises le dragage n’a servi à rien et ne servira pas plus dans l’avenir du moins pour ce qui est de la sécurité de la traversée de l’embouchure du fleuve Sénégal. Cette promesse électorale réalisée juste avant les élections municipales (est-ce un hasard ?) n’a fait qu’accélérer la dérive de la brèche vers le Sud puisque par manque d’approvisionnement en sable 500 m sont partis dans l’océan ce dernier mois.
    Il faut laisser cette nature qui est en train de se reconstituer le faire à son rythme sans plus toucher à rien, sinon accompagner la reconstitution Nord par des mesures douces : pièges à sable, enherbement, plantation d’arbres.
    Mais aussi ( et je compatis pour les malheureux décédés et disparus ainsi que leur famille) mais aussi donc, il va falloir que les pêcheurs aprennent à ne pas sortir en mer quand celle-ci est signalée dangereuse, chose que certains font malgré tout au risque de leur vies et celles de leurs équipages… La réponse leimotiv qui est de dire qu’on a besoin de travailler pour vivre, ne tenant pas une fois noyé….
    Enfin je souligne que les pirogues de retour de pêche qui passent l’embouchure souvent pleines à craquer sont sous-équipées en terme de motorisation et du coup ne peuvent pas aller plus vite que les vagues. Cette notion est connue de tous les marins dans le monde : si l’on ne peut pas se mettre à l’abri derrière une vague en la suivant à sa vitesse, le danger est grand de se faire rattraper par la suivante et submerger par l’arrière.
    De toutes ses notions en va de a survie des futurs pêcheurs

    • Stephane dit :

      Les Sénégalais sont d’admirables marins , très courageux, peu à peu ils remplacent les Bretons à bord des bateaux de pèche, même les bigoudens du  » Guilv  » et de Loctudy ont leurs Sénégalais à bord et ce ne sont pas des croisières

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :