GRÈVE DANS L’ENSEIGNEMENT

En grève pour 3 jours

Il n’y aura presque pas de cours dans les collèges et lycées du pays pendant 3 jours. Le Saemss et le Cusems, les deux syndicats les plus représentatifs du moyen-secondaire, vont observer un débrayage aujourd’hui et demain mercredi. Ensuite, ils seront en grève totale ce jeudi. Les deux syndicats veulent ainsi pousser le gouvernement à respecter les accords signés en 2018 et à corriger le système de rémunération des agents de la Fonction publique.

L’année 2022 va démarrer avec des perturbations dans les enseignements. Le Saemss et le Cusems, qui ont décidé de se battre ensemble pour le respect des accords signés avec le gouvernement en 2018, vont observer 3 jours de grève.
Le mouvement d’humeur de ces deux syndicats va démarrer aujourd’hui avec un débrayage à 9h. Il en sera de même pour mercredi et les enseignants membres de ces deux organisations syndicales seront en grève totale le jeudi. En plus de ces 3 jours sans cours, les camarades de Saourou Sène et de Abdou­laye Ndoye ont également décidé du «boycott de toutes les évaluations, des activités sportives et des cellules pédagogiques». Dans la même dynamique de lutte, les syndicalistes envisagent «une grande marche nationale des enseignants du Sénégal à Thiès, dans la semaine du 10 au 15 janvier».
Outre le respect des accords signés en avril 2018 avec le gouvernement après plusieurs mois de grève, les syndicats exigent aussi «la mise en place d’un nouveau système de rémunération juste et équitable».
Le Saemss et le Cusems ont toujours dénoncé l’immobilisme du gouvernement pour trouver une solution à ce problème après qu’une étude montrant les disparités dans le système de rémunération dans la Fonction publique a été effectuée. Lors d’une conférence de presse tenue en décembre, le Secrétaire général du Saemss avait encore fustigé l’attitude des autorités. «Après avoir reconnu le caractère inéquitable du système de rémunération de la Fonction publique du Sénégal, décrié depuis fort longtemps par les syndicats, en raison des nombreuses iniquités fondées sur des indemnités faramineuses octroyées aux autres corps à l’exception des enseignants, le gouvernement avait pris l’engagement d’apporter des correctifs. Mais que nenni. Trois ans après la signature du protocole, aucune réponse structurelle n’a été apportée à cette vieille doléance qui cristallise l’espoir de tous les enseignants du Sénégal», avait-il déploré.

dkane@lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. issa gibb dit :

    Et c’est reparti ! Comme chaque année, les grèves dans l’Education Nationale…
    Inutile de s’étendre à nouveau, ceux sont toujours les mêmes raisons, les mêmes maux, les mêmes tares et les mêmes conneries qui reviennent d’année en année, sans avancer, ni même émerger….
    D’un côté, un ministère avec un ministre de tutelle, Talla aussi con, pompeux, inefficace et à côté de la plaque à rien foutre que son prédécesseur Thiam, avec des écoles délabrée, sous-équipées, sans WC ou Eau, en plus des retards de paiements de salaires répétitifs et des promesses non-tenues de paiements des retards de salaire depuis 2018, etc…
    De l’autre, les principaux syndicats du corps professoral Sénégalais qui ont un gros poil dans la main pour travailler, qui aiment souvent se foutre en grève pour rien foutre avec chantage au boycott des corrections des examens, chaque année, dans des écoles pourries, sans équipement ou hygiène, des classes surchargées d’élèves, pour des salaires minables et aucune promesse ministérielle tenue, etc… Ce n’est plus la ronde dans l’Education Nationale Sénégalaise, mais la danse de la Connerie Nationale Sénégalaise…
    => Mais, est-ce que tout cela n’est pas volontairement organisé par les autorités ??? Car un peuple éduqué et surtout une Jeunesse instruite, se révolterait et voudrait sa part du gâteau… Y-a pas photo ! Chercher l’erreur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :