TOURISME SEXUEL: SALY AND Co

Les grandes destinations du tourisme sexuel en Afrique

Le continent est devenu, après l’Asie et l’Amérique latine, une destination prisée par les touristes sexuels. La faiblesse d’une réglementation dissuasive et une population libérée du poids des traditions favorisent le phénomène.

Bienvenue à Saly, station balnéaire située à environ 90 km de Dakar, la capitale sénégalaise. Hôtels de luxe, clubs et restos chics, plages de sable fin, bungalows au toit de paille… La station passe pour être le lieu de villégiature le plus séduisant d’Afrique de l’Ouest. Mais Saly est aussi et surtout la capitale du tourisme sexuel au Sénégal. Le célèbre guide français du Routard, il y a quelques années, décrivait ainsi froidement ce petit village chaud de la commune de Mbour:

«Saly est le point de ralliement des Occidentaux vieillissants qui souhaitent goûter aux charmes de jeunes Sénégalais(es), pas toujours majeur(e)s.»

Ici, des jeunes filles à peine sorties de l’adolescence rivalisent d’ingéniosité pour approcher les touristes blancs, tandis que les jeunes hommes exhibent fièrement leur forte musculature sur la plage, histoire de pouvoir offrir leurs services à des dames âgées… ou à des messieurs.

Cela conduit souvent à des situations bien dramatiques. Comme l’histoire de cette Française de 65 ans qui se suicide dans sa chambre d’hôtel en consommant une forte dose d’insecticide, après s’être fait dépouiller de tous ses biens par un jeune garçon. Ou comme celle de ces quatre Français condamnés de deux à dix ans de prison pour pédophilie.

Selon le magazine L’Express, qui rapportait la nouvelle il y a quelques temps, l’un d’eux avait attiré une fillette de 10 ans, vendeuse de cacahuètes sur la plage de Saly, avec un billet de 1000 francs CFA (1,50 euro) et lui avait ensuite fait perdre sa virginité. Le phénomène a pris une telle ampleur qu’une ONG de lutte contre la pédophilie, Avenir de l’enfant, s’est créée en 2002 pour «briser l’omerta et faire se délier les langues».

moroccomail.fr

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. glock dit :

    Cela sent le réchauffé comme info, sans compter la photo qui a plus de 15ans. Hormis dans les boîtes de nuit ou bars restaurants, le RDC en particulier la situation est moins « malsaine » qu’il y a une dizaine d’années

  2. issa gibb dit :

    Qu’est ce qu’ils nous font chier à ressortir chaque année, depuis plus de 20 ans, cet article à la con sur le tourisme sexuel à Saly ??? Avec cette vieille histoire de pédophilie en 2002 ou encore l’histoire de cette vieille toubab qui s’est fait plumée par un jeune couguard sénégalais… Les temps ont bien changé !
    Bien sur, on ne peut pas nier que le plus vieux métier du monde, la prostitution n’existe pas à Saly, à Dakar et même à Mbacké, la ville bordel mouride et dans tout le Sénégal : Mais ces journalistes n’ont vraiment rien à foutre d’autre et surtout il est presque sur qu’ils n’ont pas foutu les pieds à Saly, depuis 20 ans… Car tout touriste toubab sait très combien, ce qui lui en couterait de détourner une mineure, pire pour un mineur à Saly et 1 homme averti en vaut 2… D’autant plus qu’il n’y plus de touristes à Saly, depuis longtemps avec leur visa à la con en 2013, suivi de la peur d’Ebola jusqu’au réel ConnoVirus Chinois, le pass sanitaire et les complications pour voyager et enfin la destination Sénégal oubliée sur Internet, malgré une propagande touristique étatique mensongère… Seuls, persistent et signent, quelques irréductibles toubabs Sénégaulois qui ont un bien au Sénégal et qui adorent ce pays malgré les agressions en hausse et la montée Islamiste anti-toubabs galopante…
    Article de merde, vieux comme Hérode, sans plus grande réalité à Saly et pourtant toujours ressorti, chaque année contre le Tourisme sexuel ???
    Ces journalistes feraient mieux d’écrire que ceux sont les nouveaux riches-nantis Dakarois qui font leurs virées du week-end au Casino et dans les grands hôtels de Saly, tout comme les membres des gouvernements successifs Salliens qui font tous leurs colloques, assemblées et autres réunions à Saly pour profiter des prostituées de Saly, si affinités…
    Ainsi, ces médiocres journalistes seraient à la page du jour et dans la réalité du Tourisme sexuel en 2021 à Saly, au lieu de nous balancer leur vieux torchon de merde, chaque année, depuis 20 ans… In chà Allah !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :