LA RELANCE DU TOURISME POST COVID

Secteur touristique : Sept mesures phare pour la relance post-Covid

Quatre mois après la fermeture des réceptifs hôteliers suite à la pandémie du Covid-19, les hôtels de la station balnéaire de Saly ont rouvert leurs portes à la clientèle. Pour mieux les encourager, Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des transports aériens, a effectué une visite pour faire l’état des lieux. Au cours de cette visite, il a annoncé sept mesures phare pour la relance post-Covid du secteur touristique au Sénégal.
La relance du secteur tourisme dans la période post Covid-19 va s’appuyer sur 7 points, a annoncé Alioune Sarr, qui effectuait le week-end dernier, une visite dans quelques réceptifs hôteliers de la Petite-Côte. «D’abord, nous allons renforcer le crédit hôtelier touristique, mais également le crédit transport aérien qui ont fait des résultats extrêmement positifs durant cette période de la pandémie. Le crédit hôtelier a permis aux entreprises hôtelières de couvrir leurs besoins en fonds de roulement, mais aussi pour certains d’agir sur l’investissement. C’est pourquoi le crédit hôtelier sera renforcé dans le cadre de cette relance touristique et le chef de l’Etat a donné des instructions au ministre de l’Economie et du plan mais aussi à celui des Finances et du budget pour qu’entre 2020 et 2023, le crédit hôtelier soit significativement soutenu pour que justement les entreprises puissent agir dans le cadre de leurs investissements», a dit le ministre du Tourisme et des transports aériens.
En plus de cette mesure, la relance du secteur va reposer sur la promotion des micro-entreprises de la chaîne de valeur touristique. «Nous avons de toutes petites entreprises autour de la chaîne de valeur touristique et qui sont des vecteurs de transformations dans les territoires et naturellement ces micro-entreprises seront soutenues à travers la formation. C‘est pourquoi dans le volet accès aux crédits, une partie significative de 2 milliards de francs Cfa était réservé aux micro-entreprises, cela sera renforcé», a précisé le ministre.
Ainsi dans le plan d’actions qui est prévu au niveau du ministère du Tourisme et des transports aériens, 750 mille micro-entrepreneurs seront formés pour un objectif de 17 mille emplois directs et indirects à l’horizon 2023.
Après cette mesure, le ministre a annoncé aussi la réhabilitation des micro-réceptifs hôteliers d’hébergements touristiques appelés aussi campements villageois. Lesquels, selon lui, ont été soutenus ces dernières années, mais «le soutien sera renforcé, car c’est un segment qui participe à la préservation des ressources naturelles dans les terroirs et de l’habitat rural. La ruralité est porteur de valeurs aussi et nous avons besoin, dans le cadre de nos villages, des ponts de relance du secteur touristique et naturellement les campements villageois seront soutenus». D’ailleurs, c’est dans ce cadre qu’il a donné des instructions à la Direction de l’investissement et de l’aménagement touristique de proposer dans les différents pôles touristiques, des modèles de plans pour qu’il y ait dans chaque pôle touristique la structure adaptée. Ces plans permettront aussi de soutenir ces campements villageois qui permettent de valoriser l’histoire mais également le territoire national.
Le quatrième pilier de cette relance sera la campagne marketing. Alioune Sarr a invité les Sénégalais à exploiter tout le potentiel du pays à savoir son héritage culturel, mémoriel, historique qu’il faut valoriser. «Nos compatriotes commencent à comprendre cela. Les hôtels que nous avons visités nous ont dit qu’ils sont à un taux de remplissage de 100% le week-end, mais ils déplorent que pendant la semaine c’est mitigé. C’est le lieu de lancer un appel à tous les fonctionnaires, tout ce qui est service rattaché à l’Etat pour qu’ils puissent répondre à l’appel comme nous l’avons constaté avec les citoyens sénégalais qui sont venus massivement durant cette période du 15 août. Après les services de l’Etat, mon appel est destiné aussi aux grandes entreprises qui payent des colonies de vacances dans des pays à l’étranger. Je sais que ce sont de très grands patriotes, je les invite pour qu’ils demandent à leurs employés de choisir la destination Sénégal. Cet appel est lancé également aux ménages sénégalais qui durant le week-end peuvent venir joindre l’utile à l’agréable dans ces hôtels», plaide le ministre. Qui s’est prononcé aussi sur la réhabilitation des sites culturels et naturels inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Le Sénégal à 7 sites placés patrimoines mondiaux de l’Unesco et qui constituent des porte-flambeaux pour le Sénégal.
10 milliards injectés dans la réhabilitation des sites culturels
D’ailleurs, dira-t-il, sur instruction du Président Macky Sall, le gouvernement a injecté 10 milliards de francs pour la réhabilitation de ces sites. «Concernant le site de Dindefelo, le président de la République a donné des instructions pour que la route Kédougou-Salemata-Dindefelo soit construite, pour que le site soit accessible. C’est un site exceptionnel mais malheureusement avec l’état de la route, c’est difficile d’y accéder», se désole M. Sarr.
Le plan de relance du secteur économique va mettre le focus également sur le tourisme domestique. A en croire le ministre Sarr, en 2018, sur les 1,6 million de touristes qui sont venus au Sénégal, seulement 19% ont concerné nos compatriotes. «C‘est pourquoi le Covid-19 doit être un élément de réflexion qui déclenche un changement de paradigme. Le Covid-19 nous a appris qu’il faut compter sur soi-même, compter autour de soi, autour de la région. Puisque quand on ferme pour la première fois dans l’histoire les frontières aériennes dans tous les pays du monde en même temps, cela veut dire que nous devons être résilients et nous devons naturellement nous appuyer sur le tourisme autour de nous. Le tourisme domestique est aujourd’hui une nécessité absolue, c’est pourquoi je demande aux professionnels d’insister sur les produits, mais aussi sur les prix. Que cela puisse être accessible aux citoyens. Il faut insister sur le tourisme domestique qui est un potentiel», exhorte M. Sarr.
Abordant la relance du transport aérien, le ministre a rappelé que «le gouvernement a décidé de construire cinq aéroports régionaux dont les premiers seront ceux de Saint-Louis et Matam-Ourossogui. Ceux de Kédougou, Tambacounda et Ziguinchor suivront. Ces cinq aéroports permettront de rapprocher les Sénégalais du Sénégal et seront des instruments de promotion de la destination Sénégal».
Cette visite a également permis de constater que le protocole sanitaire est respecté dans les hôtels visités.
Alioune Badara Ciss/lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. lionel lopez dit :

    Super, il reconnait lui même que le tourisme domestique ne représente que 20% de l’activité. Les expats et locaux qui viennent sont là pour des séjours de 2 à 3 jours maximum. Ca ne remplacera jamais, les touristes qui viennent d’une semaine jusqu’à un mois. Impossible de couvrir les frais avec ça. Dans le Saloum, nous avons la chance d’avoir la clientèle de Dakar et Saly, mais je pense à mes confrères de Saint-louis, de casamance ou de Kedougou, qui n’ont pas cette possibilité du fait de l’éloignement. Cette réciprocité prise par fierté mal placée, c’est la mort assurée pour beaucoup d’hôteliers. Alors, le blabla, barna.

  2. Bernard dit :

    Pour venir au Sénégal, il ne faut pas que le compagnie aérienne soit imposée (Air Sénégal !) ! On doit pouvoir comparer et choisir. Ensuite, il faut être sûr de pouvoir repartir avec un passeport français (et pas resté bloqué à l’AIBD pour des obscures raisons de réciprocité).

  3. AlphaD dit :

    Il y a une chose avec laquelle les Sénégalais ne parviennent pas à s’entendre : ils font de belles phrases, c’est vrai, mais quand on leur demande  » 7 x 8  » la réponse est le plus souvent : « Heuuu… attends, je prends mon portable… ». Les Sénégalais n’aiment pas les chiffres et pourtant ils calculent facilement en milliards : on les dépense, on les prêtes, on les emprunte, on les pique (Pas qu’ici, d’ailleurs) mais « 7 x 8 » : Bof çà n’intéresse personne.
    Quand je lis ces articles, je vois qu’on a déjà alloué 77 milliards au tourisme, mais que Air Sénégal en a déjà bouffé 60 % pour se maintenir en vie. Elle finira par liquider toute l’aide à venir et puis jettera le gant au grand dam du secteur touristique qui n’aura reçu que les miettes. On annonce 1,6 million de touristes en 2018, je crois qu’il y a un zéro de trop. On espère que des Sénégalais qui gagnent 100.000 f par mois prendront l’avion pour aller voir les ruines de St-Louis : je crois qu’il manque un zéro. De plus, ce tourisme domestique n’apportera pas un euro ( ou un dollar) au Sénégal. Je ne sais pas comment on va payer notre riz aux Thaïlandais. On formera 750 mille micro-entrepreneurs ( trois zéros de trop) qui créeront 17.000 emplois ( un zéro de trop). Je ne vois franchement pas chaque micro-entrepreneur créer chacun une moyenne de 20 emplois. Peut-être deux ou trois mais au noir alors : encore un zéro de trop.
    Le Lotto européen appelé « Euromillion » peut avoir une cagnotte dépassant les 100 milliards. Une combinaison du Lotto coûte environ 1.600 F et l’on a environ une chance sur 7 millions de remporter le pactole et donc statistiquement si l’on oblige tous les Sénégalais ( la Loi Lotto) à acheter un billet déjà rempli par un ordinateur, nous pourrions jouer deux fois toutes les combinaisons avec 100% de chances de gagner… chaque semaine.
    Ah, quand on rêve…

  4. Tok dit :

    A quoi sert une perfusion pour maintenir le cadavre en survie si on empêche les touristes de venir? Le tourisme intérieur ne rapporte pas de devises et ne pourra jamais remplacer les touristes étrangers qui dépensent en moyenne 70 euros par jour/personne (stat ministère)

  5. joseba dit :

    je comprend pas ses messures… j avais billet de avion pour voayager des l espagne la semaine prochaine… Dans la embassade de Senegal en espagne, ou je m ai reinseigne par telephone on me dit que c est interdit pour le moment l entree de nationals europeens sauf ce que ont carte de sejour … pour touristes c est interdit l entree a Senegal….. alors j ai anulee mon billet d avion….. Alors je comprend bien ces messures si l essential permettre l entree de turistes, europeens en senegal c est interdit…. la fille de l embassade me dire que c est un afaire de reciprocite, la UE ( ou sont les pays les plus touches por la pandemie) ai faite une list de pays qui peut acceder a la UE, et dans ce list c est pas senegal, alors les europeen ont interdit l entree en Senegal…. bon chaque pays c est libre de faire les regulations que veut, mais je crois aue les autorites senegalaises se trompent , c est bon pour le Senegal et les senegalais que les turistes depensent son argent en senegal , si les autorites espagnols, francais, alemans ect sont de racistes et n aiment pas j argent de les turistes senegalais , est que sont assez estupids… en plus, dans tous les pays europeens il y ai plus afectes pour l Covid 19 que en senegal

  6. Yvesbzh dit :

    La CAF est remplie de touristes Sénégalais,mais ils ne viennent pas dépenser leur argent, mais pomper le notre.
    Le jour où vous verrez des touristes Sénégalais en France ,faites moi signe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :