COVID PAS FINI !

Des Sénégalais font tomber le masque

Les masques sont tombés deux semaines après la levée de l’état d’urgence de catastrophe sanitaire dans les régions de Dakar et de Thiès dans la lutte contre le coronavirus. Aujourd’hui, le port de masque chez certains Sénégalais est devenu rare ainsi que le respect des autres mesures barrières.
Les Sénégalais auraient-ils démystifié la maladie du coronavirus ? Tout porte à le croire. Depuis un certain moment, la population dans sa majorité ne respecte plus les mesures barrières édictées par les professionnels de santé pour lutter contre la pandémie pourtant toujours présente dans le pays. Même si, la vie a repris son cours normal avec des manifestations, des rencontres familiales et autres, le port de masque qui devait rester de vigueur a aussi disparu de la sphère. Rares sont les quelques sénégalais qui se protègent en ajustant bien le masque et en utilisant le geste hydro alcoolique.
Dans les transports en commun et les artères de la ville aucun contrôle n’est fait. Sous le regard des forces de l’ordre et de sécurité, ces Sénégalais se promènent à visage découvert au moment où le Sénégal continue d’enregistrer des décès dus au coronavirus. Au niveau du département de la prévention du ministère de la santé et de l’action sociale, les actes posés pour sensibiliser le peuple sénégalais sur l’importance du respect des mesures barrières sont quasiment nuls. Le focus est aujourd’hui mis par ces derniers sur la vaccination anti-Covid.
Pour le directeur du service national de l’éducation et de l’information pour la santé (sneips), le docteur Ousmane Gueye, certes il y a la vaccination mais les mesures barrières à savoir le port de masques, le lavage des mains à l’eau et au savon ou l’utilisation du gel hydro alcoolique doivent rester d’actualité. «La vaccination demeure un moyen de protection qui vient s’ajouter au panoplie de mesures existantes. Même étant vacciné de covid, la personne doit toujours avoir son masque», a-t-il renseigné. Et de poursuivre : «la sensibilisation se poursuit, les acteurs communautaires sont sur le terrain non seulement pour convaincre la population à aller se faire vacciner mais aussi pour le respect des mesures barrière».
Au sein de la population, le confinement partiel n’a pas été facile. Selon Mamadou Seck, vivant au quartier Grand Dakar, on ne s’habitue jamais au port régulier de masque. «Se promener tout le temps avec son masque bien ajusté couvrant la bouche et le nez est très embarrassant et ce sont des habitudes qui ne faisaient pas parties de notre vécu», a-t-il reconnu.
Et de poursuivre : «nous sommes conscients que la maladie est toujours là, mais on s’en remet à la volonté de Dieu». Pour Malick Dia, le port de masque reste et demeure un phénomène passager. «J’essaie de suivre la mouvance. Même nos autorités ne portent plus de masques. Elles sont les premières à enfreindre les mesures barrières avec les grands rassemblements qu’elles organisent. Avec cette chaleur, c’est difficile de rester coller au masque», a avancé cet habitant de grand Dakar.
Denise ZAROUR MEDANG/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *