GAZ PLUTÔT QU’ÉLECTRICITÉ

La centrale électrique de Bel Air fonctionnera au gaz naturel liquéfié

Comme de nombreux pays soucieux des enjeux environnementaux, le Sénégal s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi le pays s’attaque d’abord à la production d’électricité pour y arriver. L’objectif est de s’appuyer sur sa future production de gaz.
Au Sénégal, le producteur et distributeur public d’électricité (Senelec), a choisi le fabricant finlandais d’équipements énergétiques Wärtsilä, pour convertir sa centrale électrique de Bel Air (fonctionnant actuellement au fioul lourd) à la consommation de gaz naturel liquéfié (GNL). Il s’agira de la première conversion d’une centrale thermique dans le pays.
Ce projet s’inscrit dans le plan des autorités sénégalaises qui consiste à réduire l’empreinte carbone de la production d’énergie en passant au gaz naturel dont le pays sera un important producteur d’ici les trois prochaines années.
« La conversion au gaz permet d’assurer l’avenir des actifs du client en répondant aux exigences du cycle de vie, ce qui est bien plus rentable que la construction d’une nouvelle usine […]. L’usine convertie sera en mesure de fournir une énergie de base hautement flexible et à démarrage rapide pour équilibrer le réseau. », a déclaré Marc Thiriet, directeur des affaires énergétiques de Wärtsilä pour l’Afrique occidentale.
Pour sa part, Papa Mademba Biteye, directeur général de la Senelec a affirmé : « nos deux principaux objectifs étaient d’améliorer le profil environnemental de l’usine et de réduire les coûts d’exploitation. En profitant de la grande expérience et des solides capacités de Wärtsilä en matière de conversion au gaz des centrales électriques, nous pouvons atteindre ces objectifs. Simultanément, nous préparons la centrale à la future infrastructure d’approvisionnement en gaz du pays ».
Dans un communiqué, la société finlandaise a expliqué que dans le cadre des travaux de conversion, les moteurs Wärtsilä 46 actuels de l’usine de Bel-Air seront convertis en six moteurs bicarburants Wärtsilä 50 DF. La technologie des moteurs bicombustibles de Wärtsilä permet l’utilisation de plusieurs combustibles, offrant la possibilité de fonctionner au gaz avec des combustibles liquides en appoint. Les travaux devraient être achevés avant la fin de l’année.
Il faut savoir que c’est Wärtsilä qui exploite les turbines actuelles de la centrale. On apprend que la société négocie avec les autorités sénégalaises en vue d’un nouveau contrat d’exploitation des installations une fois reconverties.
agenceecofin.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stephane dit :

    GAZ PLUTÔT QU’ÉLECTRICITÉ , quel titre ! à le lire je pensais qu’ils produisaient de l’électricité avec des moteurs électriques

  2. Ndiaye dit :

    Pour dire vrai, le successeur de Macky héritera d’un pays quasi « sur les rails » avec pas mal de fondamentaux et d’infrastructures de bases « lourdes » déjà mis en place.
    En plus de revenus d’hydrocarbures non négligeables.
    Avec un peu de bonne gouvernance, après, Y aura plus qu’à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :