PROGRÈS: COPIER ENCORE LE RWANDA

Miser sur la technologie pour sauver le tourisme …et si le Sénégal copiait le Rwanda?

Comparée aux chiffres de l’année 2019 où le secteur touristique a fait plus de 490 millions de dollars de revenus au Rwanda, la pandémie à covid 19 a grandement affecté l’économie touristique qui a déjà coûté 45 millions de dollars cette année informe le Rwanda Development Board.
Au Sénégal, le secteur est totalement affecté et a nécessité le soutien de l’état pour se relancer avec les efforts de la force covid 19 et cela encore difficilement. Des initiatives nouvelles tardent à être mise en place au moment où d’autre pays comme le Rwanda sont en pleine phase de sauver le tourisme grâce au digital.
Quant à Kigali ,on parle principalement de la chute des affaires et la diminution du nombre de touristes occasionné par le report ou l’annulation de 45 réunions internationales prévues à Kigali, la même question est agitée au pays de la Téranga qui se cherche jusqu’à présent pour faire face à la crise.
Pour s’adapter à la réalité et relancer son économie, de nouvelles pratiques sont mise en œuvres annonce Patrick Karangwa PDG de Kigali 360, une entreprise qui crée des visites virtuelles de certains des sites les plus impressionnants du Rwanda.
Il a lancé le projet en 2018 avec un appareil photo et deux objectifs qu’il a achetés pour 1600 $.
« J’ai réalisé que le Rwanda en tant que pays et en général aussi l’Afrique étaient sous-représentés sur Google Maps, sur les cartes numériques, c’est de là que vient l’idée, j’ai réalisé que cette technologie nous pouvions le faire nous-mêmes et qu’elle était abordable ».
Aujourd’hui, son travail est devenu plus important que jamais.
La pandémie de coronavirus a freiné le tourisme dans le monde, avec des frontières fermées et des vacanciers nerveux provoquant un énorme ralentissement des voyages internationaux.
Mais avec les visites virtuelles de Kigali 360, les gens peuvent toujours marcher dans les rues de Kigali – c’est juste que leur visite sera numérique plutôt que réelle.
Un prototype est même en cours de test où un guide en direct pourra communiquer avec les invités lors de leur visite.
« Il est malheureux que la pandémie ait frappé l’industrie en général, mais pour moi en tant que créateur de contenu de visite virtuelle, c’était vraiment une opportunité, donc les gens visitaient des lieux en utilisant le contenu que j’ai créé et ils ont également compris l’importance et l’avantage. les visites virtuelles peuvent apporter à l’industrie dans son ensemble » selon Patrick Karangwa.
Peut-être que le tourisme numérique peut encore promouvoir le Rwanda comme une destination incontournable lorsque le virus se dissipe et que les gens se sentent à nouveau en sécurité pour voyager.
L’analyste économique Teddy Kaberuka dit qu’il peut être utilisé pour faire connaître les activités que les touristes pourraient apprécier: « Il y a tellement, je dirais, d’activités touristiques pour lesquelles les gens ne savent pas, donc la meilleure façon de le faire est de commencer virtuellement. Vous exposez ces forfaits au touriste potentiel et après les avoir regardés, les voir, ils seront très intéressés, alors les visites virtuelles seront un outil de marketing pour le tourisme. »
Le voyagiste Thousand Hills Africa est l’une des entreprises rwandaises durement touchées par les restrictions de virus. Il emploie 45 membres du personnel qui s’occuperaient normalement de milliers de touristes du monde entier.
Aujourd’hui, l’entreprise est prête à subir davantage de pertes, car l’incertitude entoure l’industrie.
Selon Jacqui Sebageni, directrice générale de Thousand Hills Africa:
« À cette période de l’année, c’est notre haute saison, notre période la plus chargée, et nous n’avons pas encore un seul touriste dans le pays. Cela signifie donc que cela nous a tous touchés, du tour-opérateur, de l’hôtelier, du restaurateur, des chauffeurs-guides, des guides dans les parcs nationaux, cela a affecté tout le monde parce que fondamentalement tout s’est arrêté. »
Mais elle voit le potentiel du passage au numérique pour promouvoir les activités auprès des clients dans le climat actuel.
« Les visites virtuelles, comme vous l’avez dit, nous avons beaucoup utilisé pendant cette période de verrouillage lorsque les gens ne voyageaient pas pour inciter les gens à revenir, à planifier leur retour et à rappeler aux gens ce qui se passe. » selon Jacqui Sebageni, directrice générale de Thousand Hills Africa.
Le Rwanda repose sur le tourisme haut de gamme, les gens affluent normalement vers le pays pour des activités comme la randonnée avec les gorilles.
À la suite du virus, le gouvernement a limité ces randonnées à huit personnes par groupe.
Mais la technologie VR a été utilisée pour fournir des visites en ligne d’observation des gorilles.
Le chômage est passé de 13,5% à plus de 42% à la suite du COVID-19.
Mais le gouvernement a pour objectif de créer 1 million d’emplois non agricoles d’ici 2024.
Les entreprises de haute technologie pourraient être un moyen de créer plus d’emplois.
Le gouvernement a injecté 50 millions de dollars dans des initiatives touristiques axées sur la technologie pour aider à la reprise post-COVID.
Patrick Karangwa est en négociations avec le Rwanda Development Board (RDB) pour étendre son projet. Il estime qu’il aura besoin d’un financement de 22 000 dollars pour couvrir tout le pays avec ses tournées numériques.
« Cela ne remplacera jamais le tourisme traditionnel car rien ne remplacera vraiment le fait que les gens peuvent être à des endroits, à des endroits et voir les choses de leurs propres yeux. Il s’agit donc davantage d’une couche d’informations différente qui peut réellement pousser les gens, leur donner une sens de, un aperçu de ce à quoi ils s’attendraient s’ils visitaient l’endroit physiquement » admet Patrick Karangwa.
Mais plus les tournées VR créent de buzz, plus les gens visiteront le Rwanda et plus d’emplois pourraient être créés.
socialnetlink.org

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Tok dit :

    Le Rwanda, malgré la colonisation et le massacre ethnique, montre l’exemple dans beaucoup de domaines comme celui de la propreté, de la gestion de l’agriculture et l’urbanisme régulé par exemple.

    Le Sénégal continue de se gargariser de chiffres faux ou inventés, de déni de la réalité et de fierté mal placée. Il avance à reculons les yeux fermés.

  2. jack le tiof dit :

    le plus important pour un sénégalais c’est d’avoir le plu beau téléphone méme s’il est tombé du camion et les écouteurs bien sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :