St LOUIS ESPÈRE LE RETOUR DU TOURISME EN NOVEMBRE

Saint-Louis: le tourisme plombé jusqu’en novembre au moins

Dans le cadre de sa politique d’appui au secteur, le ministère du Tourisme et des Transports aériens a alloué un crédit de 260.065.000 FCfa. Une démarche saluée par les acteurs qui apprécient l’accompagnement de l’Etat, mais appellent néanmoins à un plan de relance du secteur après la pandémie.
La région Nord, et Saint-Louis en particulier, dépend beaucoup des ressources générées par le tourisme. Ce secteur, avec le transport aérien, est le plus impacté par la Covid-19, surtout avec les guides, hôtels et autres qui ont perdu leurs revenus. Saluant les efforts du ministère du Tourisme, Khadim Hanne, gouverneur-adjoint de Saint-Louis, estime que l’enveloppe de 260.065.000 FCfa destinée au secteur va l’aider à survivre durant les trois mois prochains mois. Ce sentiment de satisfaction anime également Ousmane Ndione, chef du Pôle touristique Nord, qui regroupe Saint-Louis, Louga et Matam, qui a précisé que 76 bénéficiaires des différents corps du tourisme ont été recensés dans la région.
De son côté, Bachir Cissé, président de l’Office de tourisme-syndicat d’initiative de la région de Saint-Louis, a fait savoir que « les acteurs saluent, à l’unanimité, la mise en place de ce crédit qui permettra d’atténuer les effets négatifs durant un trimestre ». Les entreprises du secteur seront sans doute privées d’activités au moins jusqu’au mois de novembre 2020 a révélé le président de l’Office de tourisme-syndicat d’initiative, alors qu’elles vont devoir supporter les charges fixes comportant les salaires, l’énergie, la téléphonie et la location.
A ce jour, rappelle-t-il, « 76 entreprises touristiques ont pu bénéficier d’une enveloppe globale de 265 millions afin de faire face aux charges fixes, pour une durée de trois mois, avec des conditions très avantageuses – des taux d’intérêts de 2 à 3,5% sur une durée de 96 mois, avec un différé de 24 mois ». D’autres maillons de la chaine de valeurs, notamment les guides, les artisans et les caléchiers bénéficient aussi de prêts du crédit hôtelier et touristique. Malgré tout, avoue M. Bachir Cissé, la part d’incertitude sur la fin de la crise pèse sur la prise de décision pour les professionnels du secteur et montre la nécessité d’être soutenu davantage par l’Etat. Pour lui, travailler sur un plan de relance du tourisme après la Covid-19 est un impératif pour la destination Sénégal.
Un envol touristique plombé
Malgré toutes les difficultés du secteur, la destination Saint-Louis avait connu une petite reprise entre le mois de décembre 2019 et février 2020 qui augurait d’une bonne saison. Cependant, souligne M. Cissé, « comme partout au Sénégal et dans le monde, l’activité touristique est au point mort depuis le 18 mars 2020 avec la crise sanitaire causée par la Covid-19 ». Ainsi, tous les réceptifs qui n’ont pas été réquisitionnés par l’administration publique pour servir de centres d’accueil des malades du coronavirus, ont été obligés de fermer leurs portes, a-t-il fait savoir.
A Saint-Louis, plus de 1.500 emplois directs sont aujourd’hui menacés et les petites et moyennes entreprises, telles que les agences de voyages, les galeries, les commerçants indépendants sont particulièrement vulnérables.
Amadou Maguette NDAW/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Boutou dit :

    Le Sine Saloun est également touché .les restaurants sont fermés depuis 2 mois mais les charges continuent :loyers ,emprunt. .. Sans recettes y a toujours il des aides pour ces petits entrepreneurs Merci informations

  2. trevidic dit :

    Bonjour,
    L ‘absence de tourisme plombe à lire l’article 1500 personnes qui voudraient travailler ,mais voila d’un autre coté l’écluse est toujours indisponible pour laisser le BOU EL MOGDAB venir de PODOR à ST LOUIS ,et ceci pour une durée impossible à connaitre !…
    et ceci depuis décembre 2019 !……………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :