LE PLUS GRAND PROJET D’ÉCLAIRAGE SOLAIRE AU MONDE

Au Sénégal, le plus grand projet d’éclairage solaire au monde

Le spécialiste de l’éclairage solaire, Fonroche Eclairage a annoncé avoir installé au Sénégal près de la moitié des 50.000 lampadaires solaires prévus dans le pays, dans le cadre du vaste marché d’éclairage solaire remporté par l’entreprise française en 2017.
Le chantier de pose ayant débuté il y a 10 mois, ce sont donc des milliers de lampadaires autonomes qui sillonnent les rues et quartiers de Dakar, Saint-Louis, Fatick, Linguère et bien d’autres communes du pays. Plus qu’un simple éclairage urbain, les lampadaires solaires bénéficient d’un fort engagement de la part des populations locales qui voient, en ces nouveaux équipements, un allié pour l’amélioration de leur quotidien. Un reportage vidéo exclusif vient notamment d’être réalisé dans le pays, au plus près des sénégalais, témoignant de leur nouvelle vie.
50 000. C’est le nombre de lampadaires solaires qui sont en train d’être installés dans les rues du Sénégal. Initié par l’Agence Nationale pour les Energies Renouvelables (ANER), sous l’égide du Ministère de l’Energie, ce chantier de plus de 87 M€ a pour but d’éclairer plus d’un tiers du Sénégal.
Après avoir remporté ce vaste marché, avec l’appui des autorités françaises pour le financement, Fonroche Eclairage a commencé le déploiement de ses forces opérationnelles dans le pays : création de la filiale Fonroche Lighting Sénégal, recrutement des équipes techniques et administratives, choix des prestataires et sous-traitants locaux pour la pose. Le chantier d’installation, démarré il y a 10 mois suit une intense cadence de pose, ralentit ces dernières semaines par la pandémie mondiale et le couvre-feu en vigueur, qui a cependant atteint un record de 223 lampadaires solaires posés sur la seule journée du 16 Mars 2020.
Afin de mesurer les impacts et bénéfices de ses nouveaux éclairages durables, un reportage a été tourné il y a quelques mois dans le pays, donnant la parole au Sénégalais, ces femmes, hommes, enfants, étudiants, commerçants, religieux ou marins pêcheurs qui voient en cet éclairage solaire bien plus qu’une simple lumière : « Avant, les gens ne me voyaient pas. Vendre même un seul sandwich c’était dur. Grâce aux lampadaires, nous pouvons rester ouverts jusqu’à 23h et même vendre plus de 10 sandwichs. Grâce à ce que je vends, je nourris mes quatre enfants. » nous explique une commerçante de Saint-Louis.
Développement économique et social, augmentation de la sécurité, épanouissement de la jeunesse et confort de vie, sont les maîtres mots qui ressortent de ce reportage : « Quand il y avait une coupure d’électricité nos enfants ne pouvaient pas étudier. À présent ils peuvent sortir dehors et étudier avec les lampadaires. C’est une vraie chance. » nous raconte un habitant de Linguère.
enerzine.com

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. bill dit :

    Voilà qui va susciter de vifs échanges. Les lampadaires solaires de Saly sont en grande partie en panne, cassés ou recouverts de poussière ce qui les rend inefficaces. L’idée est bonne mais la maintenance indispensable. La maintenance n’est pas toujours une opération bien suivie chez nos amis du Sénégal. N’est-ce pas un investissement hasardeux ?

  2. Bernard dit :

    A Saly, c’est le plus petit projet d’éclairage au monde !
    Malheureusement, plus rien ne fonctionne faute de nettoyage. C’est même pas un problème d’entretien, c’est simplement une couche de poussière et de sable sur les panneaux !

  3. Les panneaux solaires doivent êtres nettoyés au moins une fois par semaine. Faute de quoi ils ne chargent plus, et les batteries trop longtemps à plat finissent par être hors service. Il est à craindre que tout ce bel argent et ce projet mirobolant vont se terminer et plus stupide gaspillage de denires publics du monde. Car on ne pourra pas dire que personne ne savait qu’en Afrique subsaharienne la poussière est l’ennemi N°1 du solaire
    Attendons de voir et souhaitons bon succès au projet. En espérant un suivi de l’information dans quelques mois…

  4. Galips dit :

    Un peu de patience, les pluies de l’hivernage vont faire le nécessaire.

  5. Dialogue diaby dit :

    C’est un bluff l’eclairage solaire publique. partout où je l’ai observe en afrique cela n’a pas ete une reussite.Sauf peut etre a favoriser une societe française.

    • Stéphane dit :

      Je ne vois pas ce que les Francais viennent faire la dedans même le démago opportuniste Borloo n’apparaît pas sur ce dossier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :