VACCINÉ TAF TAF

Covid-19 : au Sénégal, les réticences face au vaccin font le bonheur des plus pressés

Crainte des effets secondaires, doutes sur la gravité de la maladie, scepticisme vis-à-vis de la vaccination… Les habitants ne se bousculent pas pour recevoir leur dose.
Alors que des candidats à la vaccination prennent leur mal en patience dans le monde, l’affaire peut être expédiée en quelques minutes, gratuitement et sans rendez-vous, au poste de santé de Mbao et, semble-t-il, ailleurs au Sénégal. Pourtant, la population ne se bouscule pas dans les centres où se sont rendus les journalistes de l’AFP. Aux doutes nourris depuis le début par nombre de Sénégalais quant à la gravité de la maladie, au scepticisme répandu vis-à-vis de la vaccination, s’est agglomérée la crainte des effets secondaires du vaccin AstraZeneca, un des deux disponibles dans le pays.
Lire aussi Au Sénégal, « certains préféreraient mourir que d’être vaccinés contre le Covid-19 »
Au poste de Mbao, la salle de vaccination est vide et les infirmières devisent pour tromper leur désœuvrement. « Les gens ne se pressent pas pour se faire vacciner. Une femme m’a dit qu’elle n’a pas confiance parce que c’est gratuit. Elle attend que ce soit vendu en pharmacie pour l’acheter », glisse une membre du personnel de santé, sous couvert d’anonymat parce qu’elle n’est pas autorisée à parler à la presse.
Des responsables de la vaccination dans la ville religieuse de Touba (centre) disaient cette semaine dans la presse qu’après un bon démarrage, le vaccin chinois Sinopharm et surtout l’anglo-suédois AstraZeneca peinaient à trouver preneurs. Ils mettaient en garde contre le risque de perdre une partie des 7 000 doses restantes d’AstraZeneca sur les 8 000 livrées.
Plus de 362 000 personnes vaccinées
Le coordinateur national de la vaccination, Ousseynou Badiane, se veut mesuré quant à l’avancement de la campagne. Le gouvernement avait prévu de vacciner en priorité le personnel de santé et les personnes âgées et atteintes de comorbidités, soit 3 % de la population. « On a déjà administré plus de 70 % des doses qu’on devait administrer », dit-il. Mais rapidement, le champ a été « élargi à 20 % de la population » parce que « des gens prioritaires ne se présentaient pas », explique-t-il.
Les autorités avaient initialement instauré une prise de rendez-vous en ligne. Quand les services de vaccination appelaient les inscrits, certains « ont demandé si c’était AstraZeneca » et ont préféré attendre, rapporte le praticien. Sans communication officielle, le mot a alors commencé à se répandre sur les réseaux sociaux qu’on pouvait se faire vacciner sans rendez-vous. Une aubaine pour certains.
Lire aussi Covid-19 : au Sénégal, la vaccination à l’épreuve de la chaîne du froid
« Je suis venue me faire vacciner pour me protéger. Mon époux, qui ne veut pas s’immuniser, a essayé de me dissuader », assure Rokhaya Samb, qui est passée outre et sort du centre de Ngor-Almadies, à Dakar. Ils sont une quinzaine ce jour-là à avoir fait de même, dont une bonne part d’expatriés, nombreux à vivre ou travailler dans le quartier. De quelques heures au début, l’attente est passée à quelques dizaines de minutes au maximum.
Le Sénégal a acheté 200 000 doses du Sinopharm, dont 10 % cédées aux voisins gambien et bissau-guinéen, et reçu plus de 300 000 doses d’AstraZeneca dans le cadre du programme international Covax, destiné à assurer aux pays pauvres l’accès à la vaccination. Plus de 362 000 personnes ont été vaccinées, pour une population d’environ 17 millions d’habitants. « Il y a des réticences mais c’est difficile à mesurer », admet le docteur Badiane.
Nano-cellules, procréation et « coronabusiness »
Le nombre de contaminations et de décès diminue au Sénégal depuis des semaines. En outre, la vie revient progressivement à une certaine normalité depuis que le pouvoir a levé le couvre-feu et les restrictions anti-Covid à la suite de graves troubles début mars. L’urgence est davantage à gagner son pain, a fortiori parmi des Sénégalais dont les trois quarts ont moins de 35 ans et sont moins exposés aux formes graves du coronavirus. Autant de raisons, avec la défiance envers AstraZeneca, qui tiennent les Sénégalais à distance d’une aiguille.
Lire aussi La pandémie de Covid-19, élément mobilisateur de la contestation au Sénégal
Le docteur Babacar Niang, chef de Suma Assistance, un service hospitalier national privé, raconte recevoir des appels de patients l’interrogeant sur la nécessité de se vacciner. Certains sont « sceptiques » vis-à-vis d’AstraZeneca, dit-il. Mais d’autres sont sensibles à « l’histoire des nano-cellules qu’on va nous mettre pour nous surveiller ou à l’histoire de la procréation selon laquelle l’Europe et l’Amérique veulent diminuer notre fécondité ». D’autres encore se demandent si la vaccination ne relève pas seulement d’un « coronabusiness » profitable aux autorités et entreprises pharmaceutiques, évoque-t-il.
Les stocks s’amenuisent malgré tout. Le Sénégal attend prochainement de nouvelles livraisons, selon le docteur Badiane. Mais il n’écarte pas le risque d’une rupture qui ralentirait encore la campagne.
Le Monde avec AFP

Vous aimerez aussi...

27 réponses

  1. Ndiaye dit :

    C’est planétaire cette suspicion conspirationnistes.
    Y a t-il des réticents pas encore vaccinées ici, le genre des sissie et gibb eternels râleurs.
    j’attends le jhonson and jhonson en dose unique..mais aux dernieres news..ça coagule aussi..
    ou attendons Pasteur, sait on jamais qu’ils se reveillent!

  2. Moha dit :

    Vaccination totalement inutile

  3. issa gibb dit :

    Ta gueule, Ndiaye !
    C’est le vaccin contre ta connerie qui te sera le plus utile…
    Tu t’occupes de ton cul ou tu vas te faire bourrer à Touba
    Tu me fous la paix : Sinon je te covide grave…

  4. Ivan dit :

    Pour les 2 pays les plus avancés (Israël, Grande Bretagne) en vaccination, les résultats sont meilleurs que les projections les plus optimistes. Actuellement, plus que 0,3% de positivité aux tests en Grande Bretagne, soit 20 à 30 fois moins que les pays européens. Autre bonne nouvelle, l’entreprise nantaise Valneva qui a commencé des tests qui s’avèrent trés positifs, y compris sur les variants, envisage de commercialiser son vaccin fin 2021. Son entrée à la bourse de New York fait exploser son cours. C’est moins rapide que les chinois mais au moins il y a transparence, publication des recherches et des résultats de test. Comme quoi, un pays en déclin peut être plus performant et plus fiable qu’un pays qui se sert d’une pandémie pour tenter d’éblouir . Encore une fois, cela va vite, c’est pas cher, mais ça marche mal.

    • Ndiaye dit :

      Toutefois vouloir faire Vacciner presque 100/100 de sa population avec une techno innovante jamais testé..c,est un peu jouer au loto..
      pas assez de recul…

  5. Le chaman dit :

    Je me suis fait vacciné au poste de santé de Saly Tapé il y a 15 jours, sans rendez vous, il suffit de prendre un ticket, seul les 100 premiers seront vaccinés, il suffit d’attendre son tour selon le rituel de la chaise musicale, le tout dans la bonne humeur, ce jour là, c’était une femme en attente de ce faire piquer, qui tenait le registre des inscriptions, pas compliqué comme dans certains pays…..
    À noter une grosse majorité de « Toubabs » et de femmes Sénégalaises. Quand aux hommes, leurs cerveau de lémuriens est plus prompte à enregistrer les mensonges répandus sur internet, que d’écouter les sages conseils des autorités scientifiques.
    Toutes les personnes ayant reçu ce vaccin Astrazeneca se porte très bien et n’ont eut aucun problème ni malaise.
    Merci aux personnels hospitalier ainsi qu’aux autorités de santé pour l’excellent travail fourni dans la lutte pour vaincre ce maudit virus.

  6. Ivan dit :

    Comme quoi, au Sénégal, il y a des moments où ça peut bien marcher.

  7. Pascal dit :

    Je ne connais pas trop les statistiques au Sénégal mais en France, Sur 100 milles morts.
    951 avaient moins de 50 ans.
    76 avaient moins de 30 ans.
    L’âge médian des décès, 85 ans.
    Espérances de vie,
    83 pour les hommes,
    88 pour les femmes.
    Et cela en refusant de soigner, alors imaginé le contraire
    Belle arnaque ce covid19 !

  8. Moha dit :

    En ce qui concerne la vaccination européenne, déjà plus de 4500 décès du aux vaccins, encore plus au USA e en Israël

  9. Regis Costet dit :

    C’est à se demander quel cerveau fracturé se cache derrière le pseudo « Moha »…Comment est-il possible d’écrire de telles inepties?C’est tellement gros,que que ça ne se commente pas…

  10. Moha dit :

    Je demande à Régis Costet en quoi c’est une ineptie ? Les 4500 morts ?

  11. Ali dit :

    Laisse tomber moha ces gens ont le cerveau ramoli par les dépêche AFP.
    Laissons les mourrir par leur ignorance, ils sont irrécupérable

  12. Diouf dit :

    D’où ça sort les 4500 ?

  13. Ivan dit :

    4500, cela semble peu. D’après les dépêches MSP, c’est plus d’un milliard de décès dûs aux vaccins.

  14. John dit :

    Moha, vos données sont anciennes, actuellement 7747 décès au 17/04/21.
    Facile à trouver, suffit d’aller sur adrreports.eu/fr/seach_subst.html
    site officiel pour l’Europe sur la base de données et de surveillance des médicaments
    Pour ceux qui parlent anglais, équivalent au USA vers.hhs.gov, la c’est une boucherie et je n’écris même pas les effets secondaires, parfois extrêmement grave, car c’est énorme !!

    Toujours facile de critiquer, quand on est scotché sur les infos en continue et de boire aveuglément les paroles de ces chères dirigeants, médecins,.. corrompus.
    Je comprends que d’avoir une lobotomie du cerveau n’aide pas vraiment, ces messieurs se reconnaîtront

  15. Ivan dit :

    Super ce site adreports. Il raconte tellement de conneries et , pour éviter de se faire attaquer en justice, il demande à ses lecteurs d’approuver une clause de responsabilité dans laquelle il indique textuellement : « les informations présentées sur ce site ne réflètent aucune confirmation d’un lien potentiel entre le médicament et les effets observés ». Je crois que je vais créer un site pour attirer les investisseurs de stations de neige au Sénégal en publiant des données sur les énormes chutes de neige au Sénégal et en indiquant au lecteur : il n’y a aucune confirmation sur les chutes de neige indiquées au Sénégal’. Il y aura toujours des naïfs pour le croire. Et j’indiquerai en plus site officiel.

    • Regis Costet dit :

      « Les énormes chutes de neige au Sénégal »seraient plus plausibles que les chiffres bidon des accidents post vaccination.Le pire ,c’est que certains y croient et parlent de lobotomie pour les autres…

    • John dit :

      Adrreport est un site officiel européen, nos chefs de service font leur déclaration chaque semaine sur celui-ci, entre autre.
      « les informations présentées sur ce site ne réflètent aucune confirmation d’un lien potentiel entre le médicament et les effets observés » évidemment, prenez le temps de réfléchir pourquoi.
      Faites vous vacciné, c’est votre choix, non libre et éclairé

  16. Ivan dit :

    Pourquoi cette clause de non responsabilité ? Parce que l’on compte un tué sur la route qui a été vacciné comme un décès post vaccin (tout en précisant qu’il n’y a pas de lien potentiel avec le vaccin), cela s’appelle de la désinformation. Eux ils appellent cela de l’information pour initiés qui doivent l’interpréter correctement.

  17. Galips dit :

    Comme si des chiffres communiqués par des fonctionnaires parasites bruxellois pouvaient avoir une quelconque crédibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :