ATTENTION PALU !

Catastrophe sanitaire en vue: la malaria devient résistante aux traitements en Afrique

epa01324284 A Anopheles gambiae mosquito, a vector for the malaria parasite, draws blood while biting a researcher at the International Centre for Insect Physiology and Ecology (ICIPE) insect research facility in Nairobi, Kenya on 23 April 2008. World Malaria Day, on 25 April, hopes to raise awareness for the over 3,000 children that die each day in Sub-Saharan Africa from the disease which is caused by mosquito bites. Millions of poor Africans cannot afford $5.00USD to provide treated nets for their children to sleep under which greatly reduces the chance of them being infected by the epidemic activists call a « Genocide of Apathy ». EPA/STEPHEN MORRISON

Les craintes que la malaria devienne résistante aux traitements en Afrique se trouvent renforcées par la première « preuve clinique » de l’impact de mutations du parasite responsable de la maladie, apportée jeudi par des chercheurs.
Leur étude, réalisée auprès d’enfants du Rwanda, constate pour la première fois que ces mutations s’accompagnent d’une persistance du parasite après trois jours de traitement (appelée « élimination parasitaire retardée »), comme cela avait été démontré pour la première fois en Asie du Sud-Est lorsque la résistance au principal médicament, l’artémisinine, a commencé à émerger.
L’efficacité des médicaments reste élevée jusqu’à présent, mais une surveillance accrue au Rwanda et dans les pays voisins s’impose, avertit l’étude, publiée dans The Lancet Infectious Diseases.
La malaria a fait plus de 400.000 morts dans le monde en 2019, dont deux tiers d’enfants de moins de cinq ans. L’écrasante majorité des cas (94% des 229 millions dans le monde) et des décès surviennent en Afrique, selon l’OMS.
Les traitements à base d’artémisinine, combinée à un autre anti-paludéen (CTA/ACT), introduits au début des années 2000, sont actuellement les plus efficaces et les plus utilisés contre la malaria, dûe à un parasite (Plasmodium falciparum) transmis par les moustiques.
La résistance à l’artémisinine a été identifiée pour la première fois au Cambodge en 2008. Dans la région du Mékong, une fois la résistance à l’artémisinine répandue, la résistance au médicament qui lui est associé a souvent suivi, entraînant l’échec du traitement combiné (CTA).
rtl.be

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *