VIRUS: BRAVO LE SENEGAL !

Coronavirus: Le Sénégal enregistre le meilleur taux de guérison en Afrique

Il est peut-être tôt pour parler de guérison, mais les pays les plus atteints ne semblent pas logés à la même enseigne. Entre un Sénégal qui voit près du tiers de ses malades guérir et une Tunisie dont à peine 2% se sont remis du coronavirus, l’écart est trop important.
Au Burkina Faso, l’Apivirine, un médicament mis en place par un médecin béninois formé à Ouagadougou, est testé chez les patients atteints de la pandémie de Covid-19.
Ce produit, issu des recettes de phytothérapie béninoise, présenté comme efficace par le docteur Valentin Agon, soigne-t-il réellement la grippe causée par le Sars-Cov2, le fameux coronavirus qui a déjà fait plus de 40.000 morts à travers le monde? Difficile de le savoir, au stade actuel. Il faudra attendre les études cliniques menées en parallèle dans deux pays pour être fixé.
En revanche, le Burkina Faso, qui teste actuellement deux protocoles thérapeutiques pour soigner les patients, semble avoir des résultats plutôt encourageants. Après plusieurs décès en quelques jours, désormais c’est le nombre de guérisons qui attire l’attention. En effet, le pays compte ce jeudi 2 avril un cumul de 46 guérisons, sur un total de 282 cas confirmés, soit un taux de guérisons de 16,3% à ce stade de la pandémie, ce qui est un niveau plutôt acceptable.
En effet, actuellement sur le continent, on compte un total de 450 guérisons pour quelque 6510 cas, soit une moyenne de 6,91% seulement.
En termes de taux de guérison, c’est sans doute le Sénégal qui affiche le meilleur taux parmi les pays les plus touchés du continent. Pour 195 cas confirmés, les différents hôpitaux les ayant pris en charge ont enregistré au total de 56 rémissions, soit un taux de guérison 28,71% à ce niveau de l’épidémie. Cela fait du Sénégal, l’un des premiers pays du continent suivant ce critère.
Le Sénégal a été sans doute l’un des premiers pays à recourir en partie au protocole thérapeutique du professeur Didier Raoult, associant les molécules d’hydoxychloroquine et d’azithromycine, un antipaludéen un antibactérien. En effet, pour le moment seule la première molécule est utilisée.
Selon le professeur Moussa Seydi, « les patients traités avec de l’hydroxychloroquine guérissent plus vite. Dans les jours à venir nous allons associer au traitement, l’azithromycine ce qui devrait nous permettre d’avoir de meilleurs résultats ».
Les seuls pays qui devancent le Sénégal selon ce critère de taux de guérison ne comptent qu’un nombre très limité de malades pour que ce critère soit déterminant.
Il s’agit notamment de la Gambie (50%), de la République centrafricaine (37%) et la Mauritanie (33%), des pays qui ont respectivement enregistré 4, 8 et 6 cas seulement.
Quoi qu’il en soit, le Sénégal est suivi par le Togo qui cumule 36 malades et un taux de guérison de 27,78%, puisque 10 personnes atteintes ont été testées négatives au coronavirus.
L’Egypte, pour sa part, a vu 20% de ses 779 cas confirmés se remettre entièrement de leur maladie. En effet, 157 personnes ne sont plus porteuses du Sars-Cov2, ce qui est exceptionnel en Afrique du Nord.
En effet, trois autres pays de cette partie du continent, ont de faibles niveaux de guérison. L’Algérie qui est en tête de ce peloton maghrébin compte 61 rémissions sur ses 847 cas, soit 7,20%. Le Maroc, quant à lui, affiche un taux de guérison de 4,29% de ses 679 malades, alors que la Tunisie affiche un taux de 1,18% à peine.
En conséquence, ces trois pays du Maghreb sont loin derrière l’Egypte, laquelle est plutôt suivie par l’Eswatini (11%), l’Ethiopie (10,34%), la Tanzanie (10%) et le Congo (9,09%).
Pour une raison que l’on ignore, plusieurs pays n’ont toujours pas annoncé de guérison. C’est le cas notamment du Rwanda (82 cas), de l’Ile Maurice (161 cas), de Madagascar (57 cas) et du Niger (74 cas).
Source: Africa Covid-19/dakarchaud.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. issa gibb dit :

    Il ne faudrait pas, non plus que ces mecs en blouse blanche, se tirent la bourre pour avoir le plus grand nombre de guéris, dans une course inutile avec des traitements divers et différents par pays…
    Alors que ces traitements ont des effets secondaires fortement indésirables, dénoncés par de grands scientifiques à travers le Monde et membres de l’OMS, l’Organisme Mondial de la Santé…
    Face à la pandémie mortelle, l’utilisation des ces traitement doit rester à raison gardée et déclaré être administré aux malades infectés par le Coronavirus, à petites doses… Et tant mieux, si çà guéri !
    Mais, pas à jouer à celui qui a le plus de guéris, sans respect des doses pour faire du chiffre ou du fric !
    C’est un nouveau risque : Que des médecins peu scrupuleux prennent leurs patients pour des cobayes en leur administrant des doses de plus en plus fortes pour tester les endurances des malades à ces doses de plus en plus fortes de leurs traitements, même ils sont conscients que ces fortes doses sont dangereuses pour leurs patients avec des effets plus qu’indésirables…
    On soignerait le Coronavirus d’un côté, mais on rend les patients malades d’autres problèmes, de l’autre… C’est fréquent en Médecine !
    Par exemple, l’Embrel est traitement très en pointe pour soulager les crises aigües des rhumatismes, d’arthrites ou d’arthroses qui ne se guérissent pas, mais qui sont bien soulagées… Par contre, l’Embrel enlève les immunités naturelles chez l’Humain => Résultats : à chaque période de rhumes, de grippes, d’angines ou de bronchites, etc,… Tu les chopes si tu fais pas attention quand quelqu’un bronchiteux tousse à côté de toi, si tu prends un ascenseur avec une personne grippé ou si tu serres la main d’une personne enrhumé…
    Que du « bonheur à vivre » comme avec cette saloperie de Coronavirus !

  2. Regis Costet dit :

    Oui,mais au Sénégal,c’est toujours les meilleurs,dans tous les domaines…Bravo,le Sénégal!

  3. Luc dit :

    Comment sont comptabilisés les malades du coronavirus ?
    A priori seulement les personnes hospitalisées !
    Quid des décès en ville ou dans les villages, en brousse, « à la maison » ?
    Sachant que les enterrements se font très très rapidement, pas moyen de tester…
    Sans doute de centaines, voire des milliers de contaminés qui contamineront à leur tour des milliers de personnes….
    Inchallah

  4. Tiocan dit :

    Quand une personne meurt au Sénégal, la plupart du temps on ne sait pas de quoi elle décède. Alors tenir la comptabilité des contaminés, des malades, des guéris et des morts me semble très aléatoire.
    Les chiffres officiels me semblent très éloignés de la réalité, on saura la vérité dans quelques semaines. Les statistiques et la vérité seront sans doute très différentes.

  5. Beatrice BRUN dit :

    Merci Issa pour l’info sur L’EMBREL.
    Je l’ignorais. 👍🏾

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :