NOUVEAU EN LIBRAIRIE

« La gare de Dakar – Chef-d’oeuvre de l’architecture au Sénégal »

Cet ouvrage retrace l’histoire de la gare de Dakar, depuis sa construction en passant par son rôle lors des deux guerres mondiales, puis son abandon, son utilisation ponctuelle pour des manifestations culturelles et, enfin, sa renaissance grâce au projet de train express régional. Achevée en 1914, classée aux Monuments historiques, la gare de Dakar est considérée comme un chef-d’oeuvre de l’architecture coloniale.
Né au Sénégal l’auteur, Xavier Ricou est architecte et chargé en 2005 par l’Unesco et le Bureau d’Architecture et des Monuments historiques d’élaborer le Plan de sauvegarde et de mise en valeur de l’île Saint-Louis. Il assure ensuite le suivi de grands projets d’infrastructure.
Il a notamment publié Trésors de l’Iconographie du Sénégal Colonial (Riveneuve éd., 2007), La Maison Senghor (Riveneuve éd., 2015).
Photographies de Malick Welli, avec les contributions d’Al Housseynou Ndiaye et de Mauro Petroni.
Editions Hémisphères, Maisonneuve & Larose
www.hemisphereseditions.com

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Galips dit :

    Normalement l’autre abruti( Ndiaye )devrait nous dire qu’il faut raser cet édifice témoin du colonialisme et construire une mosquée.

  2. Ndiaye dit :

    Démolition oui, mais remplacé par une mosquée , non
    mais plutôt faire par une gare avec une architecture moderne plus fonctionnelle et beaucoup plus grande car Dakar de 1940 et celle de 2020 c’est plus les mêmes besoins en capacité.
    ou alors le restaurer pour en faire à la limite un musée coloniale pour les nostalgiques du passé dégradant, les touristes et autres résidents vivant parmi nous.
    Mais honnêtement elle ne ressemble à rien cette gare surtout à notre époque. Un amas de ferraille anémiée et trop colorée qui contraste avec l’environnement.
    Bref faut aimer.
    Va falloir se taper 1 siècle encore ce machin hors d’époque.

  3. Yves.bzh dit :

    Coupons la poire en deux
    On pourrait en faire le musée de l’art nègre

  4. Haro dit :

    Ce pauvre Ndiaye est totalement hors circuit ! il ne comprend vraiment rien… à rien !
    Mais je me demande s’il n’est pas « double » ? en effet, parfois ses commentaires comportent un tas de fautes (excusables évidemment, le français -bien que langue nationale du Sénégal- n’étant pas a priori sa langue maternelle), et parfois aucune faute… Bizarre !

  5. Ndiaye dit :

    haha « double »! Non, juste pas le temps (ou la flemme) de relire…

    Pour revenir au sujet, l’idéal d’ailleurs aurait été de (re)mettre en place une école nationale d’architecture réunissant nos créateurs artistiques et des architectes, sénégalais voir africains.
    Objectif: Inventer et proposer de nouveaux styles architecturaux avec des caractéristiques majeures basées esthétiquement sur nos sensibilités artistiques locales. Bref, créer notre propre empreinte architecturale qu’on pourra utiliser de temps en temps (pas tout le temps) pour certains grands travaux/édifices comme une nouvelle gare/musée/école/ministère/etc.
    Il est inacceptable architecturalement de ne rien laisser de « spécifique » à nos descendants dans 200 ou 300 ans à part des gares, ponts, édifices de style occidental moderne ou colonial, alors que nous avons de nos jours les compétences techniques et artistiques pour apporter une touche et proposer, nous aussi, notre propre style.

    Il n’est jamais trop tard pour commencer à marquer son empreinte civilisationnelle pour le futur, l’histoire et les générations à venir, car les autres ont bien commencé à un moment donné.

    Autre aspect: les sciences appliquées et technologies, va falloir s’y mettre un peu plus sérieusement que par le passé. Objectif: le siècle prochain. Marre d’importer des télés, mobiles, voitures et avions éternellement.
    Nos diaspora éparpillés partout sur la planète dans les plus grandes entreprises/institutions mondiales scientifiques, financières, etc..ont montré depuis longtemps que le problème n’est pas « génétique » mais essentiellement politique et un peu culturel.
    Pour cela, il faudra d’abord d’élire les bons « chefs » qui soient rigoureux, sérieux et ambitieux, et qui à leur tour nommeront les bonnes personnes aux bonnes places, et par effet domino… le reste s’en suivra… les changements au bout.

    • amy dit :

      ya qu »a, faut qu’on Pas de doutes ça on sait faire. IL faut…. on sait le dire. Je vais….. expression inconnue. Et déjà avant même de commencer la recherche de l’excuse , « il faudra élire les bons chefs ». Bref la culture de l’échec. Cherchez nous donc la fameuse muraille verte au lieu de blablater pendant des heures

  6. stephane dit :

    Ils rasent toutes les maison coloniales ,à Dakar ,Thiès ,Rufisque

  7. ivan dit :

    Beau constat fait par Ndiaye. « Il n’est jamais trop tard pour commencer à marquer son empreinte civilisationnelle … »; « les sciences appliquées et technologies, va falloir s’y mettre un peu plus … »; marre d’importer des télés, mobiles,voitures,avions …. ».
    Quant au remède, ce n’est pas seulement d’élire des bons chefs; cela concerne tout le peuple qui doit évoluer et adopter de nouvelles postures vis à vis du travail, de la rigueur, de l’anticipation. Le Sénégal est un petit pays (dans l’ordre mondial) qui part de loin mais d’autres petits pays partant de loin sont en train de réussir en quelques années .(exemple des pays baltes qui se sont tournés vers la technologie et créent de la richesse); ils ont pourtant été colonisés par les russes jusqu’en 1991 et depuis, ils ne cessent de progresser. Le Sénégal, lui, est indépendant depuis 60 ans, mais aucun progrès depuis. Courage, Sénégal, il faut se mettre enfin au travail, d’autres pays sortis de la colonisation depuis moins longtemps prouvent qu’en travaillant, la réussite est possible.

    Quant au sujet de la démolition, je ne sais pas si c’est une bonne idée. L’histoire montre que que les civilisations avancées se sont appuyées sur leurs ainées. Que seraient les romains sans les grecs, les européens sans les romains, le monde arabe sans les perses et ottomans … Détruire le passé, c’est en général plutôt le fait de barbares comme on a pu le voir récemment à Mossoul, Palmyre, Tombouctou .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :