ON ABIME ENCORE LA CASAMANCE

Casamance : L’armée échappe à une embuscade du Mfdc

Les Jambars ont échappé, samedi dernier, à un guet-apens tendu par le chef rebelle du Mfdc, Salif Sadio, qui avait simulé l’exécution sommaire de six jeunes enterrés dans une fosse commune dans la forêt classée de Boutolote/Nialor, située dans le Sindian qui est son fief.
Selon Source A, un jeune conducteur de moto Jakarta est parti à la Brigade de gendarmerie de Bignona pour informer les hommes en bleu. L’armée réquisitionne ses hommes prêts pour lancer l’assaut. Mais l’attaque n’aura pas lieu. Car, c’était un piège tendu par Salif Sadio.
La présidence de la République, qui avait d’autres renseignements, a câblé l’armée pour annuler l’opération. La Brigade de gendarmerie de Bignona a ouvert une enquête pour mise en danger de la vie d’autrui et fausse dénonciation de nature à semer le trouble.
senenews.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. diop dit :

    faut le chopper ce salif je ne sais quoi

  2. ivan dit :

    Bonjour,

    Ce qui abime encore plus la Casamance depuis quelques mois, c’est le déferlement des pêcheurs venus du nord et d’ailleurs qui sont en train de tarir la ressource poisson; là où il y avait quelques dizaines de pirogues au Cap Skirring, ce sont maintenant des centaines de pirogues qui posent des filets tout le long du rivage, à 200 m du bord. De l’embouchure de la Casamance jusqu’à la Guinée-Bissau, il y a des filets sans discontinuer et sur les plages, des milliers de poissons morts tous les jours. A ce rythme là, la ressource s’épuise très vite et les pecheurs locaux commencent à partir vers les iles Bijagos où la présence de rochers rend plus difficile la pose de filets. Si le Sénégal ne revoie pas rapidement ses accords avec les chinois, ou tout du moins impose des règles de pêche raisonnable, il risque bientot d’affamer son peuple (car ces pirogues alimentent en priorité les chinois, les russes et leurs usines de farine à poisson). Le phénomène est quasi le même avec la forêt, il suffit de voir l’intense activité du port de Bissau en terme de chargements de bois .

    • Ndiaye dit :

      fumisterie un citoyen sénégalais n’a pas de limite pour pouvoir pêcher dans la zone territoriale du Sénégal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :