LE SENEGAL FERAIT MOINS D’ENFANTS

La baisse de la fécondité continue au Sénégal

20244402-23804649.jpg

La baisse de la fécondité se poursuit au Sénégal.
En septembre dernier, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) a estimé que pour la première fois dans l’histoire du pays, le taux de fécondité était passé en dessous des 5 enfants par femme.
Il est actuellement de 4,7 au niveau national, avec des disparités entre régions, entre les femmes qui sont allées à l’école et celles qui n’ont pas été scolarisées et surtout, entre Dakar et le reste du pays. Dans la capitale sénégalaise, une femme aura en moyenne 3,2 enfants à la fin de sa vie féconde…
Fawade/senegaldirect.net

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Le Sénégal ferait moins d’enfants ??? Tant mieux !
    Si c’est pour que des pauvres gosses se retrouvent talibés esclaves de la mendicité forcée dans les rues..
    Autant, ne plus faire d’enfants…
    Mais, est ce que les femmes peuvent refuser le coït à leurs maris touts puissants ??? J’en doute !
    Est ce que les jeunes filles adolescentes vendues par leurs familles à des hommes mûrs de 40-60 ans
    pour devenir leur énième femme et leur objet sexuel de jouvence, ont le droit de donner leur avis sur leurs unions forcées ??? J’en doute encore plus
    Comme à Mbour, où des professeurs ont pris la défense d’une très bonne élève de 12 ans que des parents ont vendu en mariage à un imam de 55 ans…
    En vain, la gosse a arrêté l’école… Elles est devenue l’esclave sexuelle d’un vieux imam pédophile qui lui a brisé sa jeunesse, son avenir et sa vie…
    Merci qui ? Papa… Pour une poignée de billets…
    Que l’Etat sénégalais facilite l’accès à la contraception et baisse les prix des produits contraceptifs pour les femmes
    et pour les lycéens qui, dans un dernier article nous déclarait que les jeunes sénégalais baisaient dur dans les lycées, au lieu d’étudier :
    De campagnes d’éducation sexuelle, de respect des filles et des femmes, la gratuité des produits contraceptifs et de la pilule du lendemain…
    Avec une population sénégalaise qui est passée de 12 millions 600 000 habitants en 2012 à 15 millions 400 000 d’habitants en novembre 2017
    et avec 50 % des enfants qui n’atteignent pas l’âge de 5 ans, au XXIème siècle … Imagine 2020, 2025…à cette allure de fécondité non-contrôlée
    Il est vrai que le mâle sénégalais a la réputation d’avoir le cerveau entre les jambes et que les enfants faits, il s’en fout comme sa première tunique
    C’est juste, des bâtons pour sa vieillesse… Encore une haute et digne responsabilité parentale, persistance chez le mâle au pays de la Teranga.
    Quand le puissant géniteur ne se barre pas avec une plus jeune femme…Plantant là, la vieille femme et sa progéniture, dans le désarroi et la misère
    La notion d’Amour, de recherche ou de poursuite du bonheur en faisant des enfants ??? Connaissent pas !
    Faire des enfants : pour passer pour un bon géniteur aux yeux des voisins et du village, les vendre en mariage à des adultes pédophiles ou les abandonner à des marabouts esclavagistes d’enfants talibés…Ou pour s’assurer seulement une bonne vieillesse, sont des preuves du manque d’Amour des enfants parmi un grand nombre des mâles au Sénégal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :