LE SENEGAL DÉCOUVRE L’ENTRETIEN DES AUTOROUTES…

Exploitation de l’autoroute à péage : La durée de concession est passée de 2039 à 2044

La collaboration entre la société Eiffage de la concession de l’autoroute de l’avenir (SECAA) et l’État du Sénégal est très loin de connaître son épilogue. En effet, c’est à la suite d’une visite à l’agence du concessionnaire que le directeur général de l’APIX a annoncé une prolongation de 5 ans du contrat liant les deux parties.

« La concession dans sa disposition initiale devrait prendre fin en 2039. L’État voit que les gros entretiens et réparation se font en 5 ans pour permettre à la SECAA, dans laquelle l’État est déjà actionnaire de réaliser les gros entretiens avant le transfert définitif, à procéder à une extension de 5 ans de la durée de la concession au lieu de terminer en 2039, la concession qui va couvrir jusqu’à 2044 », a déclaré Mountaga Sy, directeur général de l’Agence pour la Promotion des Investissements et des grands travaux (APIX).

ndarinfo.com

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. oyster dit :

    Si le SENEGAL découvre l’entretien des » autoroutes »,,il pourrait étendre le sujet !…

  2. Le chaman dit :

    😂😂🤣🤣

  3. issa gibb dit :

    Encore une découverte ???
    Après la découverte du « Sans-Emploi » des Jeunes
    Suivi par la découverte de l’Obsolescence dans les hôpitaux
    Voici, la découverte que les Autoroutes doivent être entretenues ???
    Le Sénégal se marche sur la tête et son gros patapouf-pdt, avec…
    Pas réveillé = Pas d’émergence en vue = Toujours au fond du trou

  4. Ndiaye dit :

    En 2024, on reprend les clés de la maison après un dédommagement juste et raisonnable. L’état du Sénégal étant à plus de 80% le principal investisseur et apporteur de fonds (propre+prêts), alors pas question d’être des pigeons jusqu’en 2044

    • amy dit :

      on n’ose même pas imaginer cela que cela pourrait donner quand on regarde l’entretien des routes nationales

  5. oyster dit :

    Bonjour ,
    Je ne suis pas certain que vous regardez la situation par le bon bout de la lorgnette :
    L’état SENEGALAIS emprunte beaucoup ,et ne peut assurer l’entretien payant de l’autoroute ,et , elle concède le rbt par une prolongation de 5 ans .
    Une pratique courante dans la négociation .

  6. Ndiaye dit :

    L’état du Sénégal n’a pas besoin d’entretenir par lui même. Il suffit de faire un appel d’offre pour un prestataire.
    A l’image de la gestion de l’Aeroport AIBD ou TER, l’état a créé une structure qu’elle contrôle à 100% et a signé avec la SNCf (pour le TER) et LIMAK (AIDB) un contrat de prestataire (exploitation/entretien).
    Le prestataire a un cahier des charges et un contrat de performance. C’est tout.

    • amy dit :

      si j’ai bien compris, on va emprunter pour indemniser, sous traiter l’entretien au moins-disant, C’est un secteur où il y a beaucoup de corruption. Laissez donc le secteur privé s’en occuper. On voit le résultat avec le secteur de la santé au Sénégal. Pas un seul ministre n’ose se faire soigner au Sénégal.

  7. Tiocan dit :

    Bonne nouvelle que le contrat d’entretien d’Eiffage soit prolongé. Je ne parle pas là de l’aspect financier, mais il est presque sûr que si cet entretien incombe à l’état sénégalais ou à société privée du pays de la « teranga » on se retrouve bientôt avec une piste défoncée, occupée par des cases et des animaux plutôt qu’une autoroute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :