50 DEGRÉS AU SENEGAL…

Une forte chaleur balaie le Sénégal où la barre des 50 degrés a été franchie

Il n’y a pas que l’Inde ou le Pakistan qui ont vu le mercure monter au point d’atteindre des températures limites, de l’ordre de 50 degrés Celsius, le Sénégal, pays d’Afrique de l’Ouest, a atteint des températures jamais envisagées.

La canicule au Sénégal, plus particulièrement dans sa région centre, c’est ce qu’ont vécu les populations, ce samedi 14 mai. Thiès, Diourbel, Touba ont été frappées de plein fouet par une chaleur à la limite étouffante. Les habitants de ces régions n’ont pas manqué de remarquer qu’il faisait «trop chaud. La chaleur est insupportable. C’est la première fois que je vis cette chaleur. Même sous les arbres, il fait extrêmement chaud. On étouffe», nous confie cet habitant de Keur Mor Ndiaye, un village situé dans la région de Thiès (70 km de Dakar) sur la route menant à ville sainte de Touba.

A Keur Madaro, un autre village sur l’axe Thiès-Touba, c’est le même scénario, déjà que notre ordinateur de bord affichait une température extérieure de 53 degrés, s’il vous plaît. Sur le tableau de bord, la température de l’eau de refroidissement dépasse légèrement les 90 degrés, alors que celle du moteur avoisine les 100 degrés. Une première que nous venons de constater nous-mêmes. «Regardez les animaux, même eux ressentent cette chaleur extrême. C’est la première fois que je vois les pigeons trouver refuge sous les arbres et ne pas chercher à quitter l’ombre», confie Ndèye Diop. «D’ailleurs, depuis ce matin, je n’ose pas sortir de chez moi, à cause de cette forte chaleur», poursuit-elle.

«Voulez-vous des mangues monsieur ?», proposent des vendeuses de la localité Keur Ibra Niane, qui accourent vers une voiture qui venait de se garer devant les nombreux étals. Un véhicule de marque Peugeot, Type 206, de couleur blanche. Le déclencheur tourne à plein régime. Difficile d’avoir une température idéale à cette heure de l’après-midi. Il faisait en effet 15 heures passées de quelque 13 minutes. «Je viens comme ça de Touba, mais il faisait une chaleur insupportable. Durant tout le trajet, même à Diourbel, il faisait extrêmement chaud», confie l’homme, debout sur environ 1m90, petite serviette autour du cou et qui lui servait d’essuyer les gouttes de sueur qui dégoulinait de partout. Entre deux gestes, l’homme ingurgite une bonne gorgée d’eau bien fraîche.

«Vous les vendez à combien vos mangues ?», demande l’homme qui avait le choix devant la multitude d’offres que lui faisaient les bonnes dames. C’est en effet la période des mangues mûres au Sénégal. Aux abords des routes, les femmes proposent ces fruits dans de petits bols. Elles sont bien colorées, bien parfumées, savoureuses. Difficile de ne pas se laisser tenter et faire un petit crochet du côté de ces étals qui donnent l’eau à la bouche. Même sous un soleil ardent. Surtout que viendra forcément le moment où le soleil se couchera, pour laisser la place à un vent un peu plus clément. Occasion pour déguster ces fruits délicieux. Moment idéal pour les consommer et s’assurer de ne pas avoir chez soi ces intrus que tout le monde redoute : les mouches, qui pullulent actuellement au Sénégal.

Ce dimanche 15 mai 2022, la température n’a pas baissé. Même les quelque rares buses qui sillonnaient habituellement le ciel bleu du Sénégal, à la recherche de nourriture qui peut être le poussin d’une poule qui a manqué de vigilance, ne sont pas au rendez-vous. Le temps est d’une rare agressivité. Un ciel certes dégagé, mais un pays balayé par un vent chaud et sec capable de sécher un habit en coton en moins de 10 minutes. Preuve qu’à l’heure actuelle, il fait extrêmement chaud au Sénégal.

Abubakr Diallo/afrik.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Reginald GROUX dit :

    Clairement, le journaliste a dû prendre un coup de chaud, vu l’embrouillaminis d’informatilns sans intérêt qui polluent le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :