LES SENEGALAIS D’UKRAINE

les Sénégalais s’organisent pour leurs compatriotes en Ukraine

L’organisation pour l’évacuation des ressortissants des pays africains est en cours en Ukraine. Le Sénégal y compte environs 70 ressortissants, principalement des étudiants. Bien qu’ils ne soient pas nombreux, le ministère des Affaires étrangères, en coordination avec l’ambassadeur du Sénégal en Ukraine et en Pologne, Amadou Dabo, est mobilisé. Une cellule de crise a été mise en place et les Sénégalais résidents en Ukraine commencent à arriver en Pologne.
Publicité

Les autorités sénégalaises répondent présent pour leurs ressortissants en Ukraine. Depuis deux jours, Amadou Dabo, l’ambassadeur du Sénégal en Ukraine et en Pologne, les accueillent à Varsovie.

Pour réussir à traverser, l’attente peut être longue : « À la frontière, explique Amadou Dabo, il y a une affluence massive de tout le monde : des Ukrainiens et des étrangers. Bien sûr, les difficultés ne manquent pas. Mais selon les informations que j’ai avec mes représentants sur place, on a une dizaine de Sénégalais qui ont pu traverser, alors qu’ils étaient environ 25 à la frontière. Le temps d’attente étant donné l’affluence est long. Il y en a qui ont passé la nuit. Certains ont même attendu deux jours. »

On se bousculait de gauche à droite. Et ils disaient des mots blessant parfois

C’est le cas de Taigau. L’étudiant habite à Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine. Il a dû traverser tout le pays avant d’atteindre les postes-frontières. Il raconte son périple : « On a marché plus de 27 kilomètres jusqu’à la frontière. Il faisait froid. On avait peur. On a passé presque deux jours et demi là-bas. À part mes documents, je n’avais rien du tout. J’avais mes documents et mes diplômes. En période de guerre, tout le monde est perturbé. Les rangs n’étaient pas respectés. On se bousculait de gauche à droite. Et ils disaient des mots blessant parfois. Je ne veux pas utiliser le mot de « racisme ». C’est quelque chose qui pèse trop lourd. Par contre, je peux souligner l’hospitalité polonaise qui vous demande si ça va, si vous n’êtes pas blessé. Ils te donnent de quoi te couvrir, à manger et prennent soin de toi. Ils nous traitent de la même façon que les Ukrainiens qu’ils étaient venus héberger aussi. »

Les étrangers, originaires de pays hors Union européenne, peuvent rester 15 jours sur le sol polonais, le temps d’aller vers d’autres destinations.

RFI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *