MAFIAS SENEGALAISES

Le Sénégal sur la liste grise: Drogue, immobilier et blanchiment d’argent

En février 2021, le Groupe d’action financière (GAFI) a inscrit le Sénégal sur sa liste grise, indiquant que le pays ne se conformait pas pleinement aux normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et de la prolifération. Cette décision révèle toutefois que le Sénégal s’est engagé à collaborer avec ce groupe de travail, pour remédier aux lacunes dans les délais convenus et de se soumettre à des contrôles supplémentaires, renseigne issafrica.

Le Sénégal se classe actuellement huitième au monde pour les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Selon l’Évaluation nationale des risques de blanchiment d’argent, l’un des principaux facteurs dans le pays, est le trafic de drogue, une économie illégale qui génère près de 360 millions de dollars (200 milliards de francs Cfa) par an. Les trafiquants de drogue utilisent diverses opérations pour blanchir leur argent, l’immobilier et la construction étant les secteurs privilégiés.

La flexibilité de l’immobilier, qui permet de dissimuler l’origine des fonds de l’investissement et l’identité du propriétaire, rend le secteur attractif pour quiconque souhaite faire passer des fonds illicites dans l’économie légitime. En 2011 déjà, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) affirmait que la facilité d’acquisition de biens immobiliers au Sénégal était exploitée par les trafiquants de drogue basés en Europe, dans le but de blanchir de l’argent. L’absence de registre central et le recours à des noms d’emprunt par les investisseurs, constituent une couverture.

Le Sénégal au 8e rang mondial pour les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme

Le Sénégal se classe actuellement au huitième rang mondial pour les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Ces dernières années, le Sénégal a renforcé son cadre juridique et institutionnel pour lutter contre le blanchiment d’argent. Cependant, certaines de ces dispositions ne sont pas encore pleinement mises en œuvre. Malgré l’engagement du gouvernement à collaborer avec le Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) et le GAFI pour lutter contre le blanchiment d’argent, la présence du Sénégal sur la liste grise de ce dernier, indique que les progrès sont lents.

issafrica.org/leral.net

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stéphane dit :

    De vrais cracks

  2. issa gibb dit :

    Et qui est à la tête de l’immobilier et de la construction au Sénégal !
    Ne cherchez pas : Les membres des gouvernements successifs, les politiciens de tous bords, Touba et bien d’autres leaders confrériques richissimes, et bien sur les marabouts sénégalais mafieux et esclavagistes d’enfants dont les parcs immobiliers en ferait rêver plus d’un…
    Oui, ceux sont des vrais cracks à faire du fric à rien foutre, avec leurs descentes aux enfers dans la corruption gangrénée aux corps, l’esclavage dans la mendicité forcée ou la prostitution des enfants Talibés, les trafics de drogue et le financement du terrorisme et sa prolifération, les trafics d’armes, suivi du blanchiment d’argent dans l’immobilier, la construction et les transports, etc…
    Sans scrupules et complices avec la bénédiction d’Allah, bien sur…
    Se croyant supérieur aux autres pays Africains…
    Avec une lutte promise contre la corruption en 2012 aux oubliettes
    Avec la réalité d’une bonne gouvernance que sur le papier qui s’avère de plus en plus nulle , incapable et incompétente à tous les niveaux pour gouverner avec une fin de 2° mandat Sallien qui pue, de plus en plus… Y-a pas photo
    Et on assiste résiliant et impuissant à cette descente aux enfers, une fois de plus !Ne faites pas, ce que je fais… Ici, Sénégal !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :