CLIMAT: INJUSTICE AFRICAINE

L’Afrique émet moins de 4% des GES mais supporte entre 50 et 70% des impacts du climat (ONG)

L’Afrique supporte entre 50 et 70% des émissions de gaz à effet de serre, alors qu’elle n’en émet que moins de 4%, a déploré lundi Aly Marie Sagne, président-fondateur de Lumière Synergie pour le Développement (LSD).

’’L’Afrique émet moins de 4% des gaz à effet de serre mais supporte entre 50 et 70% des impacts du climat’’, a-t-il notamment dit.

M. Sagne s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest) où LSD, en partenariat avec Women, une structure basée en Afrique du Sud, a convié six représentants de communautés locales et d’ONG, pour faire entendre la voix des communautés, en prélude de la Cop-26, prévue la semaine prochaine à Glasgow, en Ecosse.

Pendant trois jours, les communautés et les représentants de communautés d’Afrique francophone vont réfléchir sur comment influencer l’agenda du climat, au moins, pour la COP 26 sur le thème : ’’Agir vite : quelles actions à poser dès maintenant ?’’.

’’Malheureusement, lorsqu’il s’agit de prendre des décisions, les communautés, particulièrement les femmes rurales, sont laissées en rade’’, a-t-il dénoncé.

Pour lui, c’est donc important de montrer à la face du monde que les communautés et les femmes en particulier, qui subissent les impacts majeurs des changements climatiques, ont leur voix dans toute décision qui sera prise sur le climat.

Selon Aly Marie Sagne, il y a presque un mois, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié son rapport 2021.

Le maitre-mot de ce document est qu’il faut changer de paradigme en termes de financement des énergies fossiles ou d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques.

’’En 2015, à Paris, il était question d’arrêter le réchauffement à moins de 1,5 degré. Si on ne fait rien, ce chiffre pourrait aller à plus 2 degrés chaque année’’, a alerté M. Sagne.

Ce sera ’’extrêmement dommageable’’ pour le réchauffement climatique avec son lot d’impacts : inondations, sécheresses, rareté des ressources en eau, etc., a-t-il estimé, ajoutant qu’il faut ’’agir fortement, rapidement mais durablement’’.

ADE/MD/BK/APS

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tiocan dit :

    C’est toujours de la faute aux autres. Un pays qui trouve normal de faire rouler des camions et des véhicules âgés de plus de 50 ans qui fument noir comme des locomotives à charbon, qui se complait dans la crasse et les excréments, qui bouche les rares égouts avec des ordures, qui amoncelle les détritus partout, qui ne respecte pas la vie animale et la nature et qui ne subsiste que grâce aux aides généreuses des pays donateurs ferait mieux de balayer devant sa porte, se bouger un peu et se prendre en mains.
    Ne pas écouter ces enfoirés du GIEC, pseudo scientifiques trop payés avec nos impôts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :