RIZ EN DANGER

La production de riz pluvial diminuerait de 50% d’ici 2100

La production sénégalaise de riz pluvial diminuerait de 50% d’ici 2100, selon une étude du Centre de coopération internationale en Recherche agronomique pour le développement (Cirad) et de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra).

« Les rendements seront divisés par deux, donc cela sera pratiquement impossible de cultiver du riz pluvial au Sénégal dans les zones où il est actuellement cultivé », explique l’agronome à la Cirad, Edward Gérardeaux, cité par le document. Les auteurs de l’étude préconisent l’adaptation variétale. Cela consiste à choisir des variétés de riz plus résistantes à la chaleur et plus économes en eau.

Le riz est la première céréale la plus consommée devant le mil et le maïs. Cependant, l’offre local ne couvre que 35% des besoins de consommation, estimés entre 1,7 et 1,8 millions de tonnes (équivalent riz blanc), soit une consommation moyenne d’environ 100 kg/ par habitant. Environ 65% des besoins sont couvert par les importations, originaires principalement d’Asie (Thaïlande, Inde, Vietnam, Pakistan et Chine), selon un rapport 2019 de la Cirad.

ouestaf.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *