EMPLOI EN SAUVANT LA TERRE

34% des terres du Sénégal dégradées : Leur restauration, des opportunités d’emplois pour les jeunes

La 36e édition du comité inter-état de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss) sera célébré ce dimanche. Cette année, les organisateurs misent sur l’implication de la jeunesse pour faire face à la dégradation des terres. Le Sénégal s’apprête à célébrer la 36e édition de la journée du comité inter-état de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss). Cette année, elle est placée sous le thème : ‘’Jeunes, restauration des terres et systèmes alimentaires productifs’’. Un choix qui n’est pas fortuit, au vu de l’impact de la dégradation des terres sur l’économie nationale.

Le conseiller technique du ministère de l’Environnement et du Développement durable informe, en ce sens, que 34% des terres du Sénégal sont dégradées, ce qui représente plus de 550 milliards de francs. Une situation qui n’est, cependant, pas, d’après le Colonel Sakhoudia Thiam, une exception sénégalaise.

Le représentant du ministre de l’Environnement à la rencontre organisée en prélude de cette journée renseigne que cette situation prévaut dans presque tous les pays sahéliens. ‘’C’est pourquoi, ces pays se sont regroupés autour du Cilss. Ce pourcentage est énorme et a des impacts très négatifs sur le développement socio-économique du pays’’, fait savoir M. Thiam.

Pour le secrétaire permanant du comité national du comité inter-état de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Conacilss), les pays du Sahel ont un atout majeur de leur dividende démographique qui doit être valorisé.

‘’C’est pour cela que le Cilss a saisi cette opportunité pour mettre en avant l’action des jeunes dans la restauration des terres, des écosystèmes, mais également, dans l’amélioration de la sécurité alimentaire dans notre zone’’, relate le Colonel Ibra Sounkarou Ndiaye.

Ainsi, estime-t-on, les jeunes doivent être mis à contribution pour relever les défis liés à l’amélioration de la productivité des sols, à travers des solutions innovantes et durables. Les opportunités ne manquent pas, d’après le constat du Colonel Sakhoudia Thiam, afin de répondre à la problématique de l’emploi des jeunes qui représente en Afrique plus de 36% de la main d’œuvre active.

‘’La reforestation et la restauration des terres dégradées constituent des possibilités pour créer des emplois verts et décents permettant ainsi une meilleure valorisation de notre dividende démographique’’, souligne le Conseiller technique du ministère de l’Environnement et du Développement durable. Qui renseigne par la même occasion que l’Etat met en oeuvre beaucoup d’actions pour lutter contre la dégradation des terres.

Ces actions, explique-t-il, sont intégrées dans le Plan Sénégal émergent, notamment dans le volet Pse vert. Pour ce faire, plusieurs départements ministériels travaillent en synergie, il s’agit entre autres des ministères l’Environnement et du Développement durable, de l’Agriculture et de l’Equipement rural et de l’Elevage et des Productions animales, pour mettre en oeuvre un ensemble de programmes et de projets qui visent à lutter contre la dégradation des terres.

‘’Au niveau du ministère de l’Environnement, nous avons un grand programme de reboisement des terres pour lutter contre la dégradation qui est un fléau national et que tout le monde devrait s’y mettre pour diminuer ses impacts négatifs’’, fait savoir M. Ndiaye.

leral.net

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Malheureusement, ces annonces au Sénégal, sont répétitives et ne sont généralement que de la propagande étatique à rien foutre…
    Après la Journée du Reboisement où le président et chaque ministre plantent leurs arbres => Plus Rien ! Et la déforestation de la Casamance continue de plus belle au Sud du pays, tandis que les troupeaux errants bouffent les plans de l’utopique Muraille Verte, au Nord du pays, chaque année ??? Chercher l’erreur…
    Après la Journée de la Conférence Mondiale de l’Eau => Plus rien ! Et on assiste à un peuple qui patauge dans les Eaux merdeuses dans les villes du Sénégal et un peuple privé d’Eaux dans le milieu rural, depuis plusieurs années, au 21° siècle ??? Chercher l’autre erreur…
    Après la Journée du « Sénégal Propre » ou « Net-Day » => Plus Rien ! Avec une politique de salubrité publique inexistante pour le ramassage et la destruction des ordures dans le pays auquel il faut ajouter une incivilité génétique du peuple, à tout jeter n’importe où, dans les coins de rues, sur les bords des routes, dans les canalisations d’évacuation des Eaux pluviales et même dans les fleuves et l’océan… Y-a pas photo???
    Après la Journée des Talibés ou de la Protection de l’Enfance => Plus Rien ! Les Talibés rentrent dans leurs daaras esclavagistes, pourries et maltraitantes où ils reprennent leurs mendicités quotidiennes dans tous les dangers de la rue et ils continuent à être battus en apprenant le Coran ou si ils ne ramènent pas du pognon quotidiennement à leurs pourritures humaines de marabouts dans la grande tradition Islamique de l’Enseignement Coranique de Merde du Sénégal… Crime contre l’Humanité, Bordel !
    Maintenant, ils te sortent la 36° Journée de la Lutte contre la Sécheresse au Sahel => Et puis : Plus Rien ! Avec des promesses d’Emplois pour la Jeunesse qui s’évaporeront comme neige au soleil, faute de financements ou détournements des aides internationales de tels projets et les autres, comme d’habitude… Pas la chanson !
    Avec toutes ces journées (liste non-exhaustive), les mecs minables, incompétents et corrompus, véritables bras cassés à rien foutre qui gouvernent le Sénégal doivent penser qu’Allah doit faire le boulot tout le reste de l’année ??? Ou ils ont étaient finis avec de la pisse à leur conception pour ne pas comprendre que c’est un boulot, au jour le jour, jours après jours, tout au long de l’année et des années… Plus cons, tu meurs ! In chà Allah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :