1er FORAGE RÉUSSI

Pétrole : Le premier puits de production de Sangomar foré avec ‘’succès’’

Les opérations de forage du premier puits horizontal de développement du gisement de Sangomar ont été achevées avec ’’succès’’, a annoncé la Société des pétroles du Sénégal ( PETROSEN).

Sur sa page Facebook, la Société des pétroles du Sénégal indique que des ’’technologies modernes net innovantes’’ ont été utilisées lors des opérations de forage et que les ’’résultats sont au dessus des attentes’’.

Elle souligne que le réservoir de pétrole S540 a été traversé sur une longueur nette d’environ 500 m à une profondeur de 2.600 m TVD environ.

Le premier baril de pétrole du gisement de Sangomar, dont la campagne de forage a débuté le 30 juin dernier, est attendu en 2023, avec une projection de 100 mille barils par jour lors de la première phase d’exploitation, avait annoncé, mi-août, cheikh Guèye, directeur pays adjoint de Woodside Energy au Sénégal.

Woodside et PETROSEN, la Société des pétroles du Sénégal, sont partenaires dans l’exploitation du gisement Sangomar, découvert en 2014 à 100 km au sud de Dakar. Il contient à la fois du pétrole et du gaz.

La participation de Woodside dans la joint-venture Rufisque Offshore Sangomar Offshore et Sangomar Deep Offshore (RSSD) est de 82 % pour la zone d’exploitation de Sangomar (avec une participation de 18 % pour PETROSEN) et de 90 % pour le reste de la zone d’évaluation RSSD (avec une participation de 10 % pour PETROSEN).

La Phase 1 du développement du champ Sangomar concernait l’installation d’une unité autonome flottante de production, de stockage et de déchargement (dénommée FPSO Léopold Sédar Senghor) d’une capacité de production d’environ 100 000 barils de pétrole brut par jour, de 23 puits de développement sous-marin et d’un réseau d’infrastructures sous-marines.

Woodside est le pionnier de l’industrie du Gaz naturel liquéfié (GNL) en Australie et possède une grande expérience dans les opérations de forage en Australie et à l’échelle internationale.

L’entreprise australienne produit 6 % du GNL mondial et exploite deux installations flottantes de production, de stockage et de déchargement en mer (FPSO).

Le premier baril de pétrole sénégalais est attendu en 2023, pour des réserves estimées à environ 630 millions de barils, sur le seul champ de Sangomar, une des quatre découvertes du pays.

BHC/OID/APS

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. olive dit :

    l’arlésienne !!

  2. issa gibb dit :

    On attendra donc 2023 pour voir !!! Dans quelles poches, çà va…
    => Pas dans les poches du Peuple Sénégalais, surement…

  3. olive dit :

    sur !les investisseurs vont récupérer leur fric ce qui va prendre pas mal d’années vu le prix du baril !

  4. Abdul dit :

    Vu l’incitation européenne pour les voitures électriques, bientôt votre pétrole sera d’aucune utilité, sauf pour produire de l’électricité carbonée…
    C’est à l’inverse du but recherché…
    L’avenir nous dira. A moins que le concept tout électrique ne s’effondre…

    • Stephane dit :

      Je pense un peu le contraire , le pétrole et le nucléaire ont un avenir énorme devant eux, les verdâtres vont vite se rendre comptes que ce ne sont pas les panneaux solaires et les polluantes éoliennes qui vont fournir assez d’énergies pour satisfaire leurs caprices de petits bourges méprisants

  5. oyster dit :

    Bonjour,
    En effet l’avenir n’est plus à l’électrique pour la simple raison que nous arriverons
    à l’hydrogène rapidement .

  6. olive dit :

    les voitures électriques sont un leurre écologique bien sur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :