HAUSSE DES DÉPENSES ALIMENTAIRES

Hausse des dépenses alimentaires pour 78% des ménages

Au deuxième trimestre 2018, une hausse des dépenses alimentaires a été enregistrée pour 78,1% des ménages sénégalais, selon l’enquête de perception de la conjoncture par les ménages (EPCM) réalisée par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).
A la même période de l’année 2017, la même enquête révélait une hausse des dépenses alimentaires pour 78,8 % des interrogés, soit une légère régression de 0,7 point de pourcentage.
Concernant les dépenses d’électricité, la DPEE signale que 53,1% des familles interrogées ont révélé une hausse entre leurs deux dernières factures. Les dépenses de santé, de scolarité et de transport, sont, quant à elles, restées stables pour respectivement 62%, 74,2% et 50,4% des ménages.
Massamba Sall/te/APA

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Toujours ces statistiques à la con, inutiles et incontrôlables… Une nouvelle maladie au Sénégal !
    Faire des statistiques et dépenser inutilement de l’argent des aides internationales en général, en voyages, séminaires, banquets, hôtels avec putes si affinités pour se dédouaner de faire des actions réelles et concrètes pour sortir les gens de la misère… Chercher l’erreur !
    Hausse des dépenses des produits alimentaires aux mains de l’Etat au 2ème trimestre 2018 pour remplir les caisses et se payer sa campagne électorale… Et baisse des dépenses alimentaires au premier semestre 2019 pour se faire élire sur les efforts de l’Etat pour un peuple qui a peu de mémoire… Le système est archi-connu !
    Wade en était le maître pour étrangler son peuple et Macky Sall s’en ai déjà servi en baissant les prix des denrées de première nécessité (riz, sucre et huiles) pour asseoir son élection à la Primature en 2012 et après, çà remonte tranquillement, mais surement suivant la bonne volonté de l’Etat Sénégalais…
    Ce n’est pas de la fluctuation économique, c’est de la pression sur le peuple pour mieux l’enfumer quand on relâche cette pression… En clair, c’est tenir le peuple, par la bourse…
    Je n’ai pas dis : tenir le peuple par les bourses, même si c’est la même chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :