L’ÉTAT ET LA COVID

Coronavirus : Vers un nouveau couvre-feu avec la hausse considérable des cas

Le Sénégal se dirige vers une nouvelle stratégie de lutte, au vu de la hausse des cas de coronavirus. Du moins, c’est ce qu’il faut comprendre des instructions données par Macky Sall, en conseil des ministres.

A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a insisté auprès des populations, sur l’impératif de respecter les mesures barrières, le port systématique du masque, la limitation des rassemblements et déplacements au regard de la multiplication fulgurante, aux plans mondial, continental et national, des infections au coronavirus.

Le Président de la République invite, à cet égard, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, (i) à intensifier la remise à niveau des Centres de traitement des épidémies (CTE) ; (ii) à poursuivre la dotation des structures sanitaires et des services spécialisés en intrants et équipements de première nécessité, mais également (iii) à mobiliser l’ensemble des personnels de santé afin d’asseoir la maitrise rapide de cette nouvelle poussée de la pandémie.

Le Chef de l’Etat rappelle, dans le contexte des préparatifs de la Tabaski, des vacances scolaires et des déplacements qui en découlent, l’urgence d’impliquer les relais communautaires et les acteurs sociaux (notabilités religieuses et coutumières, ASC, jeunes, femmes etc.) dans la sensibilisation des populations contre le coronavirus, mais surtout d’accélérer le déploiement de la campagne de vaccination de proximité avec l’acquisition effective de nouvelles doses de vaccins par l’Etat.

Le Président de la République demande, dans cet élan, au Gouvernement, d’assurer un suivi rapproché de l’exécution du projet d’implantation au Sénégal, par l’Institut Pasteur de Dakar, d’une industrie de production de vaccins avec le soutien des partenaires techniques et financiers.

Poursuivant sa communication, le Chef de l’Etat invite, durant cette période de recrudescence de la pandémie, les Gouverneurs de Région, à relancer les actions des comités régionaux de gestion des épidémies.

Le Président de la République demande, également, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, de renforcer la veille sanitaire en accentuant la communication et la présence sur le terrain et de présider, chaque semaine, le Comité national de Gestion des Epidémies (CNGE), avec la participation de toutes les parties prenantes.

Le Président interdit tout congé, toutes vacances à l’entièreté de ses ministres.

El hadji Issakha – senenews

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Stephane dit :

    En France certains commentateurs ou observateurs de la vie politique mettent sur une même balance les morts du covid en Tunisie et les personnes qui ne sont pas encore prêtes à se faire vacciner et que l on traite avec mépris d’ antivacs
    La Tunisie n’est pas un pays pauvre elle est comme tout le continent Africain gérée par des Africains-
    MVI dans son royaume du Maroc a eu les bons réflexes pour son peuple et pourtant son pays ne survit que grâce à ses travailleurs courageux , ses produits agricole et halieutique et aussi du tourisme.
    Que les pleurnichards Tunisiens et leurs bobos de représentants d ‘ on une poignée vit dans le très très pauvre quartier Stanincrack à 8000 € le m2 cessent de culpabiliser les Francais qui décennies après décennies fiancent ce continent d’assistés qui ont pour seul porte étendard leur bite ravageuse et leur marmaille qui dès qu’elle sera en âge de bander prolongera cette gangrène

  2. Le chaman dit :

    Stephane, parfois tu te laisse trop influencé par Éric Zemmour, et du coup la pertinence du propos perd en crédibilité, dommage.
    Et s’il est vrai que dans les pays dis pauvres, le cerveau est souvent logé dans le slip, il faut comprendre pourquoi, et l’histoire nous la raconte. Dans un pays pauvre, dans une famille pauvre, sans éducation ni culture générale, il n’y a pas de sécurité alimentaire, et la notion de famille est fondamentale, c’est grâce à la solidarité et l’entraide, que les anciens ne creveront pas de faim, que leurs vieillesse seront apaisée. Et comme il n’y a pas de prise en charge de la collectivité, ce sont les enfants qui sont appelés à assurer ce que en Europe, les systèmes de santé, de retraite, font à la place de la famille,.
    Les classes dirigeantes sont trop occupée à conserver leurs privilèges, pour mettre en œuvre les actions politiques pour changer le monde, il va falloir encore du temps pour que ces pays soient à un niveau acceptable d’équité républicaine,.
    Et puis ce poids énorme de la religion, qui engourdi le cerveau n’arrange pas les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :