ENFANTS EXPLOITÉS, INFO OU INTOX ?

Mbour – 6 500 enfants retirés de la rue : 90% sont retournés en famille

Le phénomène des enfants de la rue reste une réalité alors que les autorités essaient de les sortir de cette situation qui les prive d’un présent et d’un avenir tranquilles. Depuis le lancement de l’opération de retrait, 6 500 mômes ont été retirés, dont 90% sont rentrés chez eux, selon le ministère de la Femme.

Le gouvernement reste déterminé à poursuivre les opérations de retrait des enfants de la rue. Le secrétaire général du ministre de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants a donné hier à Saly, lors de l’ouverture de l’atelier sur le Projet «Investir dans les premières années pour le développement humain au Sénégal», les résultats obtenus : Au total, 6 500 enfants ont été retirés de la rue dont 90% sont retournés en famille. Malgré ces résultats «palpables», le phénomène des talibés, déguenillés et mendiant, fait partie du décor des grandes agglomérations sénégalaises. Ce n’est pas synonyme d’abandon, tentent de rassurer les autorités qui annoncent que l’Etat est dans une dynamique irréversible et constante de protection des enfants, surtout ceux en situation de rue. «Vous avez noté les efforts considérables sous l’égide du ministre de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants. Les opérations se poursuivent dans une dynamique multisectorielle et les actions menées depuis lors ont permis de retirer de la rue 6 500 enfants ; donc 90% sont retournés en famille», souligne Mame Gor Diouf. Il rappelle que le gouvernement a mis en place le Programme national de retrait et de réinsertion socioéconomique des enfants retirés de la rue. Il travaillerait pour que ces mômes soient mis à l’abri, sécurisés auprès de leur famille, pour qu’ils puissent trouver dans leurs territoires respectifs un cadre adéquat d’apprentissage, d’éducation et de formation. «Dans cette dynamique, Mme le ministre vient de dérouler dans les régions de Dakar, Kaffrine, Fatick et Matam de vastes opérations d’appui en denrées alimentaires, en produits d’hygiène et financier à l’endroit des daaras, mais surtout de ceux qui développent des pratiques éducatives respectueuses des intérêts de l’enfant. Donc au-delà des opérations de retrait, nous avons reçu des instructions afin d’appuyer les daraas modèles qui, conformément aux préceptes de l’islam et aux enseignements de nos guides religieux, sont restés fidèles à l’éducation des enfants», se réjouit Mame Gor Diouf. En dépit de la mendicité qui persiste, le gouvernement «est sur la bonne voie, car la dernière évaluation dans le cadre de la Semaine nationale de l’enfant, faite avec tous les acteurs, a salué cette opération. Et mieux, les enfants ont recommandé au gouvernement de poursuivre ces opérations afin d’atteindre l’objectif qui est de zéro enfant dans la rue».
Aujourd’hui, le Projet «Investir dans les premières années pour le développement humain au Sénégal» (Pipadhs) pourrait offrir une nouvelle alternative aux chérubins. Financé par la Banque mondiale pour un montant de 42 milliards sur une période de 5 ans, il vise à offrir aux enfants, surtout aux tout-petits, des services d’éducation de qualité dès le préscolaire. Au moins, 207 mille seraient enrôlés au niveau de 33 structures d’éducation préscolaire, des Cases des tout-petits, des classes préparatoires à l’élémentaire.
Il faut noter que ce projet vise à renforcer la santé des tout-petits en termes de nutrition et des stimulations précoces et plus de 9 700 enfants seront enrôlés. Il va également promouvoir la protection des enfants pour assurer l’accès au moins à 6 000 d’entre eux à l’enregistrement dès la naissance. Ce projet, qui va construire 33 structures scolaires avant la fin de cette année, va mobiliser et toucher 2 millions d’adultes autour de lui. Il se déroulera au niveau des 7 régions d’intervention du projet, à savoir Diourbel, Kaffrine, Fatick, Kaolack, Kolda, Matam et Tambacounda.
Alioune Badara CISS/lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Stephane dit :

    Omar Sy ce grand couillon de Sénégalais raciste enrichie par le respect et la la sympathie,le porte-monnaie qu’une partie des Francais lui témoignait ( il est vrai une fausse modestie et une semblance d’ autodérision qui le caractérisait chapotée par des gauchisasses friquées anti Francais lui a ouvert de nombreuses portes ,il est vrai aussi qu’il a ,sans etre exceptionnel une capacité à jouer, ce donneur de leçons à préféré fuir , la France , seul pays qui l’a enrichie pour évité de payer des impots , ce qui n’a pas atténuée ses propos emplis de bile

  2. issa gibb dit :

    Cette sinistre-ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants en poste depuis mai 2019, Ndèye Sali Diop Dieng (qui n’est même pas nommée dans cet article) qui s’auto-congratule de résultats qui n’ont aucune réalité sur le terrain au sujet des enfants mendiants (Enfants majoritairement Talibés qui ne sont pas nommés, non plus dans cet article tout aussi hypocrite que cette ministre)…
    Autocongratulations et autosatisfactions ministérielles habituelles dignes d’un suppositoire à la glycérine pour mieux enfumer l’opinion, dans un colloque à Saly, à bouffer le pognon des rares contribuables, comme d’habitude, pour ne faire en aucun cas avancer l’abjecte situation des enfants Talibés mendiants au Sénégal…
    => En effet, tous les commentateurs dénoncent et affirment que les enfants Talibés Esclaves mendiants n’ont jamais été aussi nombreux à mendier dans les rues du Sénégal en 2021 …
    Il y a donc, bien une INTOX gouvernementale comme se le demande encore le titre de cet article ???

    Si cette hypocrite ministre annonce le retrait de 6.500 enfants mendiants de la rue en juillet 2021 et ose avouer leurs retours dans leurs familles pour 90% d’entre eux : Elle ment la salope !
    Tout le monde sait qu’un seul tiers des enfants mendiants ramassés dans la rue ont été remis dans leurs familles (soit 30%) et que les 2 tiers restants des enfants (Talibés) mendiants (soit 70%) ont été remis dans leurs daaras (écoles coraniques que de nom) où ils continuent à mendier dans les rues pour enrichir leurs marabouts exploiteurs d’enfants… Ou quand ces ordures maraboutiques ne les ont pas déplacé dans d’autres daaras gérées par la mafia maraboutique esclavagiste d’enfants Talibés, à travers tout le Sénégal jusqu’au Mali… Il y a eu qu’une centaine d’enfants Guinéens qui ont été raccompagnés en Guinée depuis 2016, au grand dam des autorités Guinéennes et même de leurs parents défaillants et irresponsables…

    On estime à plus de 200.000 enfants Talibés Esclaves mendiants au Sénégal en 2021, avec une proportion de 70% d’enfants Talibés Sénégalais provenant des familles les plus pauvres des sous-régions Sénégalaises auxquelles des recruteurs ont fait croire que les enfants apprendront le Coran gratuitement, alors qu’ils sont jetés dans la mendicité forcée… Et 30 % d’enfants Talibés étrangers, majoritairement Guinéens qui subissent le même sort…
    Ces trafic négriers d’enfants se propagent dangereusement au Sénégal et pas que :
    – Le nombre d’enfants Talibés Esclaves mendiants au Sénégal a doublé sous les 2 mandatures de Macky Sall passant de 100.000 en 2012 à plus de 200.000 en 2020 au Sénégal… Rien qu’à Dakar, ils sont 50.000 Talibés dans 1.750 daaras déclarées… Chercheur l’erreur ???
    – Les daaras esclavagistes d’enfants Talibés mendiants se développent en Casamance et aussi en Gambie où elles n’existaient pas sous le règne du dictateur Yaya Jammeh… Chercher l’autre erreur ???
    – Ces trafics d’enfants, à l’exemple du Sénégal, s’exportent très bien en Afrique de l’Ouest : En Mauritanie et au Mali (8.000 enfants Talibés Esclaves mendiants dans la capitale malienne à Bamako), mais aussi dans les 2 Guinées jusqu’au Burkina Faso…
    Que du Bonheur pour l’Avenir même de ces contrées et l’Avenir de ces enfants esclaves d’adultes Islamistes pourris qui ont de plus en plus pignon sur rues en Afrique de l’Ouest et au Sahel avec les GAT.

    Il y a donc, déjà 5 ans, depuis le fiasco du retrait des enfants mendiants des rues, initié en juillet 2016 par sa collègue-ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Mariama Sarr, en poste de juillet 2014 à septembre 2017 (Aujourd’hui, ministre de la Fonction Publique et du Renouveau du Service Public depuis mai 2019)… Suivi par l’inutile ministre Ndèye Ramatou Guèye Diop qui n’a rien foutu au poste de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance de septembre 2017 à mai 2019, à part nous assurait que la mort de 2 Talibés dans l’incendie d’une daara de Mbour, parce qu’ils étaient enfermés en décembre 2018, était la « Volonté de Dieu » ??? Connasse !…
    Si, comme le prétend, cette dernière ministre de la Protection de l’Enfance, N.S.D. Dieng que le gouvernement est sur la bonne voie et que le but de Macky Sall est qu’il est « Zéro Enfant Mendiant dans les rues au Sénégal » : Il faudrait tout d’abord que la Mafia Maraboutique Sénégalaise soit d’accord pour abandonner cette manne financière qu’est la mendicité des Enfants Talibés Esclaves et ce n’est pas gagné !
    Les enfants Talibés Esclaves mendiants au Sénégal sont comme les hémorroïdes dans le cul : çà fait mal !
    Et les enfumages-suppositoires à rien foutre, répétitifs gouvernementaux ne soulagent jamais rien à la situation abjecte des enfants Talibés Esclaves mendiants au Sénégal…
    => Le Sénégal est et reste un Pays de Merde avec ses enfants Talibés Esclaves Mendiants, ses politiciens lâches, hypocrites et incompétents et ses marabouts, véritables ordures humaines Esclavagistes d’enfants au 21ème siècle… In chà Allah ! Qui pour INFO : Ne veut pas de çà dans son Saint Coran… Chercher toujours l’erreur ???
    On vous répondra : Ici, c’est le Sénégal et les Talibés, c’est « TABOU » , on n’en parle pas…
    Comme dans un Pays de Merde = Esclavagiste d’Enfants qui se demande encore si il y a des Enfants Exploités au Sénégal ??? On croit rêver tellement çà pue l’Hypocrisie généralisée dans toutes les strates de la société de ce pays de Merde = Esclavagiste d’Enfants et Lâche Hypocrite… Y-a-pas photo !

  3. Le chaman dit :

    Personnellement, je n’ai jamais vu autant de gamins mendier, en guenilles, chaque jour, dans les rues de saly, et pas seulement dans le centre de la ville touristique, mais dans tous les quartiers de saly. Tout près de chez moi, il y a une Daaras, où plutôt un poulailler immonde, qui sert de refuge à une cinquantaine de talibés, pas d’eau, pas d’électricité, pas de matelas, rien de rien, les gosses sillonnent la ville du lever au coucher du soleil, réclament à manger et de l’eau, dommage que je ne puisse pas mettre toutes les photos que j’ai réussi à prendre très discrètement sur un site internet pour illustrer ce scandale.
    Et cette ordure de ministre ose déclarer que les talibés sont presque tous rendus à leurs parents, qu’on la pende cette morue pour mentir à ce point là.

  4. Stephane dit :

    A Thies ca pullule, de rares dahras semble mieux tenues ,il me semble qu’,elles gardent le contact avec la famille les gamins retournent de temps en temps au village voir les leurs , semblent moins stressés et moins belliqueux.
    De rares, peut-être qu’une seule ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :