8,6% DE CROISSANCE ESPÉRÉE

Le Sénégal projette un taux de croissance de 8,6% sur la période 2022-2024

Les autorités sénégalaises tablent sur une croissance économique de 8,6% sur la période 2022-2024 avec un pic de 11,3% en 2023, a-t-on appris vendredi de source officielle.
Selon le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2022-2024, publié par le ministère sénégalais des Finances et du Budget, à partir de 2023, l’économie sénégalaise devrait connaître un renouveau avec l’exploitation de nouvelles sources d’énergie, notamment le pétrole et le gaz.
Il a signalé que dans le secteur primaire, la croissance de l’activité devrait s’établir en moyenne à 6,3% sur la période 2022-2024 contre 4,7% en 2021, en lien avec l’accélération de la croissance des sous-secteurs de la pêche et de l’agriculture et des services annexes.
Pour le secteur secondaire, la hausse devrait être en moyenne de 16,1% sur la période 2022-2024, contre 4,6% en 2021.
Cette situation s’expliquerait par le dynamisme attendu dans le sous-secteur des industries extractives, lequel sera singulièrement soutenu par la production de pétrole et de gaz en 2023, a expliqué le ministère, ajoutant que le secteur secondaire devrait bénéficier, sur la période sous revue, de la bonne tenue des produits agro-alimentaires et chimiques, de l’électricité et de la construction.
Le document a également tablé sur une activité vigoureuse du secteur tertiaire avec une croissance moyenne de 5,5% en 2022-2024 contre 3,1% en 2021.
Selon les projections, l’inflation, mesurée par le déflateur du PIB, s’établirait en moyenne à 2,1% entre 2022 et 2024, « soit un niveau en dessous du seuil des 3% fixé dans le cadre de la surveillance multilatérale ».
Le ministère sénégalais a indiqué, dans le document, que la trajectoire du déficit resterait toutefois ancrée sur un retour à un déficit de 3% en 2023 afin de respecter la norme communautaire ».
L’objectif du gouvernement en 2022 est de contenir le déficit budgétaire à 4,2% après les pics de 2020 (-6,4%) et 2021 (-5,4%). A partir de 2023, il souhaite le ramener à 3%, grâce aux réformes engagées sur la fiscalité et la gestion budgétaire.
Norbert/French.china.org.cn

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Ndiaye dit :

    Fini la rigolade, on va passer à la vitesse de croisiere sous peu. Attacher vos ceintures!

  2. Gourgui dit :

    Inch Allah, comme ils disent…. Si cela ne se produit pas, ce sera sa faute ! ;-))

  3. Le chaman dit :

    Allez expliquer tous ces beaux chiffres mirobolants à Sonko et ses amis, plus personne n’y croit, une république de menteurs et de voleurs.

  4. Stephane dit :

    Quelle croissance ? De plus en plus de milliards brassés qui peinent à nourrir les millions bouches supplémentaire , sacrée croissance

  5. oyster dit :

    Effectivement la croissance repart , et ceci en tenant compte des rentrées concernant les « ressources »..

    Ceci essentiellement dans les prévisions ,car pourquoi voudriez vous prévoir
    le contraire sans amener en plus une agitation contre productive ?

    Le journaliste est optimiste .

  6. Ali dit :

    C’est aussi débile que ce qu’a dit le ministre des finances français avec sa croissance irréalisable, finalement deux gouvernements qui se rejoignent dans le mensonge et la manipulation

  7. oyster dit :

    Il faut comprendre que le journaliste navigue dans le sens du vent pour ne pas déplaire ,et, aussi pour préserver son futur autant cela est vrai ailleurs ….
    A force de vouloir faire croire un lendemain qui chante avec de belles paroles sur
    une croissance irréalisable : mais cela reste une « prévision » ,rien de plus !.
    et n’engage personne !….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :