SAUVER ET PROTÉGER LES MANGROVES

Le Sénégal dévoile sa stratégie de renforcement des écosystèmes marins dans le Delta

La Journée mondiale de l’environnement a été célébrée avant-hier, samedi 5 juin 2021, sous le thème de la «Restauration des écosystèmes», un appel à «prévenir, stopper et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde entier». Pour l’édition de cette année, le Sénégal, à travers le ministère de l’Environnement et du Développement durable (Medd), à choisi la localité de Toubacouta, dans le Delta du Saloum, pour abriter les activités officielles prévues dans le cadre de cette journée. Une occasion pour le ministre Abdou Karim Sall, qui a présidé la cérémonie, de dévoiler la Stratégie de renforcement des écosystèmes marins du Sénégal.
Le ministre de l’Environnement et du Développement durable (Medd), Abdou Karim Sall, a présidé, le samedi 5 juin 2021, à Toubacouta, la Journée mondiale de l’environnement. Célébrée cette année sous le thème “Restauration des Écosystèmes”, cette journée a été précédée par une visite sur le site du Parc animalier de “Fatala”, situé à quelques encablures de la frontière avec la Gambie, avant de déboucher sur les dispositifs de surveillance en place sur l’Aire marine protégée (Amp) de “Bamboung”, positionnée de l’autre côté des eaux bordant ce riche patrimoine naturel. Ainsi, face aux nombreux défis qui interpellent notre système environnemental, la forte mobilisation concédée par les populations locales a servi de cadre au ministre de l’Environnement pour revenir sur la nouvelle Stratégie adoptée par l’Etat du Sénégal en faveur d’un renforcement durable de ce patrimoine fortement recherché, pour la stabilisation des changements climatiques.
ERECTION D’UN POSTE DE GARDE, RECRUTEMENT PROCHAIN DE 10.000 JEUNES ENVIRONNEMENTALISTES, 600 NOUVEAUX AGENTS DES EAUX ET FORETS…
Ainsi, au-delà de la décision de son gouvernement d’ériger un Poste de garde sur le site abritant le Mirador de surveillance, dès octobre prochain, sur financement de l’Amp Mangrove, Abdou Karim Sall a annoncé le recrutement urgent d’un effectif de 10.000 jeunes pour appuyer les efforts de lutte contre la déforestation, pour le reboisement, la lutte contre les feux de brousse, la protection de l’environnement et la lutte contre le péril plastique qui est une menace de taille pour les écosystèmes et la santé des populations. A cela s’ajoute l’emploi prochain de 600 nouveaux agents des Eaux et Forêts, gardes forestiers et autres surveillants de la nature afin d’offrir au patrimoine forestier de notre pays une sécurisation opérationnelle multidimensionnelle et freiner les effets destructifs dont il est victime depuis de nombreuses années.
25% DES 64.000 HA DU DELTA SOUFFRENT DE DÉGRADATION
Malgré les six (6) Aires marines protégées (Amp) créées par le gouvernement du président Macky Sall, entre 2012 et 2020, dans le but de renforcer cette inter-agitation entre plusieurs espèces dans un même milieu et les systèmes de défense contre les changements climatiques, les menaces qui pèsent sur nos écosystèmes sont énormes. Depuis 1980, cette dégradation a atteint 25% de ces espaces ouverts. Une situation qui, en évidence, s’explique par une exploitation abusive des ressources engendrées par la mangrove qui joue un rôle essentiel dans le développement socio-économique local. C’est pourquoi, souligne Abdou Karim Sall, la préservation des écosystèmes et la restauration des espaces dégradés interpellent plus que jamais. Ainsi, dans cette perspective, d’importants efforts ont été déployés pour atteindre cet objectif car, en dépit des acquis déjà cités, neuf (9) forêts classées ont aussi été créées dans ce même exercice d’opérationnalisation du “PSE Vert” comme initié par le chef de l’Etat. Au-delà de la dimension environnementale, c’est aussi une initiative favorisant l’opportunité d’intensifier le Programme national de reforestation et qui va offrir des emplois verts à des milliers de jeunes en quête de travail.
LA MANGROVE, UNE NICHE ÉCONOMIQUE PESANT PLUS DE 900 MILLIARDS, EN DIX ANS
D’après une étude menée par l’Ong “Wetlands” sur la mangrove du Delta du Saloum, en 2020, une recette économique de 964 milliards de francs Cfa a été annoncée en termes de rentabilité pour le développement social et économique. Et ceci pour une durée de dix (10) ans. Selon le directeur exécutif de “Wetlands” Sénégal, cette étude a surtout permis de démontrer qu’en procédant à une restauration et une conservation durablement de la mangrove, le gouvernement du Sénégal pourra en effet soutirer d’importantes ressources qui serviront à construire des digues de protection contre les érosions côtières menaçant certaines parties du Delta. Ainsi, conscient du rôle fondamental que les organisations non-gouvernementales peuvent jouer dans la lutte contre la dégradation des écosystèmes, ce qui a d’ailleurs favorisé la mise en place dans la zone d’une Plateforme mangrove placée sous l’autorité technique de l’Ard (Agence régionale de développement) de Fatick, le directeur exécutif de “Wetlands” Sénégal, Ibrahima Thiam, a estimé nécessaire de mettre sur pieds une Stratégie nationale de restauration des écosystèmes de mangrove, avec le concours des différents services techniques du Medd.
ACCELERATION DU PROCESSUS DE MISE EN DEFENSE DE LA MANGROVE ET RESTAURATION DES ESPACES FORESTIERS Prés de 30 prix et distinctions remis aux “amis” de la mangrove
En dépit de l’aspect sensibilisation et diffusion des nouvelles mesures que l’Etat du Sénégal et ses partenaires au développement s’engagent à prendre afin d’accélérer le processus de mise en défens de la mangrove et restauration des espaces forestières du pays, la célébration de cette 47ème édition de la Journée mondiale de l’environnement, le samedi 5 juin 2021, à Toubacouta, a aussi été l’occasion pour le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, et le maire Pape Seydou Dianko, de fêter les acteurs qui se sont le plus distingués dans la croisade contre le péril environnemental dans la zone de Toubacouta. Ainsi, dans cette opération, près d’une trentaine de cadeaux et autres actes de reconnaissance a été décerné à des personnes ayant joué un rôle essentiel dans la sensibilisation. Soit par le chant, des dessins et autres formes d’illustrations. Soit par des actions assez illustratives sur le terrain, mais ayant trait à faire changer les comportements communautaires surtout lorsque que ceux-ci sont orientés vers les agressions souvent perpétrées en direction de la mangrove.
ABDOULAYE FALL/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *