LE JOOLA 19 ANS…

Sénégal: 19 ans après le naufrage du «Joola», trop peu d’avancées pour les familles

Au Sénégal, plusieurs cérémonies sont organisées ce dimanche 26 septembre en mémoire des victimes du « Joola ». Il y a 19 ans, le 26 septembre 2002, le navire effectuant la liaison entre Dakar et Ziguinchor, surchargé, sombrait au large des côtes gambiennes. Les associations de victimes déplorent le peu d’avancées dans leurs revendications.

Officiellement, plus de 1 800 personnes ont péri dans ce naufrage. Samsidine Aïdara a perdu ses quatre frères et sœurs dans la catastrophe maritime. Il est membre du Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial-musée « Le Joola », et il regrette « un manque de volonté politique ».
« Nos attentes restent inchangées »

« 19 ans après, nos attentes restent inchangées parce que le mémorandum que nous avons déposé sur la table comprenait cinq points : le renflouement du bateau le Joola, la question de la justice, la prise en charge des orphelins, le mémorial-musée et le fait de faire du 26 septembre une journée nationale du souvenir, rappelle Samsidine Aïdara. Globalement, peu a été fait et on peut dire qu’il y a juste le point sur les orphelins et sur le mémorial qui avancent un tout petit peu, même s’il y a beaucoup qui reste à faire. Et les autres sont toujours restés en rade. »

Manque de volonté politique

Pour Samsidine Aïdara, ce manque d’avancée est dû à un manque de volonté politique : « L’exemple le plus frappant, c’est la journée nationale du souvenir. Ça ne demande pas de moyens, ça ne demande rien d’autres qu’une simple décision administrative. C’est comme si c’était une tache noire sur leur gestion qu’ils veulent à tout prix faire oublier et effacer de l’histoire du Sénégal. C’est en fait un exemple du fonctionnement de la société sénégalaise, la corruption, la mauvaise gouvernance. Au Sénégal, on a l’habitude de ne pas se remettre en question par rapport à nos comportements et lorsqu’il y a un drame, mettre tout sur la volonté divine. C’est une manière de faire qui doit être rectifiée ».

RFI

les familles des victimes du naufrage du bateau Joola réclament son renflouement

– Il s’agit de la prise en charge des orphelins et de la construction (en cours) du Mémorial Le Joola,

Les familles des victimes du naufrage du bateau eLe Joolae ont réaffirmé, dimanche, leur exigence de voir l’épave renflouée.

L’embarcation avait chaviré le 26 septembre 2002 dans les eaux gambiennes faisant 1863 morts selon un décompte officiel du gouvernement sénégalais.

« Notre douleur ne pourra s’estomper tant qu’on ne renfloue pas le bateau. La mer n’est pas un cimetière et nos parents ont droit de reposer dans un cimetière sur terre ferme », a indiqué Boubacar Bâ, président du Collectif de familles de victimes.

S’exprimant à l’occasion de la commémoration au port de Ziguinchor (Casamance, au sud du pays) du 19ème anniversaire du drame maritime, Bâ, a fait de cette doléance, un des trois points essentiels à satisfaire.

« Le renflouement va nous libérer, il va nous permettre de faire le deuil », a assuré pour sa part Ely Bernard Diatta, chargé des affaires juridiques du Collectif.

En fait, seuls 482 corps avaient été repêchés et inhumés dans des cimetières en Casamance et à Mbao dans la banlieue dakaroise.

L’accompagnement psycho social et la vérité sur ce qui s’est réellement passé sont les deux autres points à satisfaire selon le collectif qui a noté quelques avancées dans le dossier.

Il s’agit de la prise en charge des orphelins et de la construction (en cours) du Mémorial Le Joola.

Le souhait de voir la date du 26 septembre décrétée jour férié et de souvenir que le Collectif attend, n’est pas encore validé par l’Etat.

Une délégation gouvernementale conduite par le ministre des Forces armées Sidiki Kaba a pris part à la célébration de » l’édition axée sur le thème ‘’Naufrage du Joola et gestion de la pandémie : l’irresponsabilité se poursuit’’.

« Le thème choisi cette année est pertinent car il nous invite à adapter, individuellement et collectivement, des comportements citoyens afin de prévenir tout risque sanitaire et sécuritaire préjudiciable à notre survie », a assuré le ministre Kaba dans son allocution.

D’une capacité de 550 passagers, le bateau Le Joola avait quitté Ziguinchor pour Dakar avec à son bord quelque 2000 passagers.

Le dossier avait été classé sans suite par le gouvernement sénégalais en 2003.

En France, la justice a mis fin aux poursuites en 2014. Une information judiciaire avait été ouverte suite à une plainte portée par les familles des 22 victimes de nationalité française du naufrage.

les familles des victimes du naufrage du bateau Joola réclament son renflouement
– Il s’agit de la prise en charge des orphelins et de la construction (en cours) du Mémorial Le Joola

Lassaad Ben Ahmed/Alioune Ndiaye/aa.com.tr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stephane dit :

    Dossier classé sans suite car de trop nombreux militaires etaient impliqués dans la double billeterie.Fallait voir ces paniers de marchandises calés n’importe comment , aucun plan de répartition du fret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :