L’INSTITUT CONFUSIUS DE DAKAR

L’Institut Confucius est « l’un des fleurons » de la coopération entre le Sénégal et la Chine, selon son ancien directeur

L’Institut Confucius de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar est « l’un des fleurons » de la coopération entre le Sénégal et la Chine, a estimé samedi son ex-directeur, l’universitaire sénégalais Mamadou Fall.
« L’Institut est un des fleurons de la coopération entre le Sénégal et la Chine, mais aussi de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il suffit simplement de voir le bâtiment de cet institut dans cette université. (Il lui confère) un attrait sans commune mesure », a-t-il indiqué dans un entretien accordé à Xinhua.
« L’Institut avait pour vocation principale l’enseignement (de) la culture chinoise, mais le rectorat a eu la clairvoyance de lui imprimer une orientation beaucoup plus ouverte en intégrant l’enseignement professionnel dans son curriculum », a expliqué le professeur Fall.
L’universitaire a été le directeur de l’établissement entre 2015 et 2021. Au départ nanti d’une moyenne de 50 étudiants, l’institut en compte désormais au moins 500.
« Et pour la plupart, ce sont des étudiants des filières généralistes de formation avant, qui se sont s’inscrits dans des métiers de l’agriculture, du pétrole et du gaz. Cet institut a pu, en un temps très limité, passer d’un simple institut (d’enseignement) de langue, à un institut d’excellence qui est au cœur de la professionnalisation des filières à l’université Cheikh Anta Diop », s’est-il félicité.
« J’ai l’habitude de présenter la coopération chinoise comme l’une des (plus) généreuses au monde. Nous en avons fait l’expérience ces dernières années dans plusieurs secteurs », a poursuivi M. Fall.
Le professeur a cité en exemple la réalisation par la Chine au Sénégal de plusieurs infrastructures de qualité, dont, entre autres, le Grand Théâtre de Dakar, le Musée des civilisations noires, l’Institut Confucius et l’Arène nationale de lutte.
« C’est une coopération au cœur de la satisfaction des besoins les plus immédiats et plus importants du peuple sénégalais. C’est vraiment une coopération généreuse », a affirmé l’universitaire sénégalais qui s’est dit conforté dans son appréciation par l’aide matérielle et vaccinale apportée par la Chine contre la COVID-19, au Sénégal comme à d’autres pays.
Ying Xie/Yishuang Liu/peoledaily.com.cn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Galips dit :

    Confucius moi le bout.

  2. trevidic dit :

    Il s’agit d’une coopération généreuse peut on lire
    ,puisqu’il s’agit de « l’un des fleurons » de la coopération entre le SENEGAL et la CHINE
    « un attrait sans commune mesure » « des besoins les plus immédiats »……………….
    Attendre et voir !…….

  3. issa gibb dit :

    Il se dit que ces Instituts Confucius Chinois à travers le Monde, ne sont pas que des lieux de culture, d’enseignement du Chinois et d’échanges internationaux ???
    Ils serviraient aussi comme bases d’Espionnage des pays concernés pour les Chinois et certains de ces Instituts ont déjà été fermé pour propagande communiste outrancière lors des cours dans leurs murs par des enseignants qui font l’Apogée de la Chine et des dirigeants Chinois à l’étranger qui a entrainé la fermeture de ces Instituts comme en Suède ou aux Etats-Unis…
    Mais quand on parle de Confucius, ce philosophe Chinois du 6°-5° siècle avant J-C, fondateur du Confucianisme, sacrée doctrine politique et sociale érigée en Religion d’Etat : on peut citer aussi son inspirateur et contemporain, le philosophe Chinois Lao-Tseu, fondateur du Taoïsme, dont les doctrines sont liées à une Religion populaire de Chine basée sur des antiques traditions locales… Du Religieux avant tout ! Du Religieux toujours et encore, pour mieux enfumer les peuples ! Même si le Régime Communiste Chinois rejette ou interdit les Religions ou les doctrines religieuses…

    In first : Pour le Sénégal et cet article en particulier, la beauté du bâtiment ne peut être en aucun cas, un critère d’excellence de l’enseignement dans cet Institut ??? Argument inutile…
    On donne aussi, souvent à Lao-Tseu, le proverbe de comptoir : « Quand la rivière coule rouge, emprunte le petit chemin boueux… A tort ou à raison ???
    Mais quand on voit ce qui se passe avec les Chinois au Sénégal avec la déforestation de la Casamance, le pillage des réserves halieutiques Sénégalaises par les tankers de pêche Chinois et la pollution des terres et des fleuves provoquées par les usines Chinoises de transformation de poissons qui n’embauchent aucun Sénégalais : Les Chinois ont bien emprunté le petit chemin boueux, sans attendre que la rivière coule rouge au Sénégal ! In chà Allah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :