DONNER DU TRAVAIL AUX JEUNES

Emploi des jeunes: L’éternel défi

« Tous ces jeunes dans la rue à ne rien faire, c’est de gros problèmes en perspective », résumait, en 2015, la Libérienne Antoinette Sayeh, à l’époque Directrice du Département Afrique du Fmi. Une prophétie que le Sénégal a amèrement expérimentée lors des récentes manifestations. En guise de réponse, le Président Macky Sall a annoncé un programme d’urgence de 350 milliards de FCfa pour l’emploi des jeunes sur la période 2021-2023. Analyse des enjeux dans ce dossier.
Le chômage et le sous-emploi des jeunes font partie des principaux défis de développement pour l’Afrique à la veille d’une transition démographique sans précédent. Depuis des années, les démographes alertent sur cette « bombe » à retardement. On estime en moyenne à 11 millions le nombre de jeunes entrant, chaque année, sur le marché de l’emploi en Afrique qui n’offre que trois millions d’emplois ; d’où un gap d’environ huit millions d’emplois par an. Au Sénégal, le défi est similaire : 300 000 demandeurs d’emploi arrivent, chaque année, sur le marché du travail alors que l’offre ne dépasse guère 100 000.
L’Afrique abritera 38 des 40 pays les plus jeunes au monde en 2050, l’âge moyen sur le continent s’établissant à moins de 25 ans. En 2017, environ 70 % des Africains avaient moins de 30 ans et la majorité de ces derniers étaient au chômage ou en sous-emploi. Compte tenu des récentes tendances démographiques, la pression pour créer de nouveaux emplois et régler la question du secteur informel, où se trouve la majorité des travailleurs « pauvres », ne fera qu’augmenter au cours des décennies à venir. « Le chômage et le sous-emploi créent donc des désillusions croissantes et des frustrations chez les jeunes dont certains ont recours à l’émigration clandestine ou y songent très sérieusement », observe Chams Diagne, fondateur du cabinet Talent2Africa spécialisé dans le recrutement de talents en Afrique. Dans un article intitulé « Obstacles à la création d’emplois décents et politiques de l’emploi en Afrique de l’Ouest » et publié en 2018 dans la revue « Afrique contemporaine », les économistes Ahmadou Aly Mbaye et Fatou Guèye pointent une « confluence de paradoxes » à la création d’emplois décents, notamment l’environnement hostile dans lequel baigne l’entreprise en Afrique.
Pour essayer d’apporter une réponse à cette problématique qui n’épargne aucun pays du continent, la Banque africaine de développement a adopté une Stratégie pour l’emploi des jeunes en Afrique (Seja) pour la période 2016-2025. Cette dernière vise à créer 25 millions d’emplois et à développer les compétences professionnelles et entrepreneuriales de 50 millions d’autres jeunes dans les 10 prochaines années.
De l’avis de M. Diagne, le Sénégal pourrait tout à fait s’inspirer de ce modèle pour engager les différents acteurs dans la mise en œuvre d’un nouveau plan pour la jeunesse. Cette approche intégrée et durable poserait les jalons d’une appropriation véritable et d’interventions axées sur les besoins réels. Cela soutiendrait également les efforts pour une mise en œuvre efficace afin d’avoir le plus grand impact possible en termes de création d’emplois de qualité pour les jeunes sénégalais.
Seydou KA/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Xx dit :

    Effectivement, il faut donner du travail aux jeunes (partout dans le monde…) ainsi ils seront occupés, productifs, ils pourront apprendre et progresser, ils pourront soutenir la famille, et n’auront pas le temps de faire des conn… comme certains le font sans vergogne (notamment menaces, provocations, vols, agressions, destructions « pour le plaisir de détruire ou de nuire », etc.)

  2. Galips dit :

    Le travail ne se donne pas, il se crée par la création d’entreprises.

  3. Ndiaye dit :

    Tout n’est pas perdu. Il faut mettre le paquet sur la formation professionnelle, l’agriculture, l’industrialisation notamment l’agro business.
    On a une jeunesse au chômage certes mais assez polie et globalement bien éduqué par la famille.
    Ailleurs, c’est pas le cas.

  4. issa gibb dit :

    Après une semaine de manifestations et de saccages, le gros patapouf plein de cholestérol se réveille pour se rendre compte qu’il n’a pas créé un seul emploi dans le pays en 9 ans de gouvernance pour une population Sénégalaise toujours à 95 % dans le commerce informel de survie et pour la Jeunesse, en particulier… Un premier triste constat !
    As des As de l’enfumage : Il promet encore et encore, des milliards de FCFA pour la Formation Professionnelle et l’Emploi des Femmes et de la Jeunesse … Une nouvelle annonce de 350 Milliards de FCFA que personne ne verra en vérité, à part quelques fils de copains Apéristes ou progénitures Confrériques ou Maraboutiques en robes qui ne travaillent pas du tout et passent leurs temps à glander, à faire semblant de prier dans des mosquées qui se construisent comme des petits pains à chaque carrefour ou à exploiter leurs élèves esclaves Talibés dans la mendicité forcée ??? Ici Sénégal !

    Il oublie encore, une fois de plus que c’est la création d’entreprises qui créent des emplois et non pas la formation professionnelle qui est positive et utile que pour tenir un poste dans une entreprise…
    => Une formation professionnelle est inutile si il n’y a pas d’entreprise dans un pays, donc pas de postes à pouvoir et d’emplois à la clé…
    => Ou si des entreprises étrangères implantées au Sénégal n’embauchent pas de travailleurs Sénégalais, en visées directes, des usines Russes de transformation de poisson qui polluent si bien le pays et d’autres sociétés Chinoises, Turques ou Saoudiennes entrain de piller le pays qui ont été curieusement épargnées par les saccages derniers au Sénégal ???
    Au contraire, on a assisté aux saccages d’entreprises étrangères qui embauchent des Sénégalais et font travailler des fournisseurs Sénégalais dans leurs magasins à enseignes étrangères comme Auchan ou Total, etc… Avec un gros ressenti anti-français, anticolonialiste hors d’âge dans une manipulation politico-islamiste très montante au Sénégal : Comme quoi, il y a des cons partout jusqu’à aller détruire les rares emplois dans un pays qui en manque si cruellement ??? Chercher l’erreur

    Des cons, vous dis-je, qui n’ont pas attaqué le Palais Présidentiel ou les principaux lieux de la Gouvernance Sénégalaise responsable du Sans-Emploi au Sénégal… Mais qui ont préféré s’en prendre aux seules enseignes françaises comme si la France était responsable de la Merde dans laquelle ils sont : Ce que leur assènent largement les politico-Islamistes depuis les Indépendances dans leurs cerveaux d’haineux racistes et ignares, opiumisés d’obscurantisme religieux…
    Tandis que le Président fêtait l’Anniversaire de son second fils à New-York, avec sa famille, ses 2 autres enfants et en prime, la fille d’Idrissa Seck invitée à la fête Américaine : Tout cela aux frais des contribuables Sénégalais pendant que sa police faisait 11 morts en tirant à balles réelles sur les manifestants au pays…

    Dans ces manifestations, on a pu voir :
    Des Jeunes de 14-15 ans, certes manipulés, criaient « Libérez Sonko » sans grande conviction politique…
    Des Jeunes de 20-25 ans qui se plaignent qu’ils n’ont pas d’emplois et pas d’avenir dans leur pays…
    Des Adultes de 30-40 ans qui dénoncent la forte corruption et la dérive dictatoriale du Président…
    D’autres, hommes et femmes, qui n’arrivent plus à manger tous les jours avec la Crise Covid19…
    D’autres qui s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants qui n’ont rien vu venir de l’ère Salienne, etc…
    Et le Pétrole qui ne coule toujours pas, repoussé désormais de 2019 à 2025 pour cause de Covid19 ???
    Il faut te sortir les doigts du cul , Macky Sall ! Il y a de l’huile sur le feu !
    Pour exemple : Où est le Grand Centre de Formation aux Métiers de l’Hôtellerie et du Tourisme promis en 2012, pourvoyeur de 100 000 emplois pour la Jeunesse dont la 1ère pierre n’a jamais été posé à Thiès ???
    Cela ressemble à Wade qui à chaque présentation des vœux pendant 12 ans, annonçait la création de 100.000 nouveaux emplois pour la Jeunesse : Soit 100.000 X 12 ans = 1.200.000 emplois qui n’ont jamais vu le jour et qui faisait tant rire à l’époque pour ne pas pleurer…
    Avec tous les Jeunes Sénégalais travailleurs et courageux qui fuient en pirogues vers l’Eldorado €uropéen en quête de Vrais Emplois et d’Espoirs : Tu vas te retrouver Macky Sall qu’avec des Islamistes en robe à rien foutre !… Pas le temps de te sentir les doigts ! Il y a vraiment de l’huile sur le feu au Sénégal et çà pue toujours la Merde de la Misère pour la majorité du pauvre Peuple, sauf pour une poignée de Nantis égoïstes et corrompus … Rien n’a changé au Sénégal, sauf une montée politico-Islamique certaine ! In chà Allah…

  5. Ndiaye dit :

    « Une formation professionnelle est inutile si il n’y a pas d’entreprise dans un pays, donc pas de postes à pouvoir et d’emplois à la clé… »
    Pas tout à fait.
    Parmi les critères de choix de pays d’installations, pour les investisseurs étrangers, figure en bonne place une bonne disponibilité des ressources humaines (déjà) qualifiées ou au moins avec une formation de base similaire au besoin.
    En plus les entreprises locales se plaignent de l’inadéquation formation/besoin de l’entreprise. En gros, il cherche un automaticien on leur forme un (n-ieme) maitrisard en droit.
    Ils cherchent un technicien en électo-mécanique l’état leur forme un (n-ieme) bac+4 en sociologie. Après faut pas se plaindre que y a pas d’emploi.
    L’autre avantage de la formation professionnelle est qu’elle donne à certains la possibilité d’auto entreprendre dans leur domaine de formation.

    • Poumpy68 dit :

      Voilà! J’ajoute que Macky a créé des emplois. Qui ont été absorbés par la croissance démographique « galopante » dont nous rabattent les oreilles les donneurs de leçons français ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :