5 MILLIONS D’ANALPHABÈTES AU SENEGAL

l’Etat invité à consacrer 3% du budget à l’alphabétisation

Un collectif de la société civile sénégalaise a invité, dimanche à Dakar, le Gouvernement à investir 3% de son budget dans l’alphabétisation, conformément à l’engagement pris par les États lors de la Conférence régionale africaine sur l’alphabétisation dans le monde tenue du 10 au 12 septembre 2007 à Bamako, au Mali.
«Treize ans après l’engagement pris par les États à Bamako d’investir 3% des budgets dans l’alphabétisation, le Sénégal peine toujours à consacrer 1% de son budget à l’alphabétisation. C’est pourquoi, nous lui demandons de respecter son engagement d’autant plus cinq millions de Sénégalais sont analphabètes», a dit Cheikh Mbow, Directeur exécutif de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de d’éducation publique (Cosydep), membre dudit colletif tout comme Alphadev, Cendreao, Cneap et l’Ong DEFI.
Il prenait part à un point de presse de lancement de la Semaine nationale de l’alphabétisation prévue du 8 au 14 septembre 2020 sous le thème: «L’alphabétisation et son enseignement pendant et après la crise de la Covid-19».
Dans sa déclaration dont APA a obtenu copie, le collectif de la société civile sénégalaise oeuvrant pour l’alphabétisation a souligné que la pandémie de la Covid-19 a amplifié les défis existants en matière d’alphabétisation, affectant profondément les possibilités de scolarisation et d’apprentissage tout au long de la vie, y compris pour les jeunes et les adultes.
«C’est pourquoi, a dit Mor Diakhaté, Directeur exécutif de l’Ong Alphadev et porte-parole du jour, dans la perspective de reprise et de renforcement de la résilience, il est important que l’alphabétisation soit intégrée dans les plans mondiaux et nationaux d’intervention et de relèvement afin de garantir la continuité de l’apprentissage, l’amélioration de l’offre mais aussi la mise en place de systèmes d’apprentissage tout au long de la vie mieux adaptés et plus inclusifs»
S’agissant du Sénégal, il invite l’Etat à éradiquer l’analphabétisme et promouvoir les langues nationales à travers un environnement lettré de qualité, à assurer le financement soutenu du Plan d’accélération de l’alphabétisation au Sénégal (Pass), à développer des initiatives intersectorielles en alphabitisant chaque année plus de 500.000 citoyens, à développer une politique linguistique cohérente, à restaurer le Centre national des ressources éducationnelles (Cnre) et le Centre des ressources éducationnelles polyvalents pour adultes (Crepa), et à établir un bilan complet en vue d’apprécier le comportement des flux des bénéficiaires dans le formel.
TE/APA/benin24tv.com

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. issa gibb dit :

    Alphabétisation des Sénégalais, en quelles langues ??? Cet article ne répond pas à ce problème ???
    Le Français ??? Langue encore officielle dans la Constitution Sénégalaise, pratiquée dans toutes les administrations et sur leurs documents, pratiquée dans l’Enseignement Universitaire Sénégalais…
    Mais, pourtant mise à mal par des professeurs de l’école publique qui ne l’enseigne plus à leurs élèves
    et mise à mal aussi, par la poussée Islamique anti-Française qui se répand au Sénégal et au Sahel…
    Un sondage en 2019 établissait que seulement 34 % des Sénégalais pratiquaient le Français, désormais !
    Un autre sondage dénonçait que 65 % de la population Sénégalaise est Analphabète ???
    = > 65 % de 16 millions d’habitants, çà ne fait pas 5 millions, mais 10,4 millions d’Analphabètes au Sénégal ???
    qui sont majoritairement les femmes et les filles déscolarisées pour les marier, parfois de force et mineures…
    Ce qui s’approche de la réalité des Sénégalais qui ne pratiquent plus le Français au Sénégal… Y-a-pas photo !

    Eradiquer l’Alphabétisation et promouvoir les langues nationales ???
    Dans une politique linguistique cohérente ???
    Même si le Wolof est la langue « nationale » ou locale, la plus répandue et la plus pratiquée majoritairement au Sénégal : Les autres langues ou dialectes locaux qui sont minoritaires au Sénégal, comme le Sérère, le Peul, le Lébou, le Diola, le Bassâri, l’Haalpuular-Toutcouleur, le Sarakolé- Soninké ou le Malinké-Mandingue, etc… pratiqués en tout honneur de défendre ses origines, son histoire, sa culture et ses traditions, dans joyeux bordel qui s’écarte d’une véritable politique linguistique cohérente et d’une unicité linguistique généralisée et utile à l’Unité du Sénégal ??? Pour dire la vérité !

    Les 1 % d’Analphabètes qui restent, sont les enfants Talibés dans les écoles coraniques ou daaras au Sénégal : Plus d’Analphabètes, ils sont des enfants sacrifiés Ignares ! Puisque la mafia des marabouts qui les exploitent dans la mendicité forcée pour s’enrichir sur leur dos, leur interdisent l’instruction au Savoir Universel, dans un hypocrite et unique apprentissage du Coran en Arabe que ces pauvres gosses esclaves au XXIème siècle au Sénégal , ânonnent sous les coups de lanières, dans cette langue Arabe qu’ils ne comprennent même pas….
    Un Apprentissage du Coran en Arabe au Sénégal qui suffit aux marabouts tortionnaires d’enfants, comme le seul enseignement utile pour que les Talibés réussissent leurs vies futures d’adultes ??? Ce qui est très proche des théories de l’Enseignement Unique du Coran et du refus catégoriques des écoles publiques et laïques qui fabriquent des infidèles et des mécréantes, comme le prônent les fondamentalistes et les terroristes Islamiques, à travers le Monde…
    Tandis que les enfants Talibés exploités toutes leurs enfances, seront jetés à la rue, comme des kleenex usagers par les marabouts, adolescents ignares et asociaux qui finiront dans la délinquance, dans des gangs d’enfants des rues et proies faciles pour les Groupes Armés Terroristes (GAT) qui pullulent au Sahel… Car, telle est la réalité de l’aboutissement de l’Enseignement Coranique dans la majorité des daaras nauséabondes et maltraitantes d’enfants au Sénégal !
    => Côté Alphabétisation de la population, le gouvernement devrait se pencher en priorité, sur le sort des Talibés au Sénégal ??? Mais, il a baissé son froc, depuis longtemps avec son retrait du projet de la modernisation des daaras au Sénégal sous pression des mafias maraboutiques et confrériques du pays, en 2013… Il y a 7 ans déjà !

    7 ans ??? C’est exactement le nombre d’années que Serigne Mbaye Thiam (actuel ministre de l’Hydraulique) est resté en poste au ministère de l’Education Nationale au Sénégal de 2012 à 2019, où il n’a rien foutu !…
    A part se mettre à dos le Syndicat des Professeurs Sénégalais qui se sont mis en grèves permanentes pendant toutes ses années et surtout ne rien faire pour l’Analphabétisme des enfants Sénégalais…. Où çà se saurait ??? Tandis que son successeur à l’Education Nationale, Mamadou Talla ( ex-ministre de l’Artisanat) semble suivre le même chemin du rien foutre dans l’Alphabétisation des écoliers au Sénégal…

    Il ne reste plus qu’à l’Etat Sénégalais, à restaurer les Centres (CNRE) et (CREPA) qui se sont détériorés à rien foutre et placer les copains avec de gros salaires à dépenser pour l’Alphabétisation du pays… Des bras cassés qui ne feront rien, bien entendu, pour l’Alphabétisation du Sénégal, une fois de plus, trop occupés à profiter de leurs gros salaires et de leurs privilèges… Ici, Sénégal !
    Au sujet de l’ALPHABETISATION AU SENEGAL : On pourrait dire « Peut mieux faire » ???
    Mais, dans la réalité : C’est du ZERO POINTE ! In chà Allah…
    Un Peuple et surtout une Jeunesse instruite, se révolte ! … => T’as compris le coup !

  2. Yvesbzh dit :

    Plus il y à d’analphabètes ,plus L’islam des dégénérés de Touba et d’ailleurs progresse
    Surtout ne rien changer !

  3. le chaman dit :

    Qu’ajouter de plus à ces 2 contributions. Ils n’y arriverons jamais avec politiciens pourris jusqu’à l’os, les plus malins font de la politique pour s’enrichir, la mafia Maraboutique veux juste maintenir le peuple dans l’ignorance pour mieux l’asservir à des propres intérêts. Tout ce conjugue pour maintenir la grande masse du peuple dans l’ignorance.

    • Claude Vanecci dit :

      Ce n’est hélas pas faux… Ceci dit et nonobstant ce sont bien ces confréries islamiques qui nous protègent de toute intrusion salafiste et veillent à interdire le Sénégal, c’est à dire leur gâteau-ya-bon-depuis-1000-ans-sans-partage à toute idéologie takfiriste ou assimilée venue d’Arabie et satellites qui les déboulonneraient volontiers pour prendre le contrôle du pays.

  4. Claude Vanecci dit :

    Je pensais, à tort suivant les évènements depuis, que 2011, année d’expansion formidable du cancer islamiste (Lybie, Syrie, les printemps arabes…) marquerait aussi le début de la fin pour le Sénégal enturbannisé jusqu’aux yeux et abruti d’islam rétrograde, mais non, rien n’est arrivé, au contraire, les sheiks des confréries ont fait front en serrant bien les fesses ensemble pour que rien ne passe et ils ont réussi jusqu’à aujourd’hui. Shokran bézèf. Pourvu que ça dure !

  5. stephane dit :

    12000 migrants analphabètes ont foutus le feu à Lesbos parce que 10 connards ne voulaient pas allez à l’isolement alors qu’ils étaient positifs au 19
    Pas des milliards € qu’il faut balancer ni de centres culturels pour placer les copains mais du bromure par canadair

  6. bibiche dit :

    Un point positif ,qd mème ! depuis 4-5 ans , les écoles publiques reçoivent autant de filles que de garçons (mème , 52% de filles,le plus souvent ). C’est un phénomène réçent , et très important ,car ces jeunes filles , qui seront mères , pourront à leur tour éduquer leurs gamins . Que peux faire une mère analphabète,ds l’éducation basique de ts les jours ?
    En plus , les filles scolarisées actuellement ,sont svt en tète de classe , elles en veulent !!
    Le revers de cette scolarité féminine réçente, c’est que les effectifs ont doublé , mais pas les locaux, les classes de 100 élèves sont courantes , et qd çà déborde , les écoles fonctionnent à mi-temps …Ds la médina de M’BOUR , une école primaire de 1.400 élèves ,fonctionne avec 700 le matin , 700 ensuite , et çà c’est très regrettable .
    la construction d’un batiment de 3 classes coute : 9.000 euros ,maximum.,mobilier compris .
    (Ns sommes batisseurs d’écoles au Sénégal ) L’Etat compte tranquillement sur les Assoces étrangères et ns encourage , bien sur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :