LE TER REFINANCÉ

Le Sénégal reçoit 17,6 milliards Cfa pour la pré-exploitation du Ter

Le gouvernement du Sénégal a signé vendredi avec la Banque publique française d’investissement (BPI) un contrat de financement de 17, 6 milliards de francs pour la pré-exploitation du Train express régional (TER) devant relier Dakar à la Nouvelle ville de Diamniadio, a appris l’APS.
Le ministre sénégalais de l’Economie du Plan et de la Coopération Amadou Hott et le directeur exécutif en charge de l’export à la BPI ont notamment procédé à la signature de ce contrat de 26, 9 millions d’Euros en présence du ministre délégué auprès de celui en charge de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité de la France, Franck Riester.
‘’Ce financement de BPI à hauteur de 26,9 millions d’Euros (environ 17,645 milliards CFA) permettra de mettre en place les services nécessaires à une bonne exploitation du TER, par la Société d’Exploitation-maintenance du TER (SETER)’’, souligne le ministère sénégalais de l’Economie dans un communiqué publié sur son site.
Le Train express Régional (TER), ‘’un des projets phares’’ du Plan Sénégal émergent (PSE) reliera le centre-ville de Dakar au nouvel aéroport International Blaise Diagne situé à 55km, en 30 à 45 minutes, et constituera l’épine dorsale du transport dans la capitale sénégalaise, fait-on valoir.
Le début d’exploitation est prévu pour 2021, indique-t-on dans le communiqué.
BPI France y est présenté comme ‘’un partenaire privilégié’’ du Sénégal.
Cité dans le communiqué Franck Riester a déclaré que, “ce projet est un symbole du dynamisme de la coopération économique franco-sénégalaise”.
lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Qu’est que l’on peut être CON !!!!
    On n’a rien compris
    Il n’y à qu’ici que l’on finance 2 fois le même projet

  2. Ali dit :

    C’est un financement pas un don. Et c’est la SNCF/RATP qui se charge de l’exploitation.
    Lire avant de commenter

    • Kosso dit :

      Sauf que les « financements » ne sont pas remboursés et ça se termine par un effacement de dettes.
      Réfléchir avant de commenter.

      • Ali dit :

        Comme Eiffage qui à financer une partie des autoroutes et est en charge de l’exploitation, le Sénégal rembourse.
        Quand on parle d’effacement de dettes, il s’agit de prêts accordés par un autre pays.
        La il s’agit d’entreprises privées, il ne faut pas confondre.
        Se documenter, réfléchir et… encore réfléchir avant de commenter.

    • Lol dit :

      Vous pouvez jamais rembourser !!!!!
      Vous critiquez les toubabs mais vous êtes incapables.

  3. stephane dit :

    Honteux ! Des immeubles qui s ‘effondrent au cœur de Marseille , mais pour la gloriole Macon finance les Libanais le TER Sénégalais, Sénégal qui refuse de signer le rapatriement de ses migrants clandestins, la France carpette de l’ Afrique

  4. Ali dit :

    Certes, BPI France est une institution financière et plus précisément une holding ou l’état français détient 50% du capital.
    Son rôle est d’investir, d’être éventuellement actionnaire minoritaire, contrairement aux états, eux, n’annule pas les « dettes » c’est une BANQUE ! chaque année BPI a un chiffre d’affaire en constante évolution. Vous mélangez dettes publiques et investissements.
    Vous comparez des pommes avec des vaches !

    • Galips dit :

      Lorsque BPI n’arrivera pas à recouvrer ses créances Bercy lui intimera l’ordre de passer en pertes et profits ou compensera avec les recettes des contribuables français.

  5. Tok dit :

    Ce qui m’inquiète dans l’article, c’est le mot « pré-exploitation ».
    >> Pré-exploitation , subst. fém. La première partie d’une exploitation exécutée en deux temps pour des raisons diverses, d’ordre technique ou économique.<<

    Donc, ce financement n'a pas comme objet de commencer l'exploitation réelle. Je pense qu'il faudra un nouveau financement pour la mise en route elle-même.

    Et alors, on verra que ce TER au milieu des maisons, des piétons, des bêtes et de la circulation est très difficile à exploiter. Et à rentabiliser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :