LES MARABOUTS PERVERS

Quand les charlatans transforment leurs clientes en objets sexuels

Entre les femmes sénégalaises et les charlatans c’est une très longue histoire. Nombreuses sont celles qui se rendent en catimini chez ces derniers pour solliciter des prières pour leur couple ou pour des affaires personnelles. Malheureusement, certaines d’entre elles tombent sur des « prédateurs sexuels » dont la finalité de leurs incantations est de coucher avec leurs clientes. Retour sur le modus operandi de ces charlatans violeurs.
Au Sénégal, plusieurs femmes sollicitent les services des marabouts et féticheurs pour régler leurs problèmes de couples, les relations entre belles- sœurs, belle- mères et belle-filles, entre autres, difficultés. Elles veulent que ces derniers leur formulent des prières pour fidéliser leur mari. Malheureusement dans certains cas, les philtres et les potions recommandés par ces charlatans se retournent très souvent contre elles. Parfois, nous avons même les mineurs qui sont victimes des agissements de ces derniers. Il faut dire que la naïveté de nombreuses femmes sont exploitée par les pseudo-marabouts de la place pour gruger l’argent de ces dames voir même leur voler du plaisir sexuel. Suffisant donc pour dire que ces pratiques constituent un danger pour les femmes. La preuve ? Sous les conseils des charlatans, les femmes deviennent suspicieuses et se laisser influencées dans leurs comportements quotidiens par les paroles du marabout. Par ailleurs, il ne passe pas une semaine sans qu’une affaire de charlatanisme et viol ne soit jugée devant la barre de nos tribunaux. Parmi les cas que nous avons assisté au tribunal de grande instance de Dakar, il y’a l’affaire de la dame M. Guèye. Elle avait déposé une plainte contre un marabout dénommé Bâ.
« Il a fait ses incantations avant de m’inviter dans son lit »
Selon la plaignante, dans le but de consolider son mariage, elle s’était ouverte à une copine qui l’a amené voir un marabout domicilié à la Cité Kora Fall à Rufisque. Où étant, elle a expliqué au marabout dénommé Bâ son problème et ce dernier avait décidé de lui prodiguer des prières moyennant la somme de 20.000 francs. Il lui fixe rendez-vous pour la matinée du samedi 13 janvier. Le jour-j la dame se présente seule au domicile du marabout avec la somme de 7.000 francs. Il lui fait assoir sur un bidon de 20 litres rempli à moitié d’eau. Il prend une tasse et y verse une substance magique de couleur rouge. Il fait ses incantations et l’asperge le liquide à la face. Elle commence à perdre connaissance. Il l’a demandé de prendre place sur son lit. Il vient s’asseoir à ses côtés et lui ferme les yeux. Il rabaisse son pantalon et abuse sexuellement d’elle alors qu’elle était quasi-inconsciente. Son désir sexuel assouvi, il remet à la dame deux lots de fil à coudre en tissu de couleur et du « Xa-Xam ». Il lui instruit de creuser un trou et d’introduire l’un et l’autre à mélanger avec l’eau ou de la nourriture à boire en compagnie de son mari. A peine sortie de cette maison, la plaignante était dans l’impossibilité de parler. Il a fallu qu’elle rejoigne sa maison pour se départir de cette situation alors qu’elle était approchée par son fils Abdoulaye. Par la suite, elle a expliqué son mésaventure à son mari Ousmane qui a décidé de l’amener à l’hôpital. Où étant, elle a été orientée vers la police. Une réquisition « par la loi » lui a été délivrée en charge de se présenter au centre hospitalier Youssou Mbargane de Rufisque pour une consultation gynécologique. Le certificat médicat fait état de « suspicion d’abus sexuel chez une femme de 22 ans. L’examen gynécologique révèle aussi des lésions hyménales anciennes ». C’est ainsi que le marabout a été mis aux arrêts.
Charlatan : « Les prières ne sauraient être exaucées tant que tu ne couches pas moi »
Le tribunal de grande instance a aussi jugé le dossier de Badara Diouf poursuivi pour charlatanisme et viol. Entendue par le tribunal, la plaignante a expliqué qu’elle a été mise en relation avec le marabout Badara Diouf pour qu’il lui formule des prières. « J’avais expliqué au marabout que j’aimais mon copain et je voudrais qu’il nous formule des prières pour que nous nous marrions. Ainsi, m’a-t-il donné des bains à faire, entre autres, recommandations mystiques. Mais, mon mec s’est finalement marié avec une autre femme », a-t-elle déclaré. Avant de poursuivre : « je suis retournée voir le marabout et cette fois-ci, c’était pour qu’il me formule des prières afin que je puisse avoir un mari. Mais, Badara Diouf m’a indiqué que les prières ne sauraient être exaucées tant que je ne me couche pas avec lui. Sur ces entrefaites, il m’a remis d’autres bains à faire. Par la suite, on a entretenu des relations sexuelles et il faut dire que les faits se sont déroulés en l’absence de sa femme ». Selon toujours la plaignante, c’est comme si elle était envoutée au moment des faits. Par ailleurs, la maman de la victime voyant que sa fille était malade, lui a ordonné d’aller à l’hôpital pour faire une consultation. En effet après une échographie, le médecin a indiqué que la femme était enceinte.
« Le charlatan m’a remis une allumette qu’il m’a demandé d’introduire dans mon sexe »
Une affaire de charlatanisme et viol suivi de grossesse a été aussi jugée à la barre du tribunal des flagrants de Dakar. Epouse d’un Modou-Modou, F. Mbengue a porté plainte contre un certain Bâ qui l’aurait envoutée avant d’abuser d’elle. A l’issu de ce présumé viol est né un enfant âgé de 8 mois. Devant les juges, la dame a narré le film des événements. En effet, c’est en 2005 qu’elle s’est marié avec son époux qui vit actuellement en Italie à la recherche d’une vie meilleure. Mais auparavant, quatre enfants sont nés de ce couple. Son époux étant de l’autre coté de la frontière, la dame s’est lancée en affaire pour subvenir aux besoins de ses enfants. C’est sur ces entrefaites qu’elle a fait la connaissance d’un nommé Bâ. Ce dernier s’est présenté comme étant un charlatan qui traite les mauvais esprits. Sur ce, explique la dame, alors qu’elle rentrait chez elle, un homme lui a touché sur son épaule. « Lorsque je me suis retournée, j’ai été surprise de voir le nommé Bâ qui a demandé après ma belle-mère. Je lui ai rétorqué que cette dernière est au magasin », a dit la dame selon qui, elle s’est brusquement levée le lendemain vers les coups de 17 heures pour aller rendre visite au sieur Bâ. « J’ai laissé mes enfants dans l’appartement et arrivée chez le charlatan, il m’a accueilli dans une chambre avant de me consulter. Après la consultation, le charlatan m’a remis une allumette qu’il m’a demandé d’introduire dans mon sexe ce que j’ai d’ailleurs refusé. Cependant face à son insistance, j’ai fini par accepter. Quelques instants plus tard, j’ai été plongée dans un sommeil profond », a soutenu la plaignante. Avant de poursuivre : « Lorsque j’ai repris connaissance une heure après, j’ai constaté que mon slip était mouillé mais je suis rentrée calmement chez moi. C’est 3 mois plus tard que je me suis rendue dans un poste de santé pour en savoir plus parce que je ne me sentais pas bien. Pis, je suis restée tout ce temps sans pour autant voir mes règles. Au poste de santé, le médecin m’a notifié que j’étais enceinte ».
Rewmi/xalimasn.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. issa gibb dit :

    Et pourtant, ils sont si nombreux au Sénégal, ces marabouts de ficelles ???
    Escrocs autoproclamés marabouts avec des pouvoirs qu’ils n’ont pas !
    Des pseudo-religieux qui ne savent faire que du fric, sur la superstition et l’ignorance du peuple
    Des charlatans, abuseurs , violeurs et « enceinteurs » de patientes adultes ou mineures
    Des esclavagistes, exploiteurs des enfants Talibés dans la mendicité forcée…
    Ici, Sénégal ! Où la Religion mène a tout !

    Je vais profiter de cet article, pour rappeler :
    – Le décès dernier de Cheikh Ahmad Tidiane Seck (1938-2020), 7° Khalife de Thiénaba de 2008 à 2020, qui a été le plus virulent opposant au projet de loi de modernisation des daaras et son refus catégorique de l’apprentissage du Français dans les daraas qui a fait abandonné ce projet par le gouvernement Sallien de l’époque, en 2013… Triste Sire Khalife !
    – Ainsi que le refus par les autorités de la confrérie Tidjane à Tivaouane, de soutenir et de suivre le projet de planification familiale proposé par la ministre de la Santé de l’époque, Mme Awa Marie Coll Seck, pour que les femmes Sénégalaises aient accès aux produits modernes de contraception pour avoir moins d’enfants… Triste Refus Confrérique !
    Et le discours de Serigne Cheikh Tidiane SY Al Maktoum (1926-2017), 3° fils du 1er Khalife Tidjane Aboubacar SY (1885-1957) et petit-fils du Maodo Malick SY (1855-1922) le fondateur de la Confrérie tidjane et de Tivaouane au Sénégal… Al Maktoum devenu, le 5° Khalife Tidjane de 2012 à 2017, à la mort de son frère Mouhamadou Mansour SY Borom Daradgi (1925-2012), 4° Khalife Tidjane de 1997 à 2012, dans son discours lors d’un Gamou Tidjane, célébrant le jour de lac naissance du Prophète Mahomet…
    Dixit : « J’invite les adultes, en particulier les maîtres coraniques, à savoir se comporter convenablement avec les enfants, à être gentils avec eux… Il y en a qui ne savent que gronder ou violenter les enfants, alors que cela ne se fait pas !… Tout comme il est formellement interdit, dans l’Islam et par le Prophète Mahomet dans le Saint Coran, de transformer les enfants, en mendiants errants en guenilles dans les rues… D’ailleurs pour faire exaucer un vœu personnel : Passons par les enfants (Protégeons les enfants) !…
    Tout comme, le Khalife de la confrérie Layène de Yoff, Abdoulaye Thiaw Laye, dixit : « La place des Talibés, n’est pas dans la rue, à mendier… Mais dans les daaras, à apprendre le Coran !

    Au regard de toutes maltraitances et souffrances que subissent les enfants Talibés encore aujourd’hui dans les daaras au Sénégal, dont le nombre a doublé à plus de 2000.000 enfants mendiants dans les rues sous l’ère Sallienne… Enfants innocents qui subissent toujours les pires abus dans les daaras, d’enfants exploités et traités pire que des animaux, humiliés, laissés sans hygiène, sans soins et sans éducation universelle, en plus d’être battus, fouettés, enchainés et parfois violés ou prostitués avec les 21 Talibés assassinés par des marabouts sadiques violents depuis 2017…
    => Je me demande simplement à quoi sert un Khalife, si on n’écoute pas ses conseils sur la Protection des enfants, en particulier les enfants Talibés au Sénégal ??? In chà Allah…

    • issa gibb dit :

      Rectification : … dont le nombre a doublé à plus de 200.000 enfants mendiants…
      Ils sont déjà beaucoup trop nombreux ! Alors 2 millions sur une population de 16 millions d’habitants
      Peut être bientôt, dans la future RIS en devenir : La République Islamique du Sénégal…
      Si on continue à laisser faire !

  2. Stephane dit :

    Des marabouts toubabs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :